Filets [RolePlay] [R-18]

Un autre soir où le sommeil n’était pas au rendez-vous.
Dans sa robe blanche de nuit, elle sortit arpenter les couloirs du château.
Elle était maintenant habituée à ces lieux, elle ne craignait plus de se perdre. Sa nouvelle condition l’aidait également énormément à s’orienter. Elle qui avait un sens de l’orientation correct, ses sens aiguisés lui permettaient de retrouver son chemin même les yeux fermés.

Ce soir là, elle errait sans réel but, se disait-elle.
Jusqu’à ce que ses pas l’am-nent devant la chambre de quelqu’un. Pas n’importe qui. Le fameux majordome du château.
Son coeur battait un peu plus vite maintenant qu’elle s’était rendue compte où elle était.
Ce n’était pas un hasard. Elle s’ennuyait mais elle avait également un désir. Ses souvenirs de leur première fois étaient encore encrés en elle et en y repensant son corps se rapella les sensations dans le creux de son ventre. Les joues un peu plus roses, elle était immobile devant cette porte.
Elle savait qu’il était trop tard pour reculer.
Il avait dû sentir sa présence tout comme elle sentait la sienne à travers la séparation.

Elle prit son courage à deux mains et elle toqua à la porte.

Il l’invita à entrer, aussitôt.
Il était assis sur le rebord du lit.

— Bien le bonsoir.
L’accueilla t-il, aimablement, ne pouvant réfréner son sourire.

— B-bonsoir…
Répondit-elle timidement en refermant la porte derrière elle.

Ses cheveux lâchés et retombant dans le bas de son dos.
Elle n’osait pas le regarder dans les yeux mais elle sentait son regard amusé sur elle.

— Approche, je ne vais pas te manger.
Rit-il.

Il avait décidé de la tutoyer lorsqu’ils étaient seuls.
Elle approcha, presque à contre-coeur.
Elle était venue jusqu’à lui de sa propre volonté.
C’était juste difficile pour elle de se l’avouer.
Elle n’avait plus peur, il avait réussit à briser sa protection de glace et elle lui avait accordé sa confiance.
Il lui attrapa la main et l’embrassa sur le dos de la main. Elle debout et lui, assit sur le lit.

— Qu’il y a t-il, ma petite poupée ?

Elle s’empourpra encore plus à ses mots.
Amusé par sa réaction, il ne pouvait s’empêcher de continuer à la taquiner ainsi.

Elle s’agenouilla en face de lui, ce qui le surprit et son sourire disparut.
Il lui attrapa les deux mains pour l’inviter à se relever mais elle insista pour rester à ses pieds, et elle s’exprima.

— Je… veux vous faire plaisir…

Il voulut la couper mais elle l’incita à la laisser continuer de s’expliquer.

— La dernière fois… vous m’avez beaucoup donnée et je me sens redevable… je souhaiterai vous remercier pour votre geste.

Elle le regardait dans les yeux, sincère et déterminée.
Elle n’arrivait pas à le tutoyer.

— C’était également plaisant pour moi… tu n’as pas besoin…

Elle continua à le fixer de son regard perçant puis ses mains se libérèrent pour se balader et chercher à défaire son pantalon.
Il se tut.
Curieux, il la laissa faire son affaire.
En sous-vêtements puis sans rien.

Il était un tout petit peu excité par ses caresses et ce qu’elle venait de lui dire.
Elle le prit dans ses mains expertes.
C’était si nouveau alors qu’elle avait fait ça à de nombreuses reprises. C’était si différent.
Elle avait l’habitude qu’on la force à le prendre en bouche mais cette fois-ci, elle avait le loisir d’observer, de toucher, d’examiner sous tous les angles.
Il n’était pas chatouilleux et il la laissa faire sans broncher.
Sa seule réaction fut les spasmes et sursauts sur sa verge lorsqu’elle le caressait d’une certaine manière.
Il joua avec ses longues mèches de cheveux et de temps en temps, il fermait les yeux pour profiter des sensations.
Il n’avait pas d’odeur forte. C’était perturbant pour elle. Il ne sentait pas la sueur. Son membre était propre, lisse, doux. Presque froid.
Une légère odeur de fluide pré-séminal s’en dégageait.

Elle ouvrit la bouche et commença par lui lécher l’extrémité, du bout de la langue, elle en caressa le pourtour puis elle tenta d’avancer ses lèvres, pour que son phallus s’enfonce lentement dans la chaleur et l’humidité de sa bouche. Elle prenait un certain plaisir à le caresser ainsi avec sa langue, parfois à le mordiller, aspirer.
Elle le sentait réagir, son membre se gorgeait un peu plus de sang, il était plus tendu selon ce qu’elle lui faisait, et ses gémissments ne trahissaient pas.
Elle était amusée de l’entendre faire ces sons, lui, le majordome en chef du château, son supérieur.
Si strict et froid à son habitude. Il se laissait aller et exprimer ce qu’il ressentait vraiment. Elle trouvait ça adorable.
Elle continua en faisant des mouvements de va-et-vient avec sa mâchoire, tout en lui massant la hampe et les bourses. Elle avait une certaine fascination pour ses testicules et son pénis qui se contractait et vibrait à l’intérieur de sa bouche lorsqu’elle le léchait de toutes parts.

Il posa sa main sur son épaule.
Elle vida sa bouche pour le regarder.

— Je vais éjaculer…
La prévint-il.

Elle ne cacha pas son étonnement, et ne sut pas quoi faire. D’habitude les hommes se vidaient dans sa bouche sans lui demander son avis. Elle avait fini par s’habituer à ce goût, de ne pas vomir, de se forcer à avaler. Que devait-elle faire ? Devait-elle continuer ? Le laisser faire son affaire ?

Il vit sa longue réflexion.

— Tu n’es pas obligée de…

Alors elle ne le laissa pas finir sa phrase et le reprit en bouche. Elle voulait lui faire plaisir. Cette fois-ci serait différente.
Il lâcha un gémissement de surprise et de plaisir, lorsqu’il sentit de nouveau la chaleur et la douceur de ses caresses et de sa langue tout autour de son sexe.
Il ferma les yeux un instant pour profiter de ce délicieux massage puis il les rouvrit pour l’observer à l’oeuvre.

— Où… as-tu appris à faire cela… ?
Murmura t-il dans un râle.

Elle ne pouvait pas lui répondre la bouche pleine.
Elle le sentit se crisper, pousser un petit cri étouffé.
Puis son essence se déverser sur son palais, sur sa langue.
C’était étrange. Le goût n’était pas désagréable, contrairement à ce dont elle avait l’habitude.
C’était presque bon, se surprit-elle à penser.
Elle essaya de mettre un mot sur cette substance mais elle finit par en déguster l’entièreté avant de pouvoir le décrire.
Elle resta à terre à ses pieds, attendant qu’il reprenne ses esprits et qu’il lui dise quoi faire.

Il la fit se relever et l’enlaça, encore tremblant d’avoir atteint l’orgasme.
Elle ne savait pas comment réagir, alors elle posa ses mains sur ses cheveux et le caressa, en silence.

Ils étaient maintenant tous les deux dans le lit, allongés dans les bras l’un de l’autre, ils discutaient.

— Comment as-tu appris à faire ça… ? Je pensais que c’était ta première fois…
Il réitera sa question.

Elle lui expliqua et lui raconta son passé.
Que c’était de loin sa première fois.

— Je… mais c’était ma première fois consentante…
Avoua t-elle.

Et elle le sentit différent. Il ne dit plus rien.
Il s’éloigna un peu d’elle pour mieux la regarder.

— Comment ça… ? Tu… on t’a… ?
Demanda t-il, pour être sûr de comprendre ce qu’elle venait de lui révéler.

Elle acquiesça sans vraiment oser affronter son regard.
C’était du passé. C’était tellement normal pour elle qu’elle ne ressentait rien de particulier à ce moment précis. C’était un fait. Elle avait subi cela, elle n’avait pas le choix. Elle n’était ni en colère, ni triste.
Par contre, lui, elle le sentit se contenir, il tremblait d’une certaine colère contre ces gens qui lui avaient fait cela. Alors elle se sentit dans le besoin de le calmer, de le rassurer. Elle appréciait son soutien mais elle allait bien, maintenant. Elle l’avait accepté et cela faisait partie d’elle, et un nouveau départ lui avait été offert.

— Ne vous en faites pas. Je vais bien.
Elle lui adressa un sourire forcé.

Il caressa de sa main, sa joue et la garda dans sa paume.

— Je suis désolé…
— Ce n’est pas de votre faute.

Elle accepta sa main et se lova dedans. Elle sentit les battements de son coeur et sa tension se calmer.

— … J’oublié parfois la cruauté des humains. Nous ne sommes pas tous civilisés comme au château, je le sais bien, nos semblables peuvent être d’une bestialite sans nom… mais…

—Merci…
Dit-elle simplement.

Elle s’endormit dans ses bras.
Elle était tellement bien, elle n’était plus seule. Elle se sentait apaisée d’avoir pu se confier sur son passé.

Le lendemain, elle se réveilla à ses côtés.
Il la salua et elle ne tarda pas à se lever et se préparer, le laissant dans ses draps. Il la regardait se rhabiller, profitant du spectable.

— Merci encore pour votre hospitalité.
Elle s’inclina.

— Ne sois pas aussi formelle avec moi lorsque nous sommes seuls.
Il sourit, amusé par son comportement, son esprit étant encore à la veille.

Elle s’en alla, s’inclinant une nouvelle fois pour cacher sa gêne. Le laissant seul dans son lit.

*

Il se fit convoquer dans le bureau du comte.

— Vous m’avez demandé, maître ?
Dit-il tout en s’inclinant.

Son interlocuteur lui faisait dos puis se retourna finalement vers lui pour lui parler.

— Quelle est la situation dans le château ?
Demanda t-il simplement, les mains dans son dos et se déplaçant lentement dans la pièce.

— Rien à signaler, maître.
— Bien.

Il marqua une pause.

— Et la jeune pousse ? S’est-elle habituée à sa nouvelle condition ?

Il posa cette question tout en bougeant quelques bibelots sur ses étagères.
Le majordome, imperturbable, lui répondit sans aucune hésitation.

— Il semblerait.
— Bien, bien…

Il se tourna vers lui, scrutant sa réaction.

— Est-ce que tu as appris des choses ?
— Oui… sur son passé. Ce qu’elle a vécu avant d’être ici, avec nous.
— Je vois…
— Vous étiez au courant… ?
— Je m’en doutais… j’ai vu son corps avant sa transformation. Frekio m’avait également fait part de ses observations. Peu de choses passent au travers de mes filets, tu te doutes.

Il avait intentionnellement prononcé ces mots.
Il marqua une pause avant de terminer

— Prends bien soin d’elle. Tu peux disposer.

Il savait pour leur relation et il ne désapprouvait pas.

2020.09.09

Majordome [RolePlay] [R-18]

Quelque chose titillait son odorat. C’était le majordome. Elle le remarquait maintenant et lui aussi s’était rendu compte du changement.
Lorsqu’il se croisèrent dans les couloirs, ils s’étaient échangés quelques regards intrigués.
Puis ils avaient continué leur chemin.

Beaucoup plus tard, ils se recroisèrent. Ils étaient seuls. L’activité nocturne était un peu plus calme.
Elle errait dans les couloirs parce qu’elle n’arrivait pas à dormir et ce fut le hasard qu’elle tomba sur lui.
Tout comme le majordome qui faisait une simple ronde.
Il fut agréablement surpris.

— Mademoiselle Chloé.
La salua t-il

Elle s’inclina en réponse.
Balayant des yeux l’espace autour de lui, ils étaient dans une allée très peu fréquentée mais il ne souhaitait pas être dérangé.

— Est-ce que vous avez un petit moment à m’accorder ? Je souhaiterai m’entretenir avec vous.

— Oui, bien sûr.

Elle ne cacha pas son étonnement.
Il ouvrit la marche et elle le suivit.
Elle sourit interieurement, cela lui rappelait son premier jour ici. Tellement de choses s’étaient passées et elle était beaucoup plus à l’aise maintenant.
Ils arrivèrent devant une porte et il l’invita à entrer.
Elle n’avait pas peur, qu’avait-elle à craindre, après tout ?

C’était une simple chambre.
Elle entendit la porte se refermer derrière elle. Elle se retourna.
Son attitude changea, il s’avança vers elle, jusqu’à ce qu’ils ne soient qu’à quelques centimètres.
Il la surplombait de beaucoup, c’était une armoire à glace et elle devait lever son visage pour pouvoir le regarder dans les yeux.
Il se pencha pour qu’ils puissent se faire face, et il approcha son visage pour lui murmurer quelque chose après avoir humé son odeur.
Elle resta stoïque. Elle n’avait pas peur mais elle restait sur ses gardes. Se demandant si elle avait fait quelque chose de mal pour que le majordome lui en veuille.

— Vous êtes… différente, n’est-ce pas ?

Elle ne répondit pas. Elle ne savait pas si elle devait le dire. Était-ce un secret ? Le comte ne lui avait pas interdit mais elle ne souhaitait pas le crier sur les toits.
Puis. En tant que majordome personnel du comte, n’était-il pas au courant ? Ou alors le comte avait omis cette information, exprès ?
Même si rien n’avait été dit, tout le monde le savait implicitement. Elle ne sentait plus l’humaine. Cela devait être évident, mais il devait le savoir. Était-ce un test ?
Il recula pour mieux l’observer et un sourire apparut sur ses lèvres. Il était rare de le voir sourire.
Se moquait-il d’elle ?
Elle resta à le fixer, sans broncher. Sa question était réthorique.

— Ne soyez pas si méfiante envers moi. Je ne vous veux aucun mal. Au contraire…

Sa voix se voulait rassurante mais elle n’arrivait pas à se détendre. Elle continuait à le regarder sans dire un mot. Attendant ses explications. Il restait un employé important, même si son supérieur direct était Homa, il était au même rang et elle ne devait pas faire de faux pas.

— Vous avez dû remarquer que nous sommes similaires, maintenant.

Elle avait coupé sa respiration inconsciemment et à ces mots elle inspira et recommença à respirer.
Elle n’avait pas remarqué jusqu’à présent qu’il dégageait une odeur familière,à cette distance il n’y avait aucun doute. Elle en était certaine. Il était comme elle, comme le comte.

— Je souhaitais vérifier de mes propres yeux ce fait, pardonnez-moi d’avoir été rude.

Il se mit à genoux et attrapa la main de la jeune fille pour lui apposer un baiser d’excuse.
Elle frissonna. Pas parce que le toucher était froid mais étrangement doux, sa petite main s’était perdue dans sa paume immense. Malgré sa corpulence ses gestes étaient délicats.

— Permettez-moi de vous faire la cour. Je trouve votre odeur fort délicieuse.

Il se releva et son visage se retrouva à nouveau juste en face du sien.
« Délicieuse » ? Était-ce ça qu’elle ressentait également ? L’odeur du majordome était déroutante, mais est-ce qu’elle la qualifiait de délicieuse ? Elle ne savait pas.
Il lui attrapa le menton.
Elle eut un mouvement de recul. Un peu trop brusque qu’elle perdit l’équilibre, il la rattrapa. Il n’eut qu’à tendre son bras pour l’aider à reprendre son équilibre, sa main était dans son dos et il s’approcha encore plus d’elle. La ramenant vers lui.
Ses petites mains frêles étaient sur son torse, sur son uniforme.
Collés ainsi, l’odeur était plus intense, elle était enivrante. Elle devait se l’avouer.
Que lui proposait-il ?
Qu’est-ce que cela impliquait.

— Je vois que je ne vous laisse pas indifférente…

Sa voix grave résonna en elle.
Elle l’avait déjà fait, ou plutôt elle avait déjà subi cela.
Mais cette fois-ci, c’était différent. Il ne la violentait pas, il ne la forçait pas à faire cela. Pas encore.
Il attendait, elle ne savait pas quoi mais il attendait et il l’observait.
Est-ce qu’elle en avait envie ? La peur la paralysait.
Est-ce que lui, avait envie d’elle ?
Ce n’était pas la première fois qu’un homme se serve d’elle. Elle attendait sa sentence, qu’il fasse ce qu’il veut et que cela se termine vite. C’est tout ce qu’elle pouvait souhaiter s’il allait imposer ses désirs sur elle.
Elle tremblait.

— Si je me trompe, je ne vous retiens pas.

Elle continuait de boire ses paroles. Ne comprenant pas ce qu’il disait. Elle avait le droit de partir ? Vraiment ? N’était-ce pas un piège ? Une ruse ? Était-ce un jeu sadique ?
Elle le regardait sans le voir, pensive et perdue.
Il remarqua ses tremblements et s’interrogea.
Avait-elle froid… ? Ce n’était pas possible dans ce corps. Il réalisa qu’elle avait peur.
Il fut confus et il tenta de la rassurer, ne sachant plus où se mettre. Que dirait son maître s’il apprenait qu’il effrayait sa protégée ?

— Mademoiselle Chloé… Je ne voulais pas vous effrayer.

Il s’éloigne, la relâchant.
Elle n’ose pas le regarder dans les yeux, son regard fuyant.

Elle essayait d’analyser la nature de ce qu’elle ressentait actuellement.
Était-ce la première fois qu’elle eut envie de quelqu’un ?
Était-ce cela avoir du désir charnel ?
Elle sentait une certaine attirance physique pour l’homme en face d’elle. Son odeur. Ses gestes. Son attitude. Il était attentionné et c’était quelque chose qu’elle n’avait jamais eu la chance d’avoir dans ce genre de situation.

Il attendait patiemment qu’elle lui autorise ou qu’elle refuse ses avances.
Quelque chose en lui était douloureux. C’était étrange de la voir aussi vulnérable. Était-elle vierge ?
Il n’aurait jamais pensé qu’elle puisse l’être et il se sentit bête d’avoir pu brûler les étapes.
Il ne devait pas la brusquer et surtout ne pas la forcer même s’il avait envie de la dévorer.
Ce qu’il avait en tête, c’était simplement qu’ils passent tous les deux un bon moment. Il ne pensait pas qu’il se retrouverait dans cette situation plus complexe à gérer.

Elle pouvait se sentir en confiance.
C’était peut-être une chance pour elle de découvrir le plaisir charnel sans le subir. Devait-elle la saisir ?
Est-ce qu’il comprendrait ? Tout son corps lui dictait de fuir, par mécanisme, mais elle avait longuement réfléchi. Elle voulait surmonter son traumatisme.
Elle savait que si elle ne faisait rien, rien ne changerait et elle aurait constamment peur de cette proximité. Elle ne voulait pas rester prisonnière de son passé.
Elle releva la tête pour croiser le regard de l’homme, qui l’étudiait patiemment.
Elle jouait avec ses doigts, les mains entrelacées, nerveuse. Elle avait réussi à calmer ses tremblements.

— Je…

D’une voix faiblarde, elle n’arrivait pas à s’exprimer.
Elle n’arrivait pas à trouver les mots.
Elle voulait essayer.
Elle s’avança vers lui, lentement. C’était sa manière à elle de dire qu’elle acceptait son offre.
Timidement.

Il s’approcha d’elle, sans faire de mouvement brusque.
Il voulait la toucher, poser sa main sur son visage et la rassurer d’un baiser, mais au vu de sa réaction précédante, il se retint.
Il prit sa main nerveuse et la dirigea vers son propre visage. Il embrassa ses phalanges.

— Je serai doux, je vous le promets.
Dit-il, simplement.

Elle fut surprise à nouveau au contact physique.
Tout allait bien. C’était juste sa main.
Son visage, ses lèvres. C’était… agréable. Étrangement doux. Malgré sa corpulence, il était si délicat.
Avait-elle le droit d’apprécier cela ?

Il avait décidé de prendre soin d’elle.
Il partait du principe que c’était sa première fois et il allait tout mettre en place pour la mettre à l’aise.
Et surtout prendre le temps de le faire.
Il se pencha et il l’embrassa dans le cou, tout en passant ses mains sur ses épaules pour l’aider à retirer son uniforme.

Elle frissonna encore une fois. Le contact de son souffle et de ses lèvres sur sa propre chair était… un délice. Elle ressentait quelque chose en elle, une petite boule de chaleur avait fait son apparition dans le creux de sa poitrine.
Elle chercha à croiser son regard.
Levant ses mains et attrapant un bout de tissu de l’uniforme du majordome.
Devait-elle le déshabiller, également ?
Il répondit à sa question muette en acquiesçant, un petit sourire au coin de sa bouche, elle s’empourpra.
Elle balada ses doigts hésitants sur son uniforme pour le défaire et rapidement les vêtements furent au sol et ils se retrouvèrent tous les deux en sous-vêtements.
Elle, en culotte short blanc et lui en un boxer de la même couleur.

— Magnifique…
Souffla t-il, lorsqu il découvrit le corps de la jeune femme.

Elle était fine et sans réelles formes. Elle avait une poitrine presque inexistante. Dans ce nouveau corps, sa peau était lisse et claire comme de la porcelaine. Ses cicatrices et hématomes avaient disparu.
Elle garda le silence et fut gênée. Elle qui d’habitude ne portait aucune importance à sa nudité, elle se trouvait aujourd’hui dans un autre contexte et elle ne savait pas où se cacher.
Il l’attrapa pour la porter jusqu’au lit, l’allongeant dessus. Ce qui fit virer son visage au rouge.
Pour ne pas l’embarrasser plus, il avait gardé son bas de sous-vêtement. Et il s’attaqua aux préliminaires.
Il s’allongea à ses côtés, et commença à caresser sa peau, baladant sa main et ses doigts sur son corps pour commencer, tout en observant ses réactions.
Elle l’imita et prit le temps de découvrir le corps de son partenaire, ce dont elle n’avait jamais eu l’occasion.
Quelque part en elle, elle avait encore peur de cette présence masculine, elle n’avait connu que des hommes qui l’avaient forcée et utilisée, faisant leur affaire et l’abandonnant ensuite.
Celui-ci était différent. Il lui laissait le temps. Il essayait de lui faire plaisir ?
C’est-ce qu’elle ressentait lorsqu’il la touchait.
Elle voulait lui rendre l’appareil. Qu’elle ne soit pas la seule à apprécier ce moment.
Et elle le sentait frissonner sous ses doigts fins et frêles. Elle s’amusait à dessiner ses muscles, caresser son torse, elle découvrait à quel point sa chair était dure mais douce, ses muscles, ses os, son corps. Cela avait un effet sur lui, même si son expression restait neutre, il exprimait quelques bruits discrets. Et si elle regardait un peu plus bas, elle pouvait deviner quelque chose grossir dans son boxer. Elle essaya de ne pas faire attention mais elle ne pouvait pas l’ignorer.
C’était loin d’être la première fois qu’elle voyait l’entre-jambe d’un homme, d’habitude ils étaient déjà durs, prêts et ils étaient violent et rapides avec elle. Elle n’avait pas son mot à dire. Mais cette fois-ci, elle était sereine, amusée que ce soit ce qu’elle était en train de lui faire qui l’excitait. Que son envie soit visible mais qu’il soit capable d’attendre qu’elle-même soit prête.
Ils étaient de plus en plus proche et il finit par lui demander.

— Est-ce que je peux vous embrasser ?

Elle hocha la tête en guise de réponse.
Il n’attendit pas une seconde de plus. Cela faisait un moment dont il en avait envie et il approcha son visage pour apposer un baiser, d’abord sur la joue, puis sur la commissure de ses lèvres, puis enfin dessus.
C’était un baiser tendre et elle se surprit à l’apprécier.
Elle ressentait des picotements dans son ventre, ce qui n’était pas désagréable. Au contraire. C’était une sensation nouvelle et étrange mais ça lui apportait un certain bien-être inédit.
Alors elle lui rendit ce baiser. Elle fit son premier pas.
Elle chercha à l’embrasser, elle essaya de bien faire.
Il entrouvrit ses lèvres et elle en fit de même pour reprendre sa respiration, même si elle n’en avait pas besoin, elle eut ce réflexe humain, et il engouffra quelque chose d’humide et tiède à l’intérieur de sa bouche. Sa langue. Il chercha à caresser la sienne et elle l’imita, pensant que c’était la bonne chose à faire.
C’était agréable. Tout était agréable.
Elle découvrait.

Il se déplaça pour la surplomber. Il était au dessus d’elle et elle le regardait dans les yeux.

— Je vais vous faire du bien.
Dit-il, avant de descendre vers le bas de son corps et retirer sa culotte.

Elle se laissa faire. Elle n’avait aucune raison d’avoir peur, c’est ce qu’elle se répéta pour se calmer.
Tout irait bien. Il n’avait rien fait jusque ici qui pourrait lui faire mal.
Il passa sa main sur son ventre pour la caresser puis prit ses chevilles pour les poser et les écarter de chaque côté de lui.
Il observait avec admiration son intimité ce qui la fit resserrer ses cuisses, d’embarras.

— Il n’y a rien à cacher. C’est magnifique, vous êtes magnifique.
Rit-il, en décalant gentiment ses cuisses pour pouvoir se positionner au bon endroit.

Il en dessina les contours avec ses doigts puis il y posa sa bouche pour la déguster.
Sa langue semblait chercher quelque chose, il la baladait de manière experte.
Et elle appréciait, elle laissa échapper à plusieurs reprises quelques gémissement de plaisir.
Puis elle eut envie de plus. Elle eut envie de lui. Qu’il la comble avec son membre.
Il aurait peut-être continué jusqu’à ce qu’elle atteigne l’orgasme mais elle l’arrêta. Elle posa ses mains sur sa tête et il releva son visage pour la regarder.

— Est-ce qu’il y a un problème ?
Demanda t-il, inquiet.

— Prenez-moi…
Repondit-elle simplement, elle aurait pu mourir de honte à ces mots, mais elle se contenta de rougir et se cacher le visage avec ses avant-bras.

Il sourit, et son coeur fit un bond dans sa poitrine.
Il retira rapidement son bas et se positionna juste au dessus d’elle.
Il déplaca ses bras pour pouvoir voir son visage.
Il l’embrassa sur le bout du nez puis il descendit, en embrassant ce qu’il pouvait sur son passage : son menton, ses clavicules, sa poitrine, son abdomen puis il revint vers son visage.

— Je vais y aller tout doucement… dites-moi si vous avez mal.
La rassura t-il.

Elle n’avait jamais entendu ces mots mais elle se sentit tellement soulagée. Il aura fallu que ce soit un non-humain qui prononce ces paroles.
Il se redressa et se prit en main pour se guider et la pénétrer, doucement.
Il était assez imposant mais l’extrémité entra sans problème, puis le reste put glisser à l’intérieur.
Elle savoura chaque instant. Il prenait le temps nécessaire pour qu’elle puisse apprécier et lui également.
Il lui fit l’amour et elle découvrit ce que c’était.

Epuisée mais comblée, elle s’endormit le sourire aux lèvres.

Elle se réveilla presque en sursaut.
Quelle heure était-il ?
Elle était seule dans le lit, et il l’avait recouverte d’une couverture.

— Bonjour mademoiselle. J’espère que vous avez bien dormi.

Il était déjà debout et habillé. Il finissait de se préparer. Il lui adressa un sourire.

— Je dois vous laisser. Revenez me voir quand vous le souhaitez.

Il s’en alla, la laissant seule dans sa chambre.
Elle se cacha sous la couverture, embarrassée au plus haut point.
Elle devait se reprendre et elle aussi, se préparer.
Elle avait passé une excellente nuit.

Elle sortit de la chambre, sur ses gardes, jetant des regards autour d’elle et en espérant qu’elle ne croise personne, pour ne pas devoir s’expliquer.
Frekio la vit et la salua.

— Hé, que fais-tu là de si bon matin ?
Elle sursauta.

— J-je cherchais Bréto.
Bégaya t-elle, embarrassée.

— Je l’ai croisé il y a quelques minutes dans les couloirs.
— Ah, d’accord…

Et elle se dirigea dans l’autre direction, celle qui menait à la salle d’eau. Ignorant le jeune homme.
Il la suivit, méfiant et trouvant bizarre sa présence dans cette aile du château, et son embarras était étrange. Son odeur aussi.
Elle sentait la sueur et… Bréto.

— Tu…
Devina t-il en marchant à ses côtés.

Il n’avait apparemment rien de mieux à faire.
Elle accéléra le pas, ne souhaitant pas aborder le sujet.
Le visage rouge pivoine.

Un large sourire apparut sur son visage.

— Je vois.
— Tu vois q-quoi…?!
— Mon flair ne me trahit jamais. Tu sens… quelque chose de particulier aujourd’hui… tous les deux… je me disais bien qu’il était particulièrement de bonne humeur quand je l’ai croisé. Vous avez…

Elle se précipita sur lui pour lui couvrir la bouche avec sa main et l’empêcher d’en dire plus.

— N’en dis pas plus ! Tu as bien deviné, maintenant. Chut !

Les oreilles brûlantes, elle attendit qu’il acquiesce de se taire et elle le relâcha.

— Ah… sacré Bréto.
Dit-il, en lui jetant un regard amusé.

Cela ne le choquait pas. C’était une chose courante en ces lieux.
Il n’ajouta rien de plus et il l’accompagna en silence et la laissa à l’entrée de la salle d’eau.
La laissant tranquille.

2020.09.01

Marque [RolePlay]

Cela faisait plusieurs jours qu’elle avait changé, physiquement seulement. Elle était restée la même dans son coeur.

Le comte lui avait ordonnée de rester dans sa suite, pour pouvoir la surveiller.
Ce n’était pas tous les jours qu’il faisait ce qu’il avait fait. Une création.
Il craignait quelque chose. Qu’elle cède à l’appel de son nouveau corps et qu’elle commette quelque chose d’irréparable dans le château. Qu’elle perde le contrôle et que sa soif dévore entièrement son âme, sa conscience.
Il n’avait pas fait cela souvent, mais il savait que c’étaient des risques à ne pas prendre à la légère.

Elle était restée obéissante.
Ce qu’il disait et ses volontés avaient un impact sur elle. Différent d’un simple maître et son employé, elle ressentait une force qui la poussait à obéir.
Elle sentait qu’elle pouvait lui désobéir si elle y mettait assez de volonté, mais ce n’était pas ce qu’elle-même voulait. Elle avait confiance en lui. Il lui avait sauvé la vie.
Alors elle était restée dans cette magnifique chambre.
Il y avait autre chose de nouveau en elle.
Elle avait soif. Pas soif d’eau, mais d’une substance qu’elle ne souhaitait pas revoir ni boire, mais son corps lui rappelait à chaque instant.

Le comte lui avait tendu son poignet, comme la première fois.
Elle menait une bataille contre elle-même pour ne pas accepter cette offre.
Ses mains avaient attrapé son poignet avec une certaine poigne et il la voyait lutter intérieurement. Elle hésitait encore, puis finalement, les larmes aux yeux, elle avait décliné son offre, tournant sa tête dans la direction opposée, sans pour autant lâcher son avant-bras.
Il avait sourit. Un petit rictus.
Cette réaction l’avait surpris et l’avait rassuré sur l’espoir qu’il avait mit en elle, inconsciemment.
Elle se contrôlait. Il était rassuré et ces émotions qu’il avait rarement l’occasion de ressentir, le fit rire.
Il était rassuré qu’il ne doive pas mettre fin à son oeuvre si jamais elle s’abandonnait à ses besoins primaires.
C’était un pari risqué.

Il avait fait en sorte de finir ses tâches urgentes pour pouvoir passer du temps avec elle. Vérifier qu’elle se remette de ses blessures, ce qui fut le cas dès le premier jour, puis de s’assurer de son adaptation à son nouveau corps.
Elle lui posa beaucoup de questions sur le fonctionnement, sur sa soif, sur sa nutrition.

— Je ne peux pas accepter…
Avait-elle répondu à son offre, les yeux humides.

Il lui avait adressée un sourire compatissant.

— Tu dois apprendre quand t’arrêter, le jour où tu t’abreuveras sur quelqu’un. Je me dois de te l’enseigner.

Il s’était tourné pour découvrir sa nuque.

— C’est ici que tu dois enfoncer tes canines.
Il pointa ses artères.

— L’afflux du sang est le plus important à cet endroit. Tu peux décider d’ôter la vie en vidant le corps ou bien t’arrêter avant. Ce qui peut ne pas être évident. Ne t’inquiète pas, je saurais t’arrêter avant que tu ne boives la dernière goutte en moi.
Il sourit, mi-amusé pour la rassurer.

Elle s’était alors approchée de lui, timidement.
Il lui avait attrapé une main pour la tirer vers lui.
Ils étaient tous les deux assis sur le lit, et elle s’était vite retrouvée très près de lui.
Il l’avait assise sur ses genoux, telle une enfant, pour qu’elle soit mieux installée pour accéder à sa nuque.

— N’aie pas peur.
Sa voix était rassurante, encourageante.

Alors elle croqua dans sa chair, juste ses canines s’enfoncèrent dans l’épiderme. Elle se souvint de ce qu’il avait fait, et instinctivement elle avait reproduit le rituel. Percer, se retirer, boire.
Et boire. Le goût enivrant emplit sa bouche et tous ses sens. Elle sentit son coeur battre à toute allure.
Étrange pour quelqu’un qui était censé être mort.
C’était le flux des gorgées qu’elle buvait.
Elle aurait pu continuer sans jamais s’arrêter mais quelque chose en elle la ramena à ses sens.
Elle ne sut pas depuis combien de temps elle était en train de s’abreuver mais elle eut peur. Peur que ce soit déjà trop long. C’était le sang de son maître.
Elle s’arrêta, malgré toute son anatomie qui la poussait à continuer, elle devait s’arrêter. Par respect pour son maître, et pour elle-même.
Elle recula sa mâchoire et lécha les deux petites marques qui se refermèrent aussitôt.

Elle s’était arrêtée avant qu’il ne lui dise.
Il la regarda les yeux écarquillés. Elle se débrouillait à merveille.

— Tu aurais pu continuer encore un moment.
Il la félicita en caressant gentiment le dessus de sa tête.

Ce dont elle n’était pas entièrement consciente, c’était le privilège de boire le sang du comte.
Il était puissant et une partie de l’essence de sa force était contenue dans son sang.
En s’abreuvant de lui, elle s’imprégnait en partie de ses compétences. Ce n’était pas n’importe quel sang.
Elle pouvait ressentir quelque chose de fort, de brûlant en elle, mais elle pensait que ce n’était qu’une réaction normale.
Au bout de plusieurs jours, elle s’habitua et ignora facilement ce besoin de boire.

Il s’était maintenant trop attaché à elle.
Il se devait de la protéger à présent. Elle avait en elle son sang magique et il était trop possessif envers sa propre richesse de pouvoir pour laisser n’importe qui s’en abreuver.
Elle n’en était pas consciente et, elle ne lui avait rien réclamé.

Elle était retournée dans sa chambre et elle avait reprit son travail.
C’était étrange de retourner à l’endroit où elle s’était faite enlever. Si peu de temps s’était écoulé et tout avait changé pour elle.
Elle rangea ce qu’elle put, la pièce avait été laissée en l’état.
Elle remarqua assez rapidement que peu importe combien elle travaillait, elle ne s’épuisait pas.
Elle avait du mal à dormir également parce qu’elle n’en avait plus besoin.

Lorsqu’elle reprit les cours de magie, elle se rendit compte que tout lui paraîssait plus simple. La puissance de ses sorts avait décuplée.
Comme si son nouveau corps était un meilleur catalyseur.
Cependant elle devait tout de même faire attention, l’utilisation de la magie draînait son énergie.

Frekio avait du mal à contenir sa joie lorsqu’il la revit sur pieds. Elle restait la même avec lui mais il sentait qu’elle était différente… elle dégageait une aura différente, puissante, dangereuse.
Elle-même n’en avait pas conscience.
Les servantes et autres employés du château l’avaient également ressenti et ils évitaient de croiser son chemin. Ils la craignaient.
Le comte avait apposé sa patte sur elle, en quelque sorte, il avait laissé un message implicite : quiconque touchait à elle aurait affaire à lui.

2020.09.01

Carrelage [R-18]

Ses muscles saillants, sa carrure imposante.
Malgré son âge, il avait un corps en bonne forme dut à ses entraînements réguliers.
Il lui arrivait d’être parfois un peu bestial.
Profitant de sa corpulence pour surplomber sa femme.

Une journée érintante pour lui. Il n’avait pas vraiment eu le temps de souffler et il n’avait pas vu sa moitié durant son travail. Pas aujourd’hui.
Rentrant chez lui, il l’enlaça de toute sa force et de tout son poids sur le corps de sa bien aimée qui était venue l’accueillir dans l’entrée, après avoir entendu la porte s’ouvrir.

— Tout va bien… ?
S’inquiéta t-elle.

Il la serrait encore dans ses bras, le visage enfouit dans son cou.

— Laisse-moi rester encore un peu ainsi…
Murmura t-il dans le creu de son oreille. Un souffle rauque, tel un soupir.

— Est-ce que tu veux prendre une douche… avant de me raconter ta journée ?
Demanda t-elle, innocemment.

Il ne répondit pas tout de suite.

— Je n’ai pas encore pris la mienne.
Ajouta t-elle.

Il hocha sa tête et se décida enfin à la relâcher pour se diriger d’un pas sûr vers la salle de bain de leur chambre.

Elle esquissa un sourire moqueur et emboîta ses pas.
La maison était calme et les enfants ne semblaient pas être dans les parages. Tant bien même, cela ne les auraient pas dérangé, la demeure était assez grande pour qu’ils ne se marchent pas dessus.
Il s’était déjà déshabillé dans la salle de bain, attendant de mettre en route la douche à l’italienne.
Il y avait également une baignoire mais aujourd’hui il ne l’utiliserait pas.
Elle ferma la porte de leur chambre, au cas où quelqu’un viendrait les chercher, et rejoignit son époux.
Elle ferma la porte de la salle de bain derrière elle.
Même si quelqu’un venait, la personne se douterait qu’ils seraient occupés.
Elle se déshabilla presque aussi vite et passa devant lui pour enclencher l’eau chaude et commencer à se rincer, lui offrant en spectacle son corps presque aussi bien entretenu que le sien, malgré ses plusieurs grossesses. Elle était musclée sans avoir les épaules très larges. Son corps avait quelques marques et cicatrices du passé comme cette balafre sur le flanc droit qui ne partirait sans doute jamais et qui lui rappelait sa condition et sa fragilité.
Cela ne la rendait pas moins belle ni moins désirable aux yeux de son partenaire.
Elle restait une femme avec un certain charisme et avec son charme qu’elle exploitait à cet instant précis.
Elle attrapa un savon et une rose de bain qu’elle frotta sur les différentes parties de son anatomie, tout en lenteur et sensualité, en le regardant ou non dans les yeux.
Il en appréciait chaque seconde et resta figé un instant pour la contempler et savourer ce moment.
Il avait besoin de ça pour décompresser et penser à autre chose. Ses soucis s’étaient envolés provisoirement. Il ne pensait plus qu’à elle.
Il ne la fit pas attendre plus longtemps et se glissa près d’elle.

— Tu veux jouer à ça… ?
Dit-il, en la regardant de haut.

Il lui attrapa la main avec laquelle elle frottait et faisait mousser le savon. Il la collait de son corps nu, même si elle avait levé son visage pour le regarder dans les yeux, elle pouvait deviner et sentir son désir contre son corps et sa chaleur, les battements de son coeur.

— Je ne vois pas de quoi vous parlez, monsieur.
Repondit-elle, avec son sarcasme habituel.

Elle approcha ses lèvres des siennes, mais de la différence de taille, elle dut se mettre sur la pointe des pieds pour pouvoir l’embrasser sans qu’il ait à se baisser. Ce qu’il résultat qu’il l’attrapa par la taille contre lui, pour qu’elle ne glissa pas et ne se blesse pas sur le carrelage.
Elle dégagea doucement son poignet de son emprise pour atteindre le mitigeur et enclencher l’eau qui s’écoula au dessus d’eux et le surprit.

— Commencez donc par vous rincer.
Ajouta t-elle, le sourire aux lèvres.

Il l’aimait pour ça. Elle était la seule personne qui pouvait se permettre de s’adresser à lui de cette manière.
Il grogna pour la forme, maintenant trempé de la tête jusqu’aux pieds. Elle coupa le jet et passa ses mains sur les bras bien fermes de son mari. Avec le savon, d’abord, dans son dos, le bas du dos, puis les ramenant sur son torse, pour descendre plus bas dans son intimité.
Il ferma les yeux et se laissa faire, profitant de se faire savonner de manière assez douce et sensuelle.
Il ne pouvait pas cacher son érection et elle s’appliqua à bien le nettoyer dans tous les recoins.
Le prenant bien en main, elle massa la base comme ses testicules et elle passa ses doigts délicats sur chaque bourse pour ensuite remonter sur la hampe pour finir par le gland. Elle fit ce mouvement plusieurs fois pour s’assurer qu’elle n’avait rien oublié et pour également savourer les râles de plaisir qu’elle entendait de la bouche de son partenaire.
Il était bien doté par la nature, elle devait utiliser ses deux mains pour bien le masser. Elle lui jetait des regards de temps en temps pour revenir sur ce qu’elle faisait, admirant ce qu’elle avait sous ses yeux.
De belles veines bien apparantes traversaient son pénis montrant que son membre était bien irrigé en afflux sanguin.
Elle ne s’attarda pas plus que nécessaire à cet endroit et finit sa tâche en frottant ses cuisses et ses mollets, jusqu’à ses pieds.
Elle se releva pour attraper la rose de bain et le mousser.
Il rouvrit les yeux et prit son visage dans ses grandes mains pour l’embrasser langoureusement.
Ce fut à son tour de lui attraper le visage de ses deux mains qui paraîssaient petites aux côtés des siennes.

— Lavons-nous correctement.
Ordonna t-elle essoufflée. L’envie d’aller plus loin brûlait en elle mais la raison prit le dessus.

Il arbora un large sourire et acquiesça.
Il aimait cette part un peu autoritaire qu’elle avait, souvent raisonnable, plus que lui quant il s’agissait de pulsions à apaiser.
Ce fut son tour d’enclencher le ruissellement de la douche.
Elle poussa un cri de surprise et se mit à rire aux éclats.
Le jet d’eau froid devint rapidement tiède puis chaud à la bonne temperature, elle tourna sur elle-même pour se rincer entièrement, s’arrêtant dos à lui, elle recula pour se coller contre lui, et presser son membre entre ses fesses musclées.
Apres s’être tous les deux débarrassés de la mousse de savon sur leurs corps, il coupa le jet d’eau et attrapa sa femme par les hanches.
D’un mouvement de bassin, il bascula son pénis entre les cuisses de sa compagne, de sorte qu’il frotte sur ses lèvres inférieures et son clitoris.
Elle contracta et resserra ses jambes pour le garder contre sa peau.
Il balada ses mains sur ses abdominaux pour remonter jusqu’en dessous de sa poitrine.
Elle se cambra tout en balançant doucement ses fesses pour masser ce qu’elle maintenait entre et qui commençait tout doucement à être recouvert de sa cyprine.
Il recouvrit la gorge de sa femme de ses paumes pour incliner son visage et l’embrasser sur sa bouche.
Elle posa ses mains sur ses avant-bras, accompagnant son geste tout en le caressant.
Elle finit par se tourner vers lui pour lui faire face.

Elle arborait une toute autre expression maintenant.
Elle en demandait plus, la respiration plus haletante, elle semblait le supplier du regard.
Elle avait posé ses avant-bras sur ses épaules et ses mains jouaient avec les cheveux mi-longs et grisonnants de son compagnon. Elle s’amusait à plonger ses doigts jusqu’à la racine pour ensuite les refermer et tirer doucement dessus, ce qui avait une réaction immédiate. Il souriait et laissait échapper un autre râle de plaisir. Il aimait qu’elle lui rappelle qu’elle était aussi aux commandes.
Il avait dû retirer la partie basse de son anatomie de l’endroit chaud et humide, mais il n’avait pas fini.
Il écarta légèrement ses cuisses douces de sa main gauche pendant que sa main droite caressait sa joue qui s’était lovée dans sa paume.
De ses doigts qui se trouvaient maintenant pas loin de l’intimité de sa partenaire. Il posa cette paume contre son bas ventre, juste en dessous du nombril pour descendre et la carresser progressivement.
Ses doigts frôlèrent son clitoris pour continuer leur chemin. Il créa une ouverture pour promener un seul doigt sur les abords de son vagin.
Difficile de deviner si c’était l’eau ou l’humidité de son jus qui dégoulinait de sa fente. D’après sa pratique et la texture sur son épiderme, il pariait plutôt sur la seconde hypothèse.
Pour s’en assurer, il plongea jusqu’à sa phalange.
Son corps tout entier se crispa et elle se resserra sur son doigt.
Cela l’excitait de la voir réagir ainsi, être à sa merci en cet instant précis. Il lui procurait du plaisir et c’était exaltant.
Il ne s’arrêta pas là, il prit tout son temps pour faire des mouvements de va-et-vient en elle, puis il ajouta un second doigt. Elle ondulait au même rythme pour l’accompagner et accentuer ce bien être.
Ses joues étaient beaucoup plus roses, elle avait également fermé les yeux pour savourer ce délice que son mari lui offrait.

— Ne me laisse pas comme ça… je te veux en moi…
Finit-elle par haleter, rouvrant ses yeux et lui adressant un regard à la fois plein de désir et un peu autoritaire.

Elle arrêta de bouger et d’une main, elle attrapa la sienne pour la sommer de se retirer de là où elle se trouvait. Tout en le regardant dans les yeux.
Elle diminua la distance qui les séparait, ce qui n’était pas grand chose. Elle n’eut à faire qu’un pas pour que leurs corps se touchent et se collent l’un sur l’autre.
Elle l’empoigna de sa main libre.
Bien qu’elle l’ait délaissé pendant quelques minutes, il était encore gorgé d’un peu de sang, et elle le sentit durcir un peu plus fort entre ses doigts, lorsqu’elle le prit en main et qu’elle resserra son étreinte.
Elle avait levé sa tête pour pouvoir observer ses réactions, adaptant ses mouvements à ses expressions.

— Monsieur, je sens que vous êtes très tendu… nous allons nous occuper de ce problème de tension.
Dit-elle avec un sourire narquois, en l’empoignant un peu plus fort.

Elle avait libéré son autre main pour pouvoir masser ses testicules tout en le masturbant.
Elle pouvait sentir son liquide pré-séminal suinter de son urètre et recouvrir ses doigts d’une fine couche mi-gluante mi-fluide.

— Je veux bien voir ça… madame.
Repondit-il, avec le même sourire.

Il ceuillit le visage de sa femme de ses deux mains pour l’embrasser à nouveau. Leurs langues se caressaient et tournoyaient l’une sur l’autre.
Elle n’avait qu’une envie : s’empaler sur son membre, ce qui ne tarda pas.
Elle se colla encore plus fort contre son torse, sa poitrine s’écrasant sur ses pectoraux.
Elle inclina ce qu’elle tenait dans sa main pour l’enfourcher. Progressivement et lentement.
Savourant chaque millimètre et centimètre qui s’enfonçait et pénétrait en elle.

Dur de savoir qui désirait et attendait le plus ce moment.
Elle lâcha un soupir et il grogna et contracta ses muscles, elle ressentit sa poigne se resserrer sur elle.

— Accroche-toi.
Ordonna t-il, dans un râle.

Elle obéit immédiatement, passant ses bras autour de son cou.
Il la souleva et attrapa ses jambes.
Il plaqua le dos de sa compagne sur le mur carrelé de la douche pour avoir un point d’appui, ce qui la fit pousser un cri.
La surface froide la surprit et ils rirent tous les deux, ce qui ne dura pas longtemps.
Il donna un coup de hanche bref qui la rappela à l’ordre et à ce qu’ils faisaient.
Le gland de son pénis venait de taper dans le fond de son vagin ce qui la fit étouffer un gémissement.

Elle le laissa mener la danse.
Elle était à sa merci, de bonne volonté. Il semblait prendre son pied et c’était également agréable pour elle. Ils avaient une bonne insonorisation mais il ne fallait pas non plus abuser, elle fermait la bouche et se mordillait la lèvre pour éviter d’être trop bruyante.
Il avait une magnifique vue sur la pénétration et cela l’excitait encore plus.
Au bout de plusieurs longues minutes, elle lui suggéra de changer de position, en arrêtant son mouvement de hanche. Ils se connaissaient et lorsqu’elle changea d’attitude, il ralentit aussitôt sa cadence pour la poser délicatement, les pieds au sol.
Elle l’embrassa pour le remercier, juste au coin de ses lèvres, pour le titiller.
Et elle se retourna pour cette fois lui faire dos, et poser ses mains en appui sur le mur encore tiède grâce à son dos.
Il massa les flancs de sa femme avec ses grandes mains pour finir par lui empoigner les hanches et la positionner dans le bon angle, remontant un tout petit ses fesses, il fit entrer une nouvelle fois son membre en elle.
Cette fois-ci, elle était plus à l’aise pour contrôler la situation et elle contracta ses muscles fessiers et son périnée pour masser et serrer l’engin de son époux tout le long de sa visite intérieure.
Tout en douceur et en lenteur en premier lieu, puis elle y mit plus d’entrain, son fessier rencontrant les hanches de son partenaire de manière plus rapide et avec plus de force.
Il accorda son rythme pour que son membre atteigne bien le fond, à chaque coup de reins.
Les sensations le faisaient frissonner, tel un courant électrique parcourant son corps entier. C’était un délice, un supplice.

— Laisse-moi guider…
Souffla t-elle, après plusieurs minutes d’effort intense.

Il s’exécuta aussitôt, lâchant ses hanches pour rediriger ses mains et ses doigts vers sa poitrine et leurs sommets.
Elle gémit aux caresses qu’il effectuait sur ses mamelons, et il la sentit se resserer en bas, pendant qu’il était encore en elle, bien au chaud.
Il grogna en réponse, ce qui la fit échapper un doux son gourmant.
Elle ondulait et bougeait du bassin pour bien le masser avec ses paroies vaginales, ce qui était loin d’être désagréable pour elle.
Elle continua cet exercice pendant un moment, cherchant l’angle adéquat et le plus agréable pour elle.
Lorsqu’elle le trouva, elle sentit l’orgasme monter en elle. Cette succulente sensation l’envahit progressivement dans le bas ventre pour se libérer et elle sentit les spasmes incontrôlés de son périnée se resserrer autour de lui.
Il laissa échapper un soupir satisfait et ses mains rescendirent vers ses hanches tout en la caressant pour l’empoigner une nouvelle fois et ce fut à son tour de la dominer.
Cela ne dura pas très longtemps, il lui donna quelques coups de reins bien énergiques, et le dernier resta emboité en elle, bien au fond et il éjacula à l’intérieur, laissant sa semence l’envahir et la remplir.

Ils restèrent ainsi sans bouger pendant un court instant, reprenant leur souffle et le temps de reprendre leurs esprits. Il se retira le premier, encore à moitié dur. Son pénis était recouvert de mouille mélangé au sperme. Lorsqu’il se retira, le reste du liquide qu’il avait déposé dans sa femme coula de la fente bien gorgée de sang, pour dégouliner sur le sol de la douche et une partie trouva son chemin le long de sa jambe.

Elle se retourna pour lui faire face et l’enlacer en passant ses bras autour de son cou, collant à nouveau son corps et sa poitrine contre son torse.
Elle passa ses doigts dans ses cheveux et l’embrassa sur son cou et ses clavicules, ce qu’elle avait à portée de bouche sans se mettre sur la pointe des pieds.
Il l’embrassa sur le front et empoigna ses fesses, souriant.

— On est bon pour se relaver.
Dit-il, savourant l’instant de plénitude.

La seconde douche fut beaucoup plus rapide et ils eut fini en un rien de temps.
Elle se séchait les cheveux avec une serviette qu’elle frottait consciencieusement sur sa crinière, tout en penchant légèrement sa tête sur le côté.
Elle sortit de la salle de bain en laissant la porte ouverte pour aérer la pièce, ouvrant l’armoire dans la chambre pour choisir une culotte et un haut léger.
Il ramassa les vêtements sales au sol pour les mettre dans un bac à linge sale non loin, et la rejoint pour enfiler un boxer et un T-shirt moulant.
Au vu de sa carrure, très peu de haut ne lui moulait pas les muscles.
Elle posa sa serviette de cheveux sur un oreiller du lit et s’allongea dessus pour éviter de tremper les draps autour d’elle.

— Il nous reste un peu de temps…
Dit-elle, en soupirant et en lui jetant un regard.

Elle tapota à ses côtés pour qu’il vienne la rejoindre.
Il ne se fit pas prier.

— Pour un second round… ?
Demanda t-il avec un sourire narquois.

Elle lui donna une petite tape pour le rappeler à l’ordre.

— Pour que tu me racontes ta journée, gros bêta !

Il s’allongea sur le dos et elle se lova sur son torse.
Il lui raconta alors ses déboires de la journée.

Fatiguée de sa journée et bercée par la voix rauque et sensuelle de son mari, elle ferma les yeux et s’endormit.
Il la sentit partir au pays des songes, ses muscles se contracter et sa tête s’alourdir dans ses bras.
Il sourit, attendrit par son petit bout de femme.
Elle s’était offerte à lui pour lui changer les idées et il ne l’avait pas ménagée.
Il l’embrassa sur le haut de sa tête, sa chevelure cuivrée avait quelques fils d’argent qui la parsemaient.
Et il s’écarta pour la laisser dans le lit.
Cela la réveilla à peine, elle exprima son mécontentement lorsqu’il partit mais elle était dans un sommeil trop profond et trop agréable pour ouvrir les yeux. Elle resombra aussitôt.

— Repose-toi, je m’occupe du reste.
Lui murmura t-il. Caressant ses doux cheveux au passage.

— Hm… réveille-moi…
Répondit-elle, sans réussir à finir sa phrase, elle tendit la main vers lui sans arriver à l’attraper.

Il tira une petite couverture pour la recouvrir, et prit soin de refermer la porte de la chambre derrière lui lorsqu’il se rendit dans la salle.
Sa mauvaise humeur était passée et il se sentait d’attaque pour commencer à préparer le repas.
Il s’étira, les bras puis les doigts et se dirigea vers la cuisine.

Chris ne tarda pas à rentrer.
Il sentit la bonne odeur de nourriture dès qu’il mit les pieds dans l’entrée.
Voyant Gabriel seul, il s’enquit de leur femme.

— Alexandra n’est pas encore rentrée ?
Demanda t-il, tout en se déchaussant et retirant son manteau.

— Si, elle dort dans la chambre.
Repondit-il, en ne quittant pas des yeux sa préparation.

Il rangea ses affaires et passa voir de plus près ce que préparait son ami.

— Ça sent super bon ce que tu fais là… contrairement à moi…
Dit-il, en penchant légèrement sa tête au dessus de ses aisselles et faisant une grimace de dégout.

— Elle voulait que je la réveille mais elle a l’air d’avoir besoin de sommeil. Tu peux passer voir si elle dort encore si tu prends des affaires propres.
Il se retourna pour s’adresser à Chris, tout en continuant à mélanger et surveiller ce qu’il avait dans sa poêle d’un autre oeil.

Il ouvrit la porte tout en douceur et il la referma avec autant d’attention.
Elle était recroquevillée en boule dans la petite couverture et dormait comme un bébé, la bouche entrouverte, elle bavait à moitié sur la serviette qui était restée sous sa tête.
Il pouffa de rire, et se retint de faire plus de bruits en posant son poing devant sa bouche.
Effectivement, elle semblait avoir besoin de récupérer.

Il sortit de la chambre en emportant avec lui un change propre. Refermant lentement la porte derrière lui et marchant à pas feutrés.

— Elle dort encore, je n’ai pas osé la réveiller. J’emprunte la salle de bain des enfants.
Dit-il en traversant le salon, passant derrière Gabriel et se dirigeant vers la salle de bain au fond du couloir.

Il se déshabilla de ses vêtements imprégnés de sa sueur. Il retira l’élastique qui maintenait ses longs cheveux noirs et raides en queue de cheval.
Il pénétra dans la douche, et fit couler l’eau du pommeau sur sa peau ambrée.
Il n’était pas aussi imposant que Gabriel, mais il était grand et même si ses épaules étaient moins larges et ses mucles moins gonflés. Il était bien entretenu par son activité professionnelle et il avait un corps bien sculpté.

Il fut vite propre et habillé. Les cheveux lâchés et encore mouillés, il sortit avec une petite serviette autour du cou.

— Toujours pas réveillée ?
Demanda t-il en se séchant les pointes des cheveux.

Il avait enfilé un simple T-shirt et un pantalon en lin resserré à la taille, pour être à l’aise dans des vêtements confortables après sa journée.
Gabriel avait pratiquement fini de préparer le repas, il recouvra les poêles et casseroles pour réserver les plats et baissa la puissance de la plaque chauffante pour juste conserver la chaleur.

— Apparemment non, tu veux y aller ? Je vais envoyer un message aux enfants pour savoir s’ils rentrent pour le dîner…

Chris n’eut pas besoin de répondre, il se dirigea de nouveau dans leur chambre.
Elle était dans la même position qu’il l’avait laissée.

Il la réveilla en douceur. Il grimpa sur le lit à quatre pattes pour la surplomber.
Son poids sur le matelas la fit emmerger lentement de son sommeil.
Elle s’étira doucement, s’enfonçant sous le plaid pour se cacher.

— Bien dormi ?
— Trop… j’avais dit à Gabriel de me réveiller… il est quelle heure ?
— Bientôt l’heure de dîner.

Son visage était maintenant juste au dessus de celui d’Alexandra et il l’embrassa sur la commissure de ses lèvres.
Elle le regarda fixement, sans rien dire.

— Qu’est ce qu’il y a ?
Demanda t-il avec le sourire.

— Rien. J’adore quand tu as les cheveux lâchés, c’est tout.
Repondit-elle, en attrapant entre ses doigts quelques mèches et jouant avec ses pointes.

Elle lui rendit son sourire.

2020.07.14

Cadeau [R-18]

Ten’ était resté dans la cuisine de William, en train de boire dans une gamelle pendant que l’hôte portait deux verres frais dans chacune de ses mains, dans sa chambre qui se trouvait à l’étage, invitant Aurore à le suivre.
Elle venait de faire le trajet sous le soleil et boire une boisson rafraîchissante était plus qu’approprié.
Elle tira sur son haut pour le décoller de sa peau qui avait un peu sué, laissant entrevoir un peu plus ses clavicules.
Ce n’était pas la première fois qu’elle venait chez lui, mais aujourd’hui, il ne travaillait pas et il était dans une tenue bien différente. Cela lui paraissait nouveau, l’impression de rencontrer une nouvelle personne.
Son sourire était toujours le même, qui plus est, communicatif.
Ses cheveux mi-longs encore un peu mouillés, mais plus pour très longtemps, son T-shirt moulant ses muscles, et son petit short qui mettait en évidence ses cuisses bien fermes.

— Excuse-moi, je sors de la douche, j’ai fait un peu d’excercices avec les chiens juste avant que tu arrives…

Ses paroles la sortirent de sa contemplation qui commençait à être un peu trop prononcée.

— N’hésite pas à t’assoir sur mon lit, j’ai rarement l’habitude de recevoir ici…

Elle s’exécuta et il lui tendit son verre d’eau, sur lequel des gouttes de condensation s’étaient formées, à cause de la différence de température et de l’humidité.
Il posa le sien sur son bureau et se dirigea vers sa bibliothèque pour chercher un ouvrage.
Elle en profita pour observer sa chambre.
Il avait des volets qui s’ouvraient de manière inclinée, ce qui leur faisait profiter de l’air frais sans que le soleil ne tape trop fort dans la pièce.
Le lit était fait et son bureau était rangé. C’était assez minimaliste mais sa bibliothèque dans laquelle il venait de se perdre était bien remplie et beaucoup plus désordonnée.

— Désolé, j’ai pas eu le temps de chercher le livre que je voulais te donner… mais je suis sûr qu’il est quelque part là dedans…
Dit-il en continuant de le chercher des yeux.

Elle posa son verre vide à côté du sien sur le bureau et s’accroupit à côté de lui.

— Il s’appelle comment ? Je peux t’aider.

Il sursauta presque, de la voir aussi proche de lui en un rien de temps. Elle était un tout petit peu plus petite, et accroupie ainsi à ses côtés, elle paraissait encore plus minuscule.

Ils cherchèrent tous les deux, et de temps en temps elle tombait sur un titre qui l’intriguait.
Une fois, elle posa son doigt sur la tranche pour essayer de le prendre mais William réagit à temps et l’en empêcha, les joues légèrement roses.
Sa main se posa sur le poignet fin d’Aurore.

— Je… te conseille pas de le feuilleter… c’est pour les plus de 18 ans… Bafouilla t-il.

Il invitait personne dans son antre et il avait fallu qu’il oublie que dans sa bibliothèque, il s’y trouvait toutes sortes d’ouvrages.

— Ah… pardon.
S’excusa t-elle immédiatement.

— Je ne sais pas si tu en as déjà lu… enfin… je ne vais pas t’en empêcher si tu y tiens… j’étais un peu plus jeune que toi lorsque je l’ai lu, celui-ci…
Rougit-il.

— Non… pas vraiment. Je lis beaucoup mais pas encore ce genre d’ouvrage.
Dit-elle, sans la moindre gêne, encore naïve.

Le terme qu’elle avait utilisé était adorable et il fondit de l’intérieur.

— Est-ce que mon frère en a aussi… ?
Demanda t-elle.

— Euh…. je ne voudrais pas l’embarrasser mais certainement… enfin je crois. C’est pas une honte d’en lire ou d’en avoir, je pense.

Il avait pris un air un peu plus sérieux.

— D’accord…

Elle n’y connaissait encore rien et elle avait une soif immense de connaissance. Elle ignora la main de William et continua son geste pour prendre le petit livret.

— P-par contre… si tu veux le lire, tu peux t’installer sur mon bureau ou sur le lit… je vais continuer à chercher ton livre.
Dit-il rapidement avant qu’elle ne se décide à l’ouvrir sous ses yeux.

Elle était plongée dans cette BD érotique, la couverture était relativement bien dessinée et l’histoire était… rapide. C’était sa première BD pour adultes et elle sentit ses joues rougir lorsqu’elle aperçut les dessins de nu.
Elle avait lu des livres d’anatomie et de biologie mais mis en scène de cette manière, c’était la première fois.
Elle avait à peine eu le temps de le refermer après sa lecture, que William se tenait devant elle.
Peut-être avait-il voulu abréger ce moment gênant et il avait trouvé le livre assez rapidement pour cela.

— Je peux te le prêter… si tu veux ?
Dit-il. Presque aussi gêné qu’elle.

Elle refusa poliment, comprenant mieux pourquoi il était embarrassé qu’elle le lise à côté de lui.
Elle sentait quelque chose de bizarre dans son bas ventre mais elle préféra ne pas en faire part à son hôte.
Il se doutait qu’elle était maintenant plus gênée et il changea de sujet pour rétablir l’atmosphère qui était devenue pesante.
Il lui tendit le livre qu’il cherchait.

— Par contre celui-ci, tu peux le garder, si ça te plaît.

C’était un ouvrage sur les légendes au sujet des chiens de la même race que Ten’ avec en couverture une belle illustration et des reliures fines.
Le livre était presque neuf alors que l’impression et le style de couverture laissait plutôt penser qu’il datait.
Elle l’attrapa pour le feuilleter presque aussitôt.

— Je l’ai lu un nombre incalculable de fois lorsque j’étais plus jeune, je ne pense pas en avoir besoin dans le futur, et si tu l’apprécies, ça me ferait plaisir de le savoir chez toi.
Expliqua t-il.

Il s’asseya ensuite à côté d’elle, profitant du feuilletage des pages.
Il en profita pour s’écarter et attraper son livret pour adultes pour le déplacer sur sa table de chevet.
Loin d’elle.

— M-merci ! Il est magnifique ! Merci beaucoup !
Dit-elle en se tournant vers lui, les yeux brillants de joie.

Elle ne s’attendait pas à un tel cadeau.

— Ouaw… je pensais pas que ça te ferait tant plaisir que ça…
Rougit-il.

Elle hochait la tête pour signifier que si.
C’était le bon moment pour s’exprimer.
Il prit une grande inspiration et se lança.

— Je voulais aussi te dire quelque chose…
— … Oui ?

— Je… crois que je suis amoureux de toi.
Dit-il d’un seul souffle.

Elle resta muette.
Elle n’était pas mal à l’aise mais elle ne ressentait pas grand chose. Ni même de la peur.
Elle le connaissait depuis longtemps maintenant, et elle savait que c’était quelqu’un de respectueux, qu’il n’allait pas lui faire de mal ou la forcer à faire des choses, mais elle ne sut pas comment réagir.

— Je… je suis désolée… c’est la première fois… qu’on me dit ça… et… je ne sais pas comment je dois réagir… ?

Il rit nerveusement.

— Tu dois savoir si tu ressens quelque chose pour moi… ? Je sais que ça doit être compliqué… pour toi… je suis plus grand.. enfin si tu ne m’aimes pas c’est pas grave. Je voulais juste me déclarer. Te dire ce que j’avais sur le coeur… tu n’es pas obligée de me répondre maintenant, non plus…

— Je… ne sais pas… je ne te déteste pas ?
Essaya t-elle de dire.

Il rit de plus belle.

— Bon au moins, c’est ça de pris. Si je te mets mal à l’aise, n’hésite pas à me le dire. Je veux surtout pas que tu te sentes mal à cause de mes sentiments…

Il se résignait déjà à prendre un rateau.

— C’est que… c’est quoi être amoureux… ?
Demanda t-elle.

— Hmm… je ne sais pas trop moi-même… ça fait un moment que j’éprouve quelque chose pour toi… je pense à toi, à ton sourire… mon coeur bat plus fort lorsque je te vois, je te trouve mignonne… intelligente… j’ai envie de te prendre dans mes bras… par exemple… ?
Énuméra t-il, encore plus rouge qu’avant.

— Le coeur bat plus fort comment… ?

— Tu veux sentir… ?
Demanda t-il.

Elle acquiesça et il prit sa main pour la poser sur sa poitrine, gonflée et bien ferme. Effectivement son rythme cardiaque était plus fort.
Il la regardait dans ses yeux pendant tout ce temps et il osa demander.

— Est-ce que… je peux t’embrasser… ?
Hésitant.

— … Sur la bouche… ?
Demanda t-elle, pour être sûre.

— Oui.
— C’est que… je n’ai jamais…
Elle détourna son regard.

— Moi non plus.

— D’accord…
Dit-elle, en trouvant le courage de le regarder à nouveau dans les yeux.

Gardant sa main dans la sienne, il s’approcha d’elle, son visage maintenant à quelques centimètres du sien.
Ils continuaient à se regarder dans les yeux, n’osant pas quand commencer.
Elle pouvait presque entendre son coeur battre à tout rompre dans la poitrine de William.
Il approcha alors ses lèvres pour les poser sur les siennes.
Elles étaient douces, tièdes, il s’y reprit à plusieurs reprises, quittant ses lèvres pour s’y reposer, lentement, doucement, à des endroits différent de sa bouche.
Qui aurait pu croire qu’il existait une telle surface sur ses lèvres.
Elle se surprit à apprécier ces baisers, à se prendre au jeu, et d’elle-même, elle se mit à aller chercher ses lèvres, à ouvrir légèrement sa bouche pour que son souffle puisse s’y engouffrer.
C’était inespéré pour lui, elle ne le rejetait pas, pas tout de suite, et il sauta sur son pas en avant pour lui attraper le menton pour la maintenir.
Elle s’arrêta alors, le regardant d’un regard triste.

— Est-ce que… je fais mal ? …
Demanda t-elle.

— Non, au contraire…
Dit-il, son coeur était sur le point d’exploser.

— Ouvre un peu la bouche…
Dit-il.

Elle s’excécuta immédiatement.
Il approcha de nouveau son visage en biais pour l’embrasser, ses lèvres également légèrement entrouvertes, pour y glisser sa langue, humide et douce.

Elle ressentit quelque chose en elle, une boule chaude à l’intérieur d’elle, ce n’était pas son ventre, c’était beaucoup plus bas.
Elle avait beaucoup plus chaud, son souffle était plus court et pas seulement parce que sa bouche était prise.
Avec sa main sur son torse, elle resserra ses doigts dans le tissu de son T-shirt.
Et de son autre main, elle s’osa à le glisser sous le tissu, pour toucher ses abdominaux.
L’effet fut immédiat, il frissonna ce qui l’arrêta net, et il décolla sa bouche pour lui dire de continuer, qu’il aimait sentir ses doigts sur sa chair.
Il n’était pas spécialement très musclé, il avait un corps dans la moyenne, pas trop fin mais ni trop large, et ses muscles étaient de taille normale mais bien dessinés. Ce qu’elle avait rarement l’occasion de voir parce qu’il portait généralement un T-shirt plus ample et une blouse pour aider ses parents.
Sans parler de quand il se trouvait sur le terrain d’entraînement, il avait un débardeur spécifique qui était fait pour être taché, de sueur et de poussière.

Lorsqu’il se rapprocha pour l’embrasser, son esprit revint sur lui et le moment présent.
Ses doigts fins continuaient de se balader sur son torse, comme si elle cherchait à cartographier la moindre parcelle de sa peau et de ses muscles.
Il cachait bien son jeu. Se dit-elle.
Il se pencha de plus en plus sur elle et l’allongea sur le lit, sa main accompagnait sa chute jusqu’à ses draps.
C’était à son tour, au coeur d’Aurore de battre la chamade.

À ce moment précis.
Quelqu’un frappa à la porte et une voix féminine retentit de l’autre côté.

— Will’ ? Tu es occupé ?
— … Oui, maman.
— Je peux entrer ?
— NON !
— Ah… je me demandais… il y a Ten’ en bas… Aurore est avec toi ?

— Oui, maman… est-ce que je peux être tranquille maintenant… ?
Dit-il rouge pivoine.

Surplombant toujours Aurore qui ne savait pas si elle devait s’exprimer ou se taire, mais la vision de William totalement dans l’embarras la fit sourire plus qu’elle ne l’aurait pensé.

— Oui oui… il commence à se faire tard… et je me demandais si elle restait manger avec nous ce soir… ?

Elle fit oui de la tête.

— Oui maman…
— D’accord, j’appelle ses parents alors…

Aurore acquiesça encore une fois.

— Merci maman…

Et ils entendirent des pas s’éloigner.
Ils pouffèrent de rire tous les deux.

— J’imagine que ça nous a un peu coupé l’envie maintenant…
Dit-il, en s’apprêtant à se relever.

Elle ne le laissa pas s’éloigner et de ses bras, elle l’enlaça pour l’attirer vers elle et qu’ils reprennent où ils en étaient.

— Est-ce que… ça veut dire que tu m’aimes… bien… ?
Demanda t-il, le sourire aux lèvres.

C’était au tour d’Aurore de rougir.

— Il faut continuer… pour être sûr…
Dit-elle, espiègle.

Il l’embrassa à nouveau, et cette fois-ci, il fut surpris que sa langue soit accueillie par celle d’Aurore, qui caressait timidement le bout et les côtés de la sienne.
Ils se découvraient, et ils apprenaient à se caresser, à appréhender leurs émotions…

En short, son érection finit par faire tendre le tissu, ce qui ne passa pas inaperçu. Il se sentait à l’étroit et bouillonnant dans cette partie qui semblait pointer vers le ciel.
Aurore n’avait encore rien remarqué, profitant du baiser tendre qui lui procurait une émotion et une sensation qu’elle ignorait. Quelque chose de nouveau, du plaisir.
Les images de ce qu’elle venait de lire restaient imprégnées dans sa tête, et semblaient lui expliquer les étapes à suivre.
Est-ce que cela allait être encore plus agréable ? Était-ce possible ? Elle avait envie de William.
Qu’il continue, qu’il la prenne dans ses bras, qu’il la serre fort. Elle essayait d’effacer la suite de la BD de sa tête. Elle n’était pas encore prête de se déshabiller ni de l’accueillir en elle. D’ailleurs comment cela marchait ?
Comme si son envie était réciproque, il commença à faire la même chose en glissant timidement sa main sous le haut d’Aurore, elle frissonna au toucher qui décupla son plaisir, elle gémit malgré elle, ce qui les surprit tous les deux et il s’arrêta quelques secondes, pour demander s’il pouvait continuer.
L’embarras visible sur son visage, elle acquiesça et remarqua alors son érection, elle ne cacha pas sa surpise.

— … Je… pardon, je suis beaucoup trop excité..

Il se confondit en excuses mais elle le rassura.
C’était donc ça, ce qu’elle ressentait : de l’excitation.

— Qu’est-ce qu’on doit faire… ?
Demanda t-elle, un peu perdue.

— Hm… on peut commencer par se déshabiller…
Suggéra t-il, en ayant un peu hâte de la voir sans ses vêtements, puis voyant la gêne qu’elle exprimait sur son visage, il lui réexpliqua qu’elle avait le droit de vouloir arrêter.

— Non… mais, toi d’abord. Déshabille-toi…

— Ok, pas de problème, mademoiselle.
Sourit il, enlevant son T-shirt d’abord, et elle put admirer ses magnifiques muscles et quelques cicatrices dues aux entraînements avec les chiens.

Il était sur le point de retirer son short.
Elle vit alors son appareil reproducteur se dresser, comme libéré de cette prison qu’était ce tissu.
La surprise sur son visage était visible.
La surprise et une certaine appréhension.
Est-ce que c’était ce gabarit qui allait entrer dans son vagin encore vierge… ?
Elle demanda, si elle pouvait le toucher. Il accepta.
Il était amusé qu’elle découvre ce qu’était un pénis.
La sensation de ses doigts et de sa main empoignant son chibre le fit réagir et elle s’excusa de lui avoir fait mal.

— Au contraire, ça me fait énormément de bien…

Il lui caressa les cheveux. Avant de lui demander de retirer à son tour ses vêtements.
Elle en avait oublié cette étape. Elle s’empressa de retirer son haut, dans le même ordre que William.
Elle ne portait pas de soutien gorge, sa poitrine était petite mais ferme et ses seins avaient une forme bien ronde, avec des tétons roses qui pointaient, elle avait une sorte de chair de poule à cause de sa gêne et à cause d’une petite brise qui venait de s’engouffrer dans la chambre.
Puis elle retira le bas, avec sa culotte qui était, à sa grande surprise, un peu humide, mais pas de transpiration. Elle avait lu dans un livre que la femme produisait un peu de cyprine, un liquide qui permet de lubrifier lors des rapports.
Un peu honteuse, elle fit un tas de ses vêtements en essayant de cacher la tache au fond de sa culotte.
Il sourit et la rassura.

— Ne t’inquiète pas, c’est naturel et il n’y a rien de sale là dedans.

Elle rougit, et ses paroles la rassura un peu.
Elle etait maintenant nue, assise sur son lit, elle ne savait pas quoi faire et essayait de se cacher avec ses bras.

— Ne cache rien. Tu es magnifique… je suis si heureux que ce soit avec toi que je partage ma première fois…
Dit-il en repoussant gentiment ses bras pour la caresser des doigts ses hanches tout en remontant vers ses flancs et le bas de ses seins.

— Je peux ?
Demanda t-il.

Elle avait confiance et accepta.
Sa caresse la chatouillait presque, et l’excitait encore plus. Elle ferma les yeux et profita de cet instant.
Ses doigts se baladèrent tout autour de ses seins pour ensuite faire le tour de ses tétons, ce qui fit parcourir comme un courant électrique dans tout son corps.
Gênée, elle se jeta dans ses bras.

— P-pardon… j’y suis allé un peu trop fort… ?

— Non… j… je crois… que j’ai envie de toi… William…
Prononca t-elle dans le creux de son oreille, ce qui le fit frissonner.

— C’est ta première fois… je vais prendre mon temps pour te préparer… j’ai peur de te faire mal avec…

Il ne finit pas sa phrase mais ils se comprirent.
Il l’allongea sur le dos, sur ses draps et l’embrassa sur tout son corps, ce qui la fit gémir tout doucement.
C’était sa première fois, mais il avait eu le temps de se documenter au préalable…
Avec une de ses mains, il la caressa sur la cuisse pour la faire venir sensuellement vers son intimité.
Elle n’osait pas mais finit par écarter ses jambes lorsqu’il commença à toucher ses lèvres inférieures.
Elle était trempée, et cela le rassura.
Il caressa tout doucement le contour pour étaler la cyprine, et suivant la douce musique de sa voix, il pénétra lentement une phalange. Son gémissement se fit plus intense. Elle ressentait du plaisir et il aimait ça.
Il commença des petits allers et venues, tout en lenteur et en y mettant plus de longueur, petit à petit.
Il s’arrêta ce qui la fit faire une moue. Ses cheveux étaient en partie collée sur son visage et sa nuque à cause de l’effort physique et des sensations qu’elle ressentait.
Elle avait l’impression d’avoir couru un marathon.

— Ne boude pas. Je vais chercher un préservatif…
Dit-il. Prévoyant.

Elle resta sur le lit, à l’observer se diriger vers sa table de chevet, il prit un petit étui dans un tiroir et en déballa la protection.
Il le déroula sur son membre qui paraissait énorme et revint rapidement à ses côtés.

— Est-ce que tu te sens prête… ? Tu peux toujours dire non.
Lui demanda t-il, allongé sur le côté et lui caressant le visage. Tout en la regardant dans les yeux pour être sûr qu’il ne la forçait pas.

— Oui… j’en veux encore…
Prononca t-elle, ne croyant pas qu’elle venait de prononcer ce genre de paroles.

— D’accord
Dit-il en s’excécutant. Il lui posa un baiser sur son front puis ses lèvres.

Il se positionna sur elle, la surplombant, et souleva ses jambes toutes fines, et de sa main, il déposa le bout de son gland en face de sa fente.
Elle sentit une résistance, elle n’avait pas peur, elle le voulait en elle, mais son corps était encore jeune, frêle et surtout inexpérimenté.
Il l’embrassa tout en passant une de ses mains dans les cheveux blonds de la jeune fille, il essaya de forcer un peu plus pour que son gland puisse la pénétrer.

— Tu as mal… ?
Demanda t-il inquiet.

— Non… vas-y… continue…

Elle prit sur elle pour qu’il puisse entrer dans son intimité.
Il réussit enfin, mais elle étouffa un cri.
Il s’arrêta net.

— Tout va bien… ?
Demanda t-il, encore plus inquiet d’avoir pu lui faire mal.

— Oui… ça m’a surpris…
Sourit-elle.

— Je vais bouger… mais tout doucement…
Prévient-il.

Elle se laissa guider.
Il y allait de manière très douce et elle put accueillir sereinement ces nouvelles sensations dans le bas de son ventre.
Et ce qui devait arriver, arriva, elle sentit monter l’orgasme.
Il enlaçait les doigts d’Aurore avec les siens, et lui également, sentait les paroies vaginales se resserrer autour de sa hampe, c’était beaucoup trop agréable.
Sentant l’extase influencer les muscles internes et les mouvements de bassin, conscients ou inconscients de sa partenaire, il était au bout. Il n’allait pas pouvoir se retenir non plus.

— Aurore… je vais éjaculer… je…
Souffla t-il.

— Je sens… quelque chose monter en moi…
Souffla t-elle, également.

— Laisse-toi aller.
Dit-il avant de pousser un râle.

Elle sentit son pénis gonfler à intervalle réguler à l’intérieur d’elle et une vague de plaisir intense l’envahit, jusqu’à exploser, juste après.
Tous les deux se crispèrent et ils s’arrêtèrent de bouger.
William s’écroula sur Aurore et l’embrassa encore et encore.
Elle rit doucement, puis lui rendit une partie des baisers.

Il se retira après un petit moment et retira également la préservatif pour vérifier qu’il avait bien tenu et n’était pas percé.

— Tu vérifies la quantité… ?
Demanda t-elle curieuse.

— Oui… on peut dire ça… Et si je ne t’ai pas mis enceinte aujourd’hui.
Sourit-il.

Elle blêmit.

— Je plaisante. Ne t’en fais pas, j’ai eu le temps de préparer ma première fois un bon moment dans ma tête… et je ne rigole pas avec ce genre de choses… tu peux me faire confiance. Désolé que ça ait été aussi… court…

— Pas de problème. Moi, j’ai trouvé ça plutôt bien…
Dit-elle sans émotion.

— Il faudra recommencer alors…
Lui dit-il, en lançant un regard de défi.

— D’accord. Sans problème.
Sourit-elle.

— Mais… pas aujourd’hui…
Dit-il en soupirant.

Ils se rhabillèrent et malheureusement ils n’allaient pas pouvoir utiliser la douche tout de suite.

Elle chercha son téléphone pour envoyer un message à ses parents, en plus de l’appel qu’ils avaient dû recevoir.

Ils se rhabillèrent, plein de sueurs et d’autres fluides corporels. Ils purent tout de même se laver les mains dans la salle de bain au rez-de-chaussée, ils tentèrent de se recoiffer pour paraître présentables.
Elle venait de redécouvrir William et son coeur battait maintenant pour lui. Elle appréciait leurs interactions.
Son regard qui lui adressait et son sourire charmeur. Bon vivre.
Tous les deux un peu pudiques, il l’embrassait en catimini sur la bouche lorsque personne ne regardait.
Vérifiant que ni sa mère, ni son père n’étaient dans les parages, il embrassa la petite Aurore sur la joue, puis sur la bouche, avant qu’elle ne se love dans ses bras.

— Du coup… je te fais une demande officielle… est-ce que tu veux bien sortir avec moi… ?
Demanda t-il, avec ses bras autour de la taille de sa potentielle petite amie.

— Pour combien de temps… ?
Demanda t-elle, terre à terre.

— Aussi longtemps qu’on le souhaitera… ?
Réfléchit-il.

— D’accord !

Ils se rendirent à table pour le dîner.
Les deux parents de William étaient également là.
Tous les deux blonds mais d’un blond plus foncé qu’Aurore, les cheveux plus épais, sa mère avait des yeux bleux d’un clair presque cristalin et son père avait les yeux verts.
Son père avait l’air bourru, plutôt grand même s’il n’était pas très large, William savait d’où venait la structure de ses muscles. Les cheveux lisses et courts.
Quant à sa mère, son visage était doux mais son regard dur. Aucun doute là dessus, c’est son sourire qu’il avait.
Ils gardèrent le silence sur ce qu’ils faisaient dans la chambre mais sa mère n’avait pas la langue dans sa poche.

— La prochaine fois, ne faites pas de chichis et utilisez la douche…
Dit-elle en picorant un accompagnement sur la table.

Tous les deux, enfoncèrent leur visage derrière leur bol de riz.

— Ne les embête pas…
Soupira son père, qui avait bien trop l’habitude de son franc parler qui pouvait être mal pris.

— Je dis les choses simplement. Will’ est bien né de quelque part !
S’indigna t-elle.

— Maman… !
S’écria son fils. Imaginant ses parents faire la même chose qu’eux quelques heures auparavant.

— Sinon, c’est officiel Will’ ? Vous êtes ensemble ?
Changea de sujet son père. Il adressa un sourire bienveillant à Aurore.

Ils se regardèrent et il acquiesça.

— Bon courage à toi, ma petite Aurore. De supporter notre Will’.
Dit-il en lui lançant un clin d’oeil.

Elle rendit le sourire avec quelques rougeurs aux joues. Pensant que c’était plus elle qui allait être une enfant à côté de ce grand garçon.
Le repas était chaleureux, et elle s’amusait de voir William se quereller gentiment avec sa mère.

Elle remercia les hôtes et elle regroupa ses affaires pour rentrer chez elle.
Ten’ qui était parti s’amuser et manger avec les autres chiens d’élevage, fut rappelé sans problème.
Devant la porte d’entrée, William l’embrassa encore une fois, à l’abri des regards de ses parents et lui souhaita une bonne nuit.
Sa mère lui cria du salon.

— Raccompagne-la, gros bêta !

Il se sentit honteux de n’y avoir pas pensé et enfila des claquettes pour la ramener chez elle.
Il s’excusa alors qu’elle s’excusait que sa mère l’ai forcé à devoir faire le chemin jusqu’à chez elle.

— Mais non ! C’est moi qui suis trop idiot, même si c’est sûr, je peux pas te laisser rentrer seule —avec Ten’— à cette heure-ci. J’en profiterai pour saluer ta famille.
Rajouta t-il après que le chien sembla lui lancer un regard de reproche.

Ils papotèrent, ils avaient surtout l’habitude de parler de Ten’ sans s’épandre sur leur vie privée, et aujourd’hui ils apprenaient vraiment à se connaître. Du moins, Aurore.
Elle se fit la réflexion qu’elle ne l’avait jamais envisagé parce que c’était le meilleur ami de son frère. Et qu’elle le considérait comme un grand-frère.
En réalité, elle n’avait jamais envisagé l’amour avec n’importe qui.
Ce soir, elle était sur son petit nuage et elle n’était pas la seule.

*

C’est son père qui reçu l’appel de la mère de William.
Elle ne s’épancha pas sur les détails, et ils savaient qu’Aurore était sortie avec Ten’ aujourd hui, c’est tout.
Elle n’était jamais loin et ils avaient confiance avec Ten’ qu’elle ne serait pas seule et qu’elle était assez raisonnée et raisonnable pour ne pas faire de bêtises.
Il fut à peine surpris qu’elle soit chez William. Ils se connaissaient, c’était le vétérinaire de Ten’, et le meilleur ami de Cean. Il remercia la mère pour Aurore en espérant qu’elle ne les dérange pas.
Il raccrocha et Cean qui traînait dans le salon interrogea son père.

— La maman de William. Aurore est chez eux et va rester dîner là-bas ce soir, apparemment.

Cean semblait gêné par cette information, et son père le remarqua.

— Il y a un problème avec William… ?
Demanda t-il en toute innocence.

— Non non… C’est juste que… il est amoureux d’Aurore… je me fais peut-être des idées…

Hélène qui était dans le couloir ne rata pas une miette et approcha son demi-frère pour lui soutirer plus d’informations.
Gabriel soupira, mais eut tout de même un micro pincement au coeur, sa fille adorée était-elle en train de vivre sa première histoire d’amour… ?

— Ton ami William est amoureux d’Aurore ? Tu m’en a jamais parlé !
S’amusait la petite curieuse qu’était Hélène.

— J’allais pas t’en parler avec Aurore dans la même pièce ! Et j’étais pas censé le dire…

Il était inquiet pour les deux, Aurore et William.
L’agitation attira Alain qui sortit de sa chambre pour demander ce qu’il se passait.
Gabriel laissa les enfants discuter et s’en alla à ses occupations.

— C’est quelqu’un de bien j’espère !
Questionnait Hélène.

— C’est mon ami je te signale. Et s’il lui venait l’envie de faire du mal à Aurore… tu te doutes bien que je serais le premier à le lui faire regretter.
S’exprima Cean.

— Mais Aurore, elle est amoureuse de lui ?
Demanda Alain, tout de même curieux qu’on en vienne à parler de William tout d’un coup.

— Je ne pense pas…
Réfléchissait Cean.

— Elle est allée chez lui pour quoi ?

— Aucune idée, elle a l’habitude d’y aller pour Ten’…

— Ça se trouve on se fait des idées pour rien…
Conclua Alain qui était en train de retourner dans sa chambre.

Quand Alexandra rentra, Gabriel lui fit passer le message pour Aurore, et elle ne tarda pas à recevoir un petit message de sa fille elle-même, quelques minutes plus tard. Elle entendit la discution de ses autres enfants et dut intervenir.

— Par contre… lorsqu’Aurore rentrera. Je ne veux pas vous voir la harceler de questions. C’est sa vie privée et elle a le droit de ne pas vouloir en parler. Si elle souhaite en parler, elle le fera.

Elle entendit ses enfants faire la moue et rechigner.
Elle soupira.

— Moi aussi je suis curieuse, mais mettez-vous à sa place. Est-ce que vous aimeriez qu’on vous noie de questions ?

— D’accord…
Dirent-ils, sans trop de conviction.

— Bien. Venez m’aider à préparer à manger, s’il vous plaît.

*

Il n’osa pas vraiment entrer, sachant que toute la famille était derrière cette porte.
Elle vit son hésitation et s’approcha de lui, mais ne savait pas trop non plus quoi faire alors elle resta devant lui et le remercia de l’avoir raccompagnée.
Il pouffa de rire en voyant sa gêne et s’approcha et se pencha pour l’embrasser tendrement sur la joue.

Cean, Hélène et Alain avaient entendu des voix en provenance de l’extérieur et ils se précipitèrent à la fenêtre pour voir quelque chose.
Ils étaient alors tous les trois, le visage collé à la vitre pour regarder la scène, et peut-être entendre quelque chose de la conversation.
Ils virent alors William se pencher pour embrasser Aurore sur la joue.
Il se rendit compte de leur présence, et Aurore se tourna également vers la fenêtre et elle crut mourir de honte.
Leur mère arriva pour tirer les rideaux et pousser ses enfants à se décoller de la vitre, mais c’était trop tard.

William lui-même était un peu gêné, mais d’un autre côté, il n’avait pas honte de sa relation avec Aurore. Tôt ou tard cela se saurait.

— Je… je vais te laisser, je crois que ta famille t’attend… merci encore pour la journée… bonne nuit ?

— Je suis désolée… pour mes frères et soeur… et merci à toi… pour tout ! Rentre bien ?
Dit-elle en touchant le livre qui était dans son sac en bandoulière.

— T’en fais pas. On se recontacte, t’as mon numéro !
Dit-il en s’éloignant et en lui faisant de grands signes pour lui dire au revoir.

Il savait que s’il ne bougeait pas, ils allaient sûrement rester devant sa porte pendant un moment.
Elle lui rendit des petits signes de sa main, timidement mais souriante. Le coeur battant.

*

Elle ouvrit la porte et enleva ses chaussures.
En murmurant un petit  » Je suis rentrée… »
Elle évitait le regard de Cean, surtout et d’Hélène et Alain qui faisaient semblant de ne rien avoir vu.
Ils étaient restés flâner exprès dans le salon pour espérer une miette d’information de sa journée.

— Les enfants, si vous avez fini, allez dans votre chambre.
Avait dit Alexandra, sans aucune animosité.

Ils n’eurent pas d’autre choix que d’obéir. Gabriel qui était juste derrière elle leur lançait des regards meurtriers.
Sa mère s’adressa à Aurore quand ils furent partis, de leur champ de vision, du moins.

— Tu as passé une bonne journée ?
Demanda t-elle innocemment, c’était le genre de questions qu’elle posait en temps normal.

— Oui… je vais aller me coucher je pense. Est-ce quelqu’un va à la salle de bain ?

— Utilise la notre, celle dans notre chambre, si tu veux.
Proposa Alexandra.

Elle se doutait que sa fille aurait peut-être envie d’être un peu seule et pas tout de suite confrontée à sa fratrie.

— Merci maman…

Elle se dirigea vers sa chambre pour déposer ses affaires et prendre ses vêtements de rechange pour la nuit.
Son frère l’attendait sur le palier de sa porte, la regardant sans rien oser dire.
Elle sentait son regard pesant sur elle et préfera baisser les yeux et aller directement vers sa porte.
Il finit par briser le silence avant qu’elle ne quitte le couloir.

— Aurore… je sais que ça ne me regarde pas… mais si jamais Will’ fait quelque chose de déplacé ou se comporte mal avec toi… hésite pas à venir m’en parler. Je serai toujours de ton côté.
Dit-il d’une voix rassurante.

Elle ne s’attendait pas à cette réaction de son frère, mais au fond d’elle, ce n’était pas étonnant, quand elle connaissait son caractère protecteur.
Elle fut émue et elle se retourna vers lui pour le regarder dans les yeux.

— Merci Cean. Ne t’en fais pas… si jamais ça arrive, je n’y manquerai pas.
Elle lui adressa un sourire.

Les joues un peu rouge, il détourna son regard.

— J’y compte bien !
Ajouta t-il avant de tourner ses talons et retourner dans sa chambre, en fermant la porte derrière lui.

Alain était parti dans la salle de bain et Hélène avait entrouvert la porte de sa chambre pour épier leur conversation.
Aurore s’en alla vers la chambre de sa mère.
Elle et Gabriel étaient encore dans la cuisine à discuter tout en faisant la vaisselle.
Chris rentrerait plus tard, semblerait-il.
Ils avaient l’air d’avoir une discussion sérieuse mais leur ton était léger. Gabriel profitait parfois que les enfants aient le regard ailleurs pour adresser une petite intention à Alexandra, qui le rappelait alors à l’ordre.
Les enfants n’avaient jamais les yeux vraiment loin.

La douche lui fit un bien fou.
Elle repensa à ce qu’elle venait de vivre et ne put s’empêcher de rougir. La sensation était encore présente et elle avait l’impression de ne pas être rassasiée. Elle voulait en savoir plus sur son propre corps, et sur le sien.
Ten’ s’était posé sur le tapis devant la cheminée, la gueule sur ses pattes, il semblait profiter du calme relatif de la maison.
Sa douche fut courte.
Elle avait hâte de retourner dans sa chambre et feuilleter son présent. Le livre.
Lorsqu’elle sortit en T-shirt et short, les cheveux un peu mouillés, sa mère était assise sur son lit et l’incita à s’asseoir en tapotant la place à côté d’elle.
Assise en tailleur, elle avait fermé la porte de la chambre.

— Il faut qu’on parle…
Dit-elle, d’une petite voix mais chaleureuse.

— Je sais que tu lis énormément et je suis désolée si je n’ai jamais vraiment eu l’occasion de te parler de… sexualité, en général…

— Oui… maman ?
Aurore rassura sa mère, elle n’était pas gênée par sa conversation.

Elle hésita à poser sa main sur celle de sa fille, mais elle le fit tout de même.

— Je ne veux pas m’immiscer dans ta vie privée, mais je m’en voudrais si je ne te posais pas la question. Si jamais tu as une relation intime avec quelqu’un… tu connais l’importance des moyens de contraception, n’est-ce pas… ?

Aurore posa son autre main sur celle de sa mère et la resserra dans la sienne.

— Oui, maman.
Elle la regarda droit dans les yeux, et sa voix était claire et nette.

Alexandra soupira de soulagement.

— Bon, j’ai tout dit. Après libre à toi, si tu veux m’en parler ou non. Sache que je serai toujours disponible pour en discuter avec toi.
Sourit-elle, en espérant ne pas être trop insistante. Je sais que tu es jeune mais je sais également que tu es mature et intelligente. Je te fais confiance. D’accord… ?

— Merci maman…

Aurore prit une longue pause, regardant un bout du drap du lit, elle réfléchissait.
Elle ressentait l’envie de se confier mais ne savait pas où ses sentiments nouveaux la mèneraient.

— Dis maman… c’était comment ta première fois ?

Ce fut au tour d’Alexandra de devenir rouge pivoine.

— Bien… euh…. comment dire… tu sais, je n’ai connu que ton père… et Chris… du coup c’est peut-être un peu embarrassant de te raconter ma première fois avec papa…

Voyant que sa fille était captivée par le début de son récit, elle se décida à lui raconter en partie comment c’était.

— Disons qu’il a été très doux et compréhensif. Il savait que c’était ma première fois. Contrairement à moi, il en avait eu des conquêtes !

Elle avait l’impression de rajeunir de 20 ans. C’était étrange.

— C’est comment d’être amoureux… ?

— Est-ce que tu penses être amoureuse… ?
Demanda t-elle.

— Je… ne sais pas…
— Est-ce que tu apprécies le temps que tu passes avec cette personne ?

— Je crois… ?
Réfléchit-elle.

— Laisse-toi le temps. Profite du moment présent. Si, déjà, tu désires revoir cette personne, et être à ses côtés, c’est déjà une bonne piste.
— C’est différent de l’amitié… ?
— Hmm. C’est une très bonne question. Est-ce que tu as envie de prendre dans tes bras et d’embrasser tous tes amis ?
— … Hm… embrasser sur la bouche ?
— Oui.
— Non, je ne pense pas.
— L’amour c’est quelque chose de plus intime, je pense. Plus intense. Je ne peux pas te dire exactement comment ça se passe, il dure plus ou moins longtemps selon les couples, ce n’est pas une science exacte. Tu devras le découvrir par toi-même et faire ta propre expérience…
— He crois comprendre…
— Enfin, c’est à consommer sans modération, tant que vous vous protégez !

— Oui maman… !
Râla Aurore, sur l’insitance de sa mère sur ce point.

— William a l’air à cheval sur ce point…
Souffla t-elle, pour la rassurer, les joues un peu plus rouges et non à cause de la douche chaude.

— Oh ? Vous… ?

— Oui…
Rougit-elle encore plus fort en n’osant plus regarder sa mère dans les yeux.

— Allez, va te coucher.
Abrégea sa mère, en lui embrassant le front. Avec un large sourire.

— Bonne nuit maman… merci.
Dit-elle avant de sortir.

Elle embrassa son père qui était assis dans le canapé en train de lire avec ses lunettes sur le nez.

— Bonne nuit papa.
— Bonne nuit Aurore.

Ten’ se releva et suivit Aurore dans sa chambre.
Sa porte était toujours légèrement entrouverte et une des porte-fenêtres dans le salon qui donnaient vers l’extérieur l’était également, pour lui permettre de sortir en pleine nuit si besoin.

*

Elle était assise à son bureau, les cours venaient de finir et elle rangeait ses affaires dans son sac, comme tous ses camarades.
Ils étaient en train de discuter joyeusement sur comment occuper leur fin d’après-midi et Aurore n’était jamais interessée. Elle avait une réputation de rat de bibliothèque et effectivement, c’est ce qu’elle songeait faire, s’y rendre pour en apprendre un peu plus sur le corps humain… de manière scientifique bien entendu.
La tête ailleurs, elle rangeait, le regard fixe devant elle.
Quand quelqu’un de sa classe l’interpela pour lui dire qu’un grand l’attendait, à la porte, non pas de l’école, mais de la classe.
Elle leva les yeux et elle vit William, qui regardait ailleurs.
Et leur regards se croisèrent et elle rougit jusqu’aux oreilles.
Que faisait-il ici ?
L’entrée de l’établissement était libre mais il n’avait rien à faire ici.
On était dans un lycée, Aurore était en première année et ce jeune homme ne faisait pas partie des troisièmes années. Il était un peu plus grand, il avait une sorte de prestance différente, et surtout, il était inconnu de presque tous. Malgré que le lycée n’ait pas d’uniforme, il avait quelque chose qui dénotait avec l’endroit.
Il lui fit un large sourire.
Elle se pressa de mettre dans son sac ses dernières affaires, mais dans la précipitation, elle fit tomber un de ses cahiers qui s’ouvrit.
Il s’approcha pour l’aider à le ramasser et lui tendre, et il en profita pour lire ses notes.
Elle ne savait plus du tout où se mettre.

— Aurore… est-ce que ça va ? C’est qui ce gars ?
Demanda un camarade de sa classe, la voyant gênée et pas dans son attitude habituelle.

— Oh, toi ! Si t’es venu pour embêter Aurore, tu vas avoir des problèmes !
S’écria une voix féminine grave.

Elle s’interposa entre Aurore et William et le toisa. Elle était plutôt grande pour une première année mais William était plus grand tout de même.

— Je ne savais pas que tu avais des gardes du corps…

William recula, refermant le cahier et en levant ses mains en guise de défense.

— Je ne lui veux aucun mal, il y a méprise.

— T’es qui pour débarquer comme ça dans notre classe ? T’as redoublé combien de fois ?

— Wow, on se calme. J’suis un aîné, depuis quand il n’y a plus aucun respect… ?

Le ton commençait à monter et les autres de la classe avaient leur regard rivé sur eux.

Un adulte arriva dans la classe et se dirigea vers le bureau devant le tableau, pour recupérer quelque chose dans le tiroir qui semblait être le sien.
Voyant la tension de la pièce et les yeux rivés sur le groupe d’élèves, il leva également les yeux pour observer cette scène étrange.

— Il y a un problème professeur ?
Demanda un élève, voyant l’homme froncer des yeux.

— Oh non, j’avais juste oublié quelque chose dans mon bureau. Par contre… que se passe t-il ?
L’interrogea t-il, en toisant l’épicentre de l’agitation.

— Euh… un aîné qu’on a jamais vu est venu dans notre classe.. on ne sait pas trop ce qu’il veut…
Tenta t-il d’expliquer.

Le professeur s’avança pour voir de plus près.
Il reconnut la tête blonde du jeune homme.

— William ? Que fais-tu ici ?
L’interpela t-il.

— Professeur !
S’exclama t-il, comme sauvé de cette situation difficile.

Des murmures s’élevèrent.
Aurore aurait souhaité dissiper le malentendu mais les évènements s’enchaînaient trop vite.
Les defenseurs et amis de la jeune fille se reculèrent, sachant maintenant que l’inconnu était du même lycée qu’eux.

— L’école te manque à ce point… ?
Demanda t-il à son ancien élève.

— Pas le moins du monde.
Sourit-il.

— Si c’est pour faire le pitre, je te prierais de bien vouloir quitter ma classe, ainsi que l’enceinte de l’établissement. C’est pas un terrain de jeu, ici.

15 – 23

2020.04.21

Réputation [R-18]

L’un resta aux toilettes prétexant qu’il n’allait pas bien.
Son ami le nargua en lui disant qu’il ratait quelque chose et que c’était pas de chance.

Celui qui rejoignit Ulysse lui en voulut d’avoir commencé sans lui. Il était en train de s’amuser avec la poitrine de la victime qui ne réagissait pratiquement pas, à part quelques gémissements.

— Ça va, j’ai encore rien fait. Il est où l’autre ?
Dit-il pour se dédouaner.

— Laisse tomber, il a chopé une gastro ou un truc dans le genre.
— Tant pis pour lui. Tu veux commencer par quoi ?
— Hm… j’étais parti pour la tabasser d’abord. T’as dit que tu savais pas combien de temps ça durait les effets, non ?
— Exact.
— Si on la tabasse maintenant, si jamais elle reprend ses esprits, on sera tranquille. Puis ça nous défoulera un peu avant de nous vider les couilles…

— Pas con. J’ai prévu les capotes, au fait.
Dit-il en sortant une guirlande de préservatifs de sa poche.

— T’es le meilleur.
Dit-il en lui en tapant cinq.

— Ici, c’est pas ouf, on la déssape dans la douche ?
— J’ai une meilleure idée, on la tabasse sous la douche, et on s’occupera des fringues après.

Ils la traînèrent jusqu’au coin des douches et ils commencèrent à lui donner des baffes, des coups dans le ventre, dans les jambes. À lui cracher dessus, chacun leur tour.

— Putain ça m’excite grave, j’ai envie de lui éjaculer dessus.
— Bah vas-y, on la rincera après de toute facon.

Elle était recroquevillée sur elle-même, ne sachant pas si c’était de douleur ou juste à cause de l’impact des coups.
Elle avait toujours l’impression d’être dans du coton, tout était flou, les voix lointaines, elle devinait le sol en carrelage et reconnaissait vaguement les douches du vestiaire mais elle n’en était pas sûre.
Même les coups qu’on lui donnait semblaient être adressés à une autre personne, elle n’en ressentait presque pas la douleur. Cette douleur était vivace puis s’estompait comme tout autour d’elle.
Elle n’avait même pas la force de crier ou de parler.

Ils appuyèrent sur le bouton pour déclencher la douche et la laissa couler sur le corps presque inerte d’Hélène.

— Tu crois qu’elle peut se noyer ?
Demanda Ulysse, presque comme si c’était une blague.

— On va vite le savoir.
Répondit l’autre, sur le même ton.

Ils étaient là, spectateurs et amusés par ce qu’ils voyaient.

*

Celui qui était aux toilettes, attendit que son ami parte pour sortir et courir vers l’extérieur.
Il était terriblement mal à l’aise de cette situation et culpabilisait pour Hélène.
Il cherchait quelqu’un, désespérément, un adulte probablement.
Comme avait prévu Ulysse, ce jour-là et à cette heure-ci, les lieux étaient pratiquement vides.
Quelques élèves traînaient encore dans les couloirs pour discuter, mais la plupart étaient en train de rentrer chez eux.
Il essaya la salle des professeurs, avec un peu de chance il restait quelqu’un.

*

Alain était rentré chez lui, mais quelque chose clochait.
Hélène n’était pas là.
Il savait qu’elle devait être rentrée et qu’elle prévenait toujours si elle allait quelque part.
Les mots de son frère retentirent dans son esprit.

« Et s’ils s’en prenaient à Hélène ? »

L’angoisse l’envahit.
Ses chaussures n’étaient pas dans l’entrée.
Il l’interpela. Pas de réponse.
Il courut dans sa chambre, elle n’était pas là.
Il commença à paniquer.
Il s’inquiétait peut-être pour rien.
Si elle n’était pas à la maison, c’est qu’elle était peut-être restée à l’école. Il ne voulait pas inquiéter ses parents pour rien.
Il appela quand même Cean pour être sûr qu’elle n’était pas allée les voir, connaissant sa relation avec Aurore.

— Allô ? Cean ? C’est moi Alain.

Il appelait du fixe.

— Oui Alain ? Il y a quelque chose ?
Demanda t-il.

— Hélène est pas chez toi ?
— Euh non, pourquoi ?
— Pour rien… elle est pas rentrée à la maison, je… je suis un peu inquiet. Elle est peut-être encore à l’école. Je vais aller voir.

— Attends. T’es sûr que ça va ?
Demanda t-il, entendant la détresse dans sa voix.

— … Quelqu’un m’a enfermé dans ma salle de classe. J’espère qu’Hélène va bien. Je te laisse, je retourne à l’école.
— J’arrive. Je viens t’aider.

— Merci…
Lâcha t-il avant de raccrocher.

Cean raccrocha et s’adressa à Aurore qui était dans le salon.

— Je retourne à l’école, Alain a oublié quelque chose là-bas, je vais l’aider. Si maman ou papa rentre, tu leur diras ?
Mentit-il.

— D’accord.

Il avait promis à son demi-frère de ne rien dire.

*

Alain interrogea des élèves au hasard. Avec son tact légendaire, il essaya de se contrôler et être courtois.
Les groupes qu’il abordait ne semblaient pas être au courant.
Quand une personne à part entendit ses questions et l’interpela.

— Ta soeur, tu veux dire cheveux noirs longs bouclés et peau un peu mate ? À peu près de cette taille ?
Mima t-elle.

— Oui.
— Ça fait un moment, mais il me semble l’avoir vue avec un garçon, ils étaient en train de se diriger vers le gymnase. Ils ont dû repartir depuis…
Expliqua t-elle en tentant de se remémorer la scène.

— Merci !
Remercia t-il en courant jusqu’au gymnase.

Cean le suivait.

Comme elle l’avait prédit.
Le gymnase était vide.

— Merde… !
— Alain. Regarde ça.

Cean ramassa un bout de tissu qui ressemblait à une manche de chemise.

— Ça ressemble… à ce qu’elle portait. Ils sont où, putain ?!
S’énerva t-il. Sa voix résonnant dans tout le gymnase.

Après l’écho, le silence revint, mais un bruit de fond était presque imperceptible.

— Tu entends… ?
Demanda Cean.

— Quoi… ?

Alain et sa rage bouillonante l’empêchait de bien entendre, sa colère faisait qu’il n’entendait que les battements de son coeur contre sa tempe.

— Il y a un bruit…. d’eau… ? De douche ?

— Les vestiaires ! S’écria Alain.

Ils coururent jusqu’aux vestiaires et restèrent silencieux pour se diriger vers les douches.
Ils aperçurent les deux garçons en train de rire en regardant le corps d’Hélène sous le jet d’eau.
Alain vit rouge. Il se rua sur Ulysse pour lui asséner un coup de poing au visage, de toute sa force.

Les deux spectateurs se retournèrent et n’eurent pas le temps de se défendre.

— Putain, ils foutent quoi ici ?!
S’exprima Ulysse avant de se prendre le coup et tomber sur le carrelage.

Alain était en train de passer ses mains autour du cou tout en l’enjambant.
Son pantalon était défait et on pouvait voir son caleçon.
Il essaya de ne pas y penser mais l’idée lui traversa l’esprit, qu’il ait pu passer à l’acte sur sa soeur.
Cean donna un coup de poing à l’autre garçon qui essayait de s’enfuir. Il s’écroula sur le sol.
Il se dirigea ensuite sur Hélène pour la sortir de la douche et vérifier qu’elle était encore vivante.
Son corps était gelé, trempé, et ses cheveux étaient défaits et emmêlés devant son visage.
Il ne vit pas tout de suite le rouge à ses lèvres, et quelques boursoufflures sur le visage.
Il dut crier à Alain d’arrêter avant de tuer Ulysse, qui essayait de se défendre.

— Il faut qu’on s’occupe d’Hélène ! Arrête Alain !

La colère le rendait sourd et il avait l’impression que rien ne pouvait l’apaiser tant qu’Ulysse resterait en vie.
Une partie de sa rage était envers lui-même.
De n’avoir pas pris les avertissements de Cean au sérieux.

*

Il ne restait qu’Alexandra en train de ranger des piles de papier lorsque l’élève frappa et entra.

— Oui… ? En quoi puis je t’aider ?

— Madame… C’est grave, dans les vestiaires… il y a une agression…
Dit-il essouflé.

— Pardon ? Calme-toi. Comment ça, une agression ?

— Il faut que vous veniez, tout de suite… !
La pressa t-il.

Elle posa ce qu’elle avait dans ses mains et suivit l’élève avec hâte.
Le voyant essoufflé, elle n’osa pas l’interrompre pour qu’il lui explique les détails.

Elle entendit des bruits de lutte et en s’approchant elle fut prise d’horreur en voyant son fils en train d’essayer d’étrangler Ulysse au sol, et Hélène dans les bras de Cean, inerte.

— Maman… il faut arrêter Alain…
Dit Cean qui essayait de déplacer le corps de sa soeur en dehors de la douche.

Totalement trempée, rien qu’au toucher il sentait qu’elle avait quelques côtes cassées. Il n’était pas judicieux qu’il la porte mais il ne pouvait pas la laisser sur le carrelage humide et froid.

— Hélène… tu m’entends ?…
Demandait-il pour qu’elle donne un signe de vie.

Elle respirait encore mais elle avait probablement perdu connaissance.
Alexandra se précipita sur Alain pour le dégager de sa position. Il lâcha son emprise sur son cou, voyant sa mère, il se calma, mais donna tout de même un dernier coup de poing dans son visage, qui l’assomma sur le sol.

— Je ne sais pas ce qu’il s’est passé ici, mais ça demandera des explications.
Dit-elle en regardant les corps des garçons assommés.

Elle se tourna ensuite vers Hélène.
Elle ordonna à celui qui l’avait amenée ici, de prévenir l’infirmier pour ramener de quoi transporter quelqu’un en soin intensif.

— Quant à vous deux… il faut quelqu’un pour prévenir Gabriel de… tout ceci. Et j’ai besoin de détails…

Alain ne se sentait pas très à l’aise pour aller voir Gabriel et Cean se dévoua pour y aller.
Alexandra s’approcha du corps d’Hélène et fit les mêmes gestes que Cean auparavant, pour savoir si elle respirait encore, tâter son pouls, tâter le corps et vérifier qu’elle n’avait pas des blessures plus graves.
La tension de la découverte était retombée et elle voyait l’état déplorable de sa fille, elle ne put s’empêcher de retenir ses larmes.

— C-comment ça a pu arriver…. ?
Dit-elle en essuyant d’un revers ses yeux, en espérant que cela passerait inaperçu.

— Je suis désolé…
S’excusa Alain. Lui-même sous l’émotion voyant sa soeur dans cet état.

— Ce n’est pas toi qui l’a mise dans cet état, Alain. Tu n’as pas à te rendre coupable…
Dit-elle pour le rassurer.

— C’est ma faute si elle a été prise pour cible… parce qu’Ulysse avait une dent contre moi, à cause de la dernière fois…

— C’est inadmissible. Ce genre de représailles est inadmissible ici.

La colère s’était emparée d’Alexandra.
Il était rare de voir sa mère aussi remontée et il en eut des frissons dans le dos.

— Sache que cela ne restera pas impuni. Ne fais rien d’incensé et laisse-nous nous occuper de ça. Si tu fais du mal à ceux qui sont à l’origine de ceci, cela risque de se retourner contre toi.

— Oui, maman…

Il savait qu’il pouvait faire confiance à sa mère pour cela mais rien que ses mots lui inspiraient la peur.

— Cean a raison. Hélène est mal en point… ses côtes sont probablement brisées et il vaut mieux ne pas la déplacer plus. Il faut qu’on attende la civière.
Les deux garçons ici, ne vont pas tarder à reprendre connaissance. Est-ce que je peux te demander d’aller chercher ton père, déjà pour le mettre au courant de la situation, puis d’autre part pour qu’il prévienne les parents que leurs fils vont devoir répondre de leurs actes.

Elle passa sa main sur les cheveux de sa fille pour dégager son visage et elle remarqua l’étendu des dégâts.
Un autre pincement au coeur suivit.

— Que s’est-il passé… ?
Demanda t-elle dans le vide.

L’infirmier arriva avec l’autre élève qui resta là, à observer la scène, tremblant.

— Je…. je peux vous expliquer…
Avoua t-il.

Pendant que l’infirmier, avec l’aide d’Alexandra, installait Hélène sur la civière, il leur expliqua alors le plan d’Ulysse et qu’il n’avait pas assumé et s’était isolé pour pouvoir prévenir de ses agissements.

— Je… je sais que je suis fautif aussi, je suis terriblement désolé…

Alexandra posa sa main sur son épaule et le remercia de lui avoir raconté tout ce qu’il savait.

— Je ne vais pas te mentir, je ne sais pas quelles seront les sanctions, mais merci.
Est-ce que tu peux aider l’infirmier à emmener Hélène, s’il te plaît ?
Je vais embarquer ces deux-là, en cellule de détention…

Elle utilisa sa magie pour les soulever et lier leurs poignets et les chevilles puis les faire léviter pas loin d’elle.
Il en resta bouche bée.
Sa réputation n’était pas volée.

2020.04.12

Guirlande [R-18]

Le retour d’Alain à l’école passa presque inaperçu.
Les autres élèves chuchotaient et d’autres l’ignoraient comme d’habitude.
Ils n’avaient jamais été très sociables envers les autres camarades de classe. Cela n’était pas choquant.
Ils restaient entre eux, soudés.
Hélène lui avait permis de rattraper tous ses cours.
L’autre élève suspendu ne tarda pas à faire son retour en grandes pompes. Saluant ses amis et n’hésitant pas à s’exprimer sur la dureté de cette semaine chez lui, en jetant des regards prononcés vers celui qui en était la cause.
Hélène jeta à peine un regard derrière elle et emboîta le pas de son frère pour se rendre en cours.
La journée se passa sans accroche.
Pas de cours d’entraînements aujourd’hui.

Ils étaient sur le point de quitter les lieux d’études.
Dans l’entrée, quelqu’un accourut pour interpeller Alain.
Il ne cacha pas sa surprise.

— Le professeur m’a dit qu’il voulait s’entretenir avec toi rapidement. Il a oublié de te le dire. Il t’attend dans la salle de classe à l’étage.
Expliqua t-il un peu essouflé.

Alain jeta un coup d’oeil à Hélène.

— Je vais rentrer d’abord, prends ton temps.
Répondit-elle, comprenant sa question non formulée.

— Ok, on se retrouve à la maison.
Dit-il en retournant sur ses pas.

Elle se dirigea vers la sortie, quand ce fut à son tour de se faire interpeller, par une autre personne.

— Est… ce que… tu as un peu de temps… ? Je voudrais te dire quelque chose… en privé…

Le garçon semblait gêné et pas très à l’aise.

— Euh… oui ?
Réfléchit-elle.

— Tu veux bien me suivre dans un endroit avec moins de monde… ?
Demanda t-il en regardant le flux d’étudiants passer autour d’eux et sortir.

C’était compréhensible , elle acquiesça et le suivit.
Il était nerveux et elle le ressentait.
Il se dirigea vers le gymnase d’entraînement.
À cette heure-ci, elle était étrangement vide. D’habitude il y avait toujours un ou deux groupes qui révisaient les gestes et techniques. C’était peut-être pas l’heure exacte où ils arrivaient. Elle était déjà venue pour s’améliorer.
Il s’arrêta devant elle.
Elle ouvrit la bouche mais la referma aussitôt. Finalement c’était son problème.

— Tu voulais me dire quoi… ?
Demanda t-elle pour briser le silence.

Il regardait autour de lui, effrayé par quelque chose.
Elle regarda également autour d’elle.

— Il n’y a personne, tu peux parler.
Le rassura t-elle.

La porte s’ouvrit derrière elle et trois autres personnes arrivèrent.
L’élève devant elle s’en alla de manière précipitée, sans même lui adresser une parole et il évita son regard.
C’étaient Ulysse et deux autres garçons, dont celui qui avait interpelé son frère.

— Surveille la porte.
Dit Ulysse au timide, qui acquiesça sans demander son reste.

Hélène commença à rassembler les pièces du puzzle et une peur l’envahit. Qu’est-ce qu’il manigançait ?
Elle était seule contre trois.
Elle resta sur ses gardes et recula d’un pas.

— Qu’est-ce que tu me veux ?
Dit-elle, sur la défensive.

Il s’avança seul vers elle.

Ses acolytes restaient à observer. Étaient-ils là juste pour le rassurer et intimider ?

— Hm… tu vas bientôt le savoir.
Dit-il, en se pavanant, le sourire au coin des lèvres.

— T’approches pas de moi. Mon frère t’a mis une raclée, ça t’a pas suffit ?

Elle jetait un regard aux deux autres garçons, mais ils ne semblaient pas bouger.
Elle n’était pas rassurée mais devait montrer qu’elle n’avait pas peur d’eux. Du moins elle essayait.
Elle ne voulait pas se battre, son frère en avait fait les frais et elle savait qu’elle allait s’attirer des problèmes si jamais ils en venaient aux mains.
Il s’approcha encore, ignorant ses paroles.

— T’es pas moche, tu sais ?
Dit-il en la regardant de manière insistante de haut en bas. Son regard s’arrêtant sur sa poitrine généreuse.

Elle était plutôt jolie, c’était un fait. Le corps bien formé depuis l’adolescense, elle avait développé sa poitrine qui la gênait plus qu’autre chose lors des cours de combat. Musclée comme toutes celles de sa classe, elle avait une bonne morphologie, la peau légèrement hâlée et ses magnifiques cheveux noirs un peu bouclés, avec son regard doux comme ceux de sa mère, aux pupilles marron. Dans un autre contexte elle aurait pris ça bien, mais dans celui-ci, elle se sentait souillée par ces mots et son regard lubrique.

Elle ne prit pas la peine de lui répondre.
Il était maintenant juste devant elle.
Elle ne put s’empêcher de lui donner une gifle qui résonna dans tout le gymnase.
Le coup était parti tout seul et elle se surprit elle-même d’avoir fait ce geste

— Merde.
Pensa t-elle.

Il resta cloué sur place, ne s’attendant pas à se faire gifler. Ses amis étaient tout autant surpris et ne savaient pas s’ils devaient en rire.
Il se sentit humilié et voulut frapper Hélène. Qui était préparée et évita son coup.
Elle se dit qu’elle devait éviter d’envenimer la situation, sans non plus s’excuser pour sa baffe, mais si elle pouvait éviter de se battre, ça serait bien.
Elle évita alors assez facilement tous les coups qu’Ulysse voulait lui asséner.
Plus il essayait et plus il s’énervait, et ses coups devenaient de plus en plus prévisibles.

— Arrête de bouger… !!!
S’écria t-il.

Il s’épuisait tout seul.

— Bon… est-ce que je peux partir, maintenant ?

Elle aurait pu essayer d’ouvrir la porte mais les deux autres acolytes semblaient monter la garde, et elle craignait encore qu’ils ne décident de le rejoindre.
Elle aurait pu également passer par la porte du vestiaire, mais tourner le dos à trois garçons, ce n’était pas la meilleure idée qui soit.

*

D’ailleurs, son frère, qu’en était-il ?
Il était arrivé à la salle de classe où son professeur était supposé l’attendre. Il entra. Personne.
Il entendit la porte se refermer derrière lui et un bruit de serrure.
Quelque chose n’allait pas.
Il voulut ouvrir la porte mais elle était maintenant verrouillée.
Il ragea de l’intérieur. Il essaya de forcer mais s’arrêta.
Il ne fallait pas qu’il abîme le mobilier, sinon ça se retournerait contre lui et il ne voulait pas devoir expliquer qu’un élève ou quelqu’un s’était amusé à l’enfermer dans la salle.
Il s’était fait piéger et il se doutait qu’Ulysse était à l’origine.
La porte n’allait pas s’ouvrir.
Même s’il voulait l’enfoncer, les gonds n’étaient pas dans le bon sens.
Il soupira et se tourna vers les fenêtres.
Il n’était pas si haut, le premier étage. Par chance les fenêtres n’étaient pas verrouillées.
Elles donnaient vers la cour intérieure.
Il fit attention à ne pas se faire mal en essayant de s’accrocher aux aspérités et aux pierres du mur pour descendre petit à petit, atteignant l’étage du dessous et se laisser tomber.
Il se dépoussiéra les vêtements et se releva comme si de rien n’était et il prit le chemin de la maison.

*

— Vous allez me regarder longtemps ?!
S’énerva Ulysse.

— Attrapez la !
Ordonna t-il.

C’était ce qu’elle redoutait et elle prit ses distances.
Elle ne connaissait pas leurs niveaux et essayait de jauger où ils se situaient par rapport à elle.
Ils essayèrent de l’attraper à plusieurs reprises mais elle réussit à esquiver, jusqu’à ce que l’un des deux attrape un pan de ses vêtements, sa manche, et la déchire pendant qu’elle essaye de se dégager.
Ulysse eut le temps de reprendre son souffle et se joignit à l’attaque.
Les nombreux assauts avaient épuisés Hélène.
Elle devait faire attention aux deux garçons et être attentive à leurs mouvements.
Elle se relâcha un bref instant et l’un d’eux réussit à lui attraper le bras, l’autre profita de cette ouverture pour l’immobiliser en lui attrapant l’autre bras.
Elle ne pouvait plus rien faire. Ils étaient plus forts qu’elle à deux, lui imobilisant chaque bras.
Ulysse était satisfait et cela se voyait sur son visage.
Il s’approcha à nouveau d’elle.

— Pourquoi vous faites ça ?!
Demanda t-elle, désespérée, en continuant de se débattre. Sans succès.

Elle espérait une réponse mais au fond d’elle, elle savait que c’était peine perdue, que la réponse serait injuste envers elle.
Il fouilla dans sa poche et en sortit une sorte de fiole.

— Qu’est-ce que-

Elle n’eut pas le temps de s’exprimer.
Il lui attrapa la mâchoire et avec la pipette qui se trouvait sur le bouchon de la fiole, il injecta directement dans le fond de sa gorge, un liquide pâteux qui glissa dans sa trachée. Impossible de cracher ou d’empêcher cela.
Il avait maintenu sa tête et sa mâchoire de sorte qu’elle soit obligée d’avaler.
Elle dut déglutir, en toussant. Il lui avait serré la mâchoire tellement fort qu’elle avait encore mal après qu’il eut relâché son emprise.

— C’est pour punir ton frère. À cause de lui mes parents m’ont passé un savon mémorable. Je vais lui apprendre à rester à sa place.

Ils semblaient attendre quelque chose.

— Qu’est ce que-
— Ah ça ?
Il montra le flacon vide.

— C’est rien. Tu vas vite en ressentir les effets. T’inquiète pas, c’est pas du poison, tu vas pas en mourir.
Rit-il.

Elle ne trouva pas sa remarque drôle, au contraire, elle s’inquiéta, même si elle fut rassurée que sa vie ne soit pas directement en danger.

Il commença un monologue, comme s’il avait besoin de s’exprimer et qu’on l’écoute. Et surtout qu’ils attendaient toujours.

— J’ai eu le temps de faire mes recherches pendant cette semaine chez moi. Chercher ce produit, trouver un moyen pour te le faire boire… c’était pas de tout repos.
Tu seras beaucoup plus docile dans quelques minutes. On va pas occuper le gymnase toute la soirée, ça serait louche, n’est-ce pas ?

Elle se sentit tout à coup fatiguée, plus qu’auparavant.
Elle avait chaud et sa respiration était beaucoup plus lente. Sa vision était plus floue et elle semblait voir le monde au ralenti.
Etait-ce ce qu’elle avait avalé ?
Ses muscles étaient engourdis, et elle sentit ses jambes se dérober sous elle, bien qu’elle tenait encore debout.
Elle n’arrivait plus à se débattre ni contracter ses muscles. Son corps ne lui obéissait plus.
Les acolytes firent un signe à Ulysse pour le prévenir qu’elle ne se débattait plus et semblait ailleurs.

— Ah, j’ai presque failli attendre ! Amenez la dans le vestiaire. Je vais prévenir qu’il n’y a plus besoin de garder la porte du gymnase. Je vous rejoins.

Ils trainèrent le corps titubant d’Hélène qui avait l’air soûl.

— C’était peut-être de l’alcool ?
Se demanda t-elle.

Son esprit était de plus en plus embrouillé.
Même si elle tentait de résister, plus le temps passait et moins elle était consciente.

Les deux la posèrent sur un banc, sur lequel elle s’allongea directement tellement elle ne tenait plus debout ni assise. Ils la regardèrent, et se regardèrent. Elle était vulnérable et ils n’étaient pas sereins de cette situation.
Elle semblait dormir mais ses yeux étaient à moitié dans le vague, de temps en temps elle les rouvrait mais pas longtemps. La manche déchirée était encore dans sa main et il la posa sur le banc.

— Elle me fait de la peine comme ça…
— Je crois qu’on en a assez fait… non ?

L’inquiétude s’entendait dans leur voix.
Ulysse ne tarda pas très longtemps.
Il ne semblait pas vouloir s’arrêter là.
Il s’accroupit pour mieux la regarder.

— On fait moins la maligne dans cet état… hein ?
La narguait-il.

Il essaya de la déshabiller.

— Tu fais quoi ?!
S’écria l’un de ses acolytes, paniqué.

— Bah, on va s’amuser.
Répondit-il, ne voyant pas où était le problème.

— Ah… d’accord.

Il ne voulait pas le vexer mais d’un autre côté, il voulait partir pour ne pas être mêlé à cela.
Son camarade avait l’air de penser la même chose, au vu de son regard qu’il lui adressait.

— J’ai envie d’aller pisser…
Dit soudainement celui qui était resté silencieux.

— Putain, tu fais chier. Dépêche-toi, ou je vais m’amuser sans toi.
Répondit Ulysse, le dos tourné aux deux autres.

— Euh… moi aussi…
Ajouta l’autre.

— Grouillez-vous, je sais pas combien de temps le produit va faire effet. En tout cas c’est trop drôle comment elle est totalement à notre merci.

Il toucha ses bras puis posa ses mains sur sa poitrine pour la malaxer.

— Les gars, ses seins sont ouf !

Il s’amusait comme un enfant qui découvrait le corps d’une femme.

— On revient vite. Tu nous attends hein !
— Ouais… c’est pas sûr si vous prenez trop votre temps.

Il ne leur adressa même pas un regard.

Ils s’étaient rendus aux toilettes en se dépêchant, dès qu’ils furent assez loin, ils chuchotèrent.

— Mec, ça craint. On fait quoi ?
— Je sais pas… on peut pas le laisser tout seul avec elle, je sais pas jusqu’où il peut aller, et d’un autre côté… il nous écoutera pas si on lui dit d’arrêter…
— Ou il va plus jamais traîner avec nous.
— Merde. Il faut prévenir quelqu’un. Il faut qu’il y ait l’un de nous deux qui reste avec lui, et l’autre qui aille chercher de l’aide.
— Dans tous les cas, on va être dans de beaux draps. Mais je veux pas avoir ça sur la conscience si jamais il arrive un truc de grave à Hélène… elle mérite pas ça.
— Allez, pierre feuille ciseaux.

— T’as qu’à dire que j’ai une gastro et que je peux pas être là. Gagne du temps, il faut pas paraître suspect sinon il risque de se douter qu’on a vendu la mèche…
— Ok. Fais vite.

Ils se séparèrent.

Pendant ce temps.
Ulysse avait commencé à la peloter sans vergogne.
Elle réagissait à peine, elle était droguée.
Un de ses amis revint.

— T’es tout seul ?
— Euh… il est pas bien, il a la gastro je crois.
— Il déconne, il fallait que ça arrive maintenant ! Tant pis pour lui.
— O-ouais… il est grave dégouté.
— Bon, on commence sans lui.
— Tu faisais quoi ?
— Je réfléchissais à quoi lui faire. Tu veux toucher ses seins ?
— Euh… okay…
— Fais pas ton timide, elle se souviendra de rien, t’inquiète.

Il y alla sans trop de conviction.

— Qui commence ? Tu veux être le premier ?
— À… faire quoi ?
— Quelle question ! À la baiser !

Il se crispa. Il fallait qu’il trouve une excuse pour ne pas à avoir à le faire.

— Mais… tu ne crois pas que c’est risqué… ? Ça se trouve elle a des MST…
— Mec. Tu me prends pour qui. J’ai des capotes.

Il sortit de sa poche une girlande de préservatifs.

— T’as pensé à tout.
— Une semaine, gars. J’ai eu le temps de réfléchir. Après, on peut même y aller à deux. Soit en sodomie, soit la fellation. Tu préfères quoi ?
— Euh… j’ai pas réfléchi. Je pensais… qu’on allait juste la punir…
— Bah, c’est ça la punition. Et en plus on va prendre du bon temps.
— Je… je pense pas que je vais réussir à bander… toi, si ?
— J’ai la gaule depuis tout à l’heure, à force de la peloter. Bon, tu te décides… ?

— Je… crois que je vais te laisser y aller en premier. P’tre que ça m’excitera…
Dit-il, en se dégoutant lui-même de prononcer ces mots.

— Si tu veux.

Il commença à enlever la boucle de sa ceinture pour descendre son pantalon. Son pénis était en érection et était à l’étroit dans son caleçon.

— T… t’es sûr qu’on… va pas avoir de problème avec ça… ?
Demanda t-il inquiet.

— Tant qu’on se fait pas choper. Je t’ai dit, j’ai pensé à tout. Je sais qu’aujourd’hui, le gymnase et les vestiaires sont vides, normalement… et même si quelqu’un débarquait, on lui dirait qu’il n’a rien à faire là. S’ils voient des jeunes en train de faire leur affaire, ils savent déguerpir, tu ne crois pas ?
— … Euh si, tu as raison.
— Tu réfléchis trop, c’est pour ça que t’arrives pas à bander.
— Ça doit être ça…

Il priait pour que quelqu’un arrive, et vite.

2020.04.10

Réveil matinal [R-18]

Ce matin, Chris avait dû partir plus tôt et elle se retrouvait avec seulement Gabriel dans le lit.
Encore à moitié endormie, Gabriel se réveilla également petit à petit.

Il se rapprocha d’elle pour la serrer dans ses bras, et passa sa grande main sur les courbes de sa bien aimée, tout en la caressant des hanches jusqu’au bas de la poitrine qu’il massa tendrement.
Ce qui eut pour effet un doux gémissement de la bouche de la jeune femme. Elle lui attrapa la main et se tourna légèrement vers lui, en lui souriant.

— Je peux savoir ce que vous faites, monsieur ?
Dit-elle moqueuse, le sourire aux lèvres.

Il cala son visage dans le creux de sa nuque et l’embrassa.

— Je vous réveille, ma chère dame.
Lui souffla t-il.

Collé comme il était contre elle, elle sentait son érection durcir dans le bas de son dos.

— Êtes vous content de me voir… ou est-ce juste le réveil matinal… ?
Demanda t-elle tout en se frottant contre lui.

Elle se tourna complètement vers lui et il en profita pour l’embrasser longoureusement sur les lèvres.

— Est-ce que cela répond à votre question ? Ma reine.

Elle le regarda dans les yeux, dévorant ses pupilles bleues clair.
Ses cheveux lisses poivre et sel qui étaient ébouriffés par le sommeil.
Sa barbe taillée pas trop courte pour qu’elle reste douce au toucher.

Il leva son bras pour verrouiller la porte de leur chambre par la magie, et en profita pour fermer les rideaux de leur lit à baldaquin.

Elle passa ses doigts sur son visage et dans sa barbe, puis dans ses cheveux épais mais doux.

*

Gabriel était plutôt bien bâti, ses muscles saillants malgré son âge, le corps bien entretenu, sans parler de ses formes généreuses plus bas.
Il était imposant de sa carrure mais également dans son anatomie intime qui était plutôt large et longue.
Il n’avait pas à en rougir, et Alexandra avait des raisons de s’en inquiéter lors de leur première fois.
Heureusement, il avait toujours été doux et attentionné avec elle dans ces moments et pas seulement.

Il commençait par tâter le terrain et tout en l’embrassant avec passion, ses pectoraux collés contre sa poitrine et leurs coeurs battants à l’unisson.
Ses caresses avec ses mains larges et un peu rèches par tant d’années d’entraînement et de vie, parcourant les courbes et le corps de sa compagne et partenaire.
Elle frissonnait sous ses gestes et à son baiser qu’elle goûtait et savourait.

2020.01.10

Trouple [R-18]

Elle était dans les bras de Chris, il l’avait soulevée, ses jambes relevées, elle essayait de prendre appui autour de la taille musclée de Chris.
Ils étaient debout et elle était particulièrement gênée dans cette position inconfortable. Elle craignait de perdre l’équilibre et de tomber, ainsi que de peser trop lourd pour les bras de son partenaire.
Gabriel s’approcha d’eux, aussi nu que les deux autres, son torse musclé et chaud se colla contre le dos d’Alexandra, la rassurant sur sa stabilité.
Il approcha son visage dans le creux de sa nuque et l’embrassa tout en lui murmurant des mots doux.
Il l’attrapa sa taille avec ses poignes pour équilibrer la réparition du poids.
Chris fit le premier à s’enfoncer en elle, lentement, elle se crispa un peu et Gabriel ressentit le frisson dans son corps.
Il regarda Chris et ils s’échangèrent un regard lorsqu’il eut fini et invita Gabriel à en faire de même, par le même orifice.
Il y alla avec toutes les précautions possibles et avec douceur. Tout en continuant à murmurer dans l’oreille d’Alexandra.
Chris prit l’initiative de l’embrasser pour la détendre un peu plus et qu’elle pense à autre chose.
Lorsque Gabriel réussit, elle poussa un râle à moitié étouffe par elle-même, surprise de la sensation et de la possibilité d’un tel acte.
Elle s’accrocha au cou de Chris et son étreinte se resserra à chaque coup de rein qu’ils donnaient, chacun leur tour ou en même temps.

Ses gémissements timides et son expression sur le visage montraient le plaisir qu’elle en tirait. Cela excitait encore plus ses deux partenaires qui semblaient particulièrement heureux de lui faire goûter une telle expérience.

Elle finit par atteindre l’orgasme et ses muscles se contractèrent une dernière fois avant de se relâcher complètement. Son corps eut plusieurs spasmes et elle plongea son visage dans le creux de l’épaule de Chris.
Vidée de son énergie, elle soupira et tenta de reprendre une respiration normale.

Gabriel se retira le premier, laissant Alexandra libre.
Ses jambes touchèrent enfin le sol mais ils n’avaient pas retrouvé leurs forces.
Chris l’attrapa pour la porter par la taille et l’allonger sur le lit à quelques pas d eux.

Elle s’abandonna à ses partenaires.
Chris monta sur elle et lui demanda si ça allait.
Elle acquiesça de la tête et lui accorda toute sa confiance.
Il échangea un autre regard avec son comparse, qui donna également son aval.
Il attrapa le corps d’Alexandra pour qu’elle s’asseye sur lui, agenouillé sur le lit, elle s’installa et tout lentement, s’empala sur son membre. Un frisson lui parcourut le corps, le corps caverneux bien dur de Chris frotta tout le long de ses paroies intimes. Elle se mordilla la lèvre et tenta de taire ses gémissements.
Chris ne put s’empêcher de lâcher un râle à cette sensation. Alexandra était tel un étau qui lui massait l’entièreté de son pénis. Un étau bien accueillant, chaleureux et humide comme il fallait. Bien trop agréable.
Elle se resserrait de temps à autre ce qui lui procurait encore plus de plaisir. Elle commença par faire des mouvements de va-et-vient avec ses hanches puis son bassin complet.
Chris perdait peu à peu le contrôle de la situation.
Elle réussit à trouver un rythme et s’y tint tandis qu’il essayait de se retenir pour faire durer le plaisir. Autant pour elle que pour lui.
Ils réussirent à s’accorder sur leur musique et leur danse.
D’un coup il resserra sa poigne sur les hanches de sa partenaire et lâcha dans un soupir.

— … Je vais jouir… ah… Alexandra… stop, doucement…
Supplia t-il.

À ces mots, elle le regarda d’un air espiègle et accéléra la cadence tout en se contractant pour mieux le satisfaire.

— Vas-y. Ne te retiens pas, Chris…
Dit-elle en souriant.

Il donna quelques derniers coups de reins vifs avant de ralentir et gémir de plaisir.
Elle sentit les spasmes de l’orgasme à l’intérieur et elle ralentit la cadence et il l’aida en accompagnant le mouvement de ses hanches avec ses grandes mains qui la serraient à sa taille.
Elle l’embrassa sur le front et sur la bouche, puis se retira.

Gabriel avait assisté à la scène tel un spectacteur.
Assit à quelques centimètres du lit, sur un banc.
Il semblait avoir apprécié ce qu’il avait vu.
Alexandra se tourna alors vers lui, laissant Chris récupérer, allongé sur le lit.
Elle s’approcha de Gabriel, en bougeant son corps de manière sensuelle. Les cheveux lâchés et ondulés qui retombaient sur sa peau délicate. Elle s’agenouilla devant lui et le regarda dans les yeux. Elle avait beau être à ses pieds, rien dans son attitude et dans son regard, ne laissait croire qu’elle lui était inférieure.

Il lui caressa du bout des doigts son visage et elle prit les choses en main, s’appliquant à masser de ses doigts et de ses mains, puis hésitante, elle y posa ses lèvres.
Elle finit par le lécher puis engloutir sa virilité dans sa bouche, tout en continuant ses mouvements de langues et de succion. Il gémit et ferma les yeux pour profiter pleinement de toute la subtilité des sensations.
Au bout de plusieurs minutes de plaisir, il l’invita à se relever en lui tendant sa main.
Elle prit la sienne et arrivée en face de lui, ils se dévorèrent des yeux. Il passa ses doigts dans ses cheveux et attrapa sa tignasse pour relever légèrement son visage pour qu’il puisse l’embrasser sur la bouche.
Elle caressa son torse et son dos avec ses doigts pour mieux apprécier son corps.
Il prit ensuite l’ascendant en la faisant pivoter pour qu’elle lui fasse dos.

Il l’attrapa par les hanches et elle se positionna à quatre pattes sur le lit, à quelques centimètres de Chris qui avait finalement repris ses esprits et ses forces pour se relever et observer la scène avec intérêt.
Elle se cambra en posant sa tête dans la couverture.
Gabriel vérifia qu’elle était bien humide avant d’y introduire sa verge, lentement et tendrement avant de commencer à bouger, progressivement.
Elle répondait à ses coups de reins, à contre-temps pour engloutir son membre jusqu’au bout, et accentuer l’ampleur des mouvements.
Tout en se contractant pour resserrer son périnée sur le pénis de son partenaire.
Elle laissait échapper des soupirs à chaque mouvement ample.
Il prit à son tour le contrôle et accéléra drastiquement la cadence.

2019.10.12

Douche [R-18]

Aurore était à moitié consciente.
Allongée sur le lit, un peu affaiblie, ne sachant pas où elle se trouvait.
Sam profita de cette occasion en or d’avoir Aurore aussi près d’elle. Elle se pencha sur le visage de la jeune fille aux traits d’ange.
Les longs cheveux de Sam, dont quelques mèches tressées étaient réunies derrière sa tête, retombaient légèrement sur le corps d’Aurore et semblaient prendre vie. Ils se glissaient sensuellement entre sa peau pâle et ses vêtements.
Aurore était partagée entre la sensation de chatouilles et l’excitation.
Sam contemplait le visage endormi d’Aurore.
Puis se rapprocha un peu plus en plongeant entre ses cheveux blonds et sa nuque. Elle respira la douce odeur de la jeune fille qui l’enivra.
Son souffle caressant la nuque jusqu’à ses épaules.
Se rendant compte de son indélicatesse, elle se releva et resta assise à ses côtés, la main posée sur le lit, l’autre se posant sur son visage pour l’aider à reprendre ses esprits.
Aurore avait apprécié ce moment et fut un peu frustrée lorsqu’elle s’arrêta.
Elle ouvrit ses paupières et attrapa le poignet de l’inconnue.

— Encore…
Murmura t-elle, un peu embarrassée par la situation.

Sam se retourna, surprise.
Aurore la regardait dans les yeux, les joues légèrement roses.
Sam approcha son visage jusqu’au sien, elles se scrutèrent un petit moment et Aurore avança ses lèvres pour frôler celles de l’inconnue.
Elles étaient douces, Aurore ressentit la passion qu’elle avait en elle et elles se caressèrent tendrement le bout de la langue.
Sam passa ses doigts entre les siens et de l’autre main, elle déshabilla minutieusement son otage.
Elle passa lentement sa main et en caressant la chair du ventre tout en épluchant le tissu pour le séparer de son corps.
Aurore réagissait en frissonnant et gémissant doucement, son corps bougeait lentement.
Sam retira sa main de la sienne et s’attaqua au bas.
Aurore l’aida en bougeant légèrement ses hanches pour pouvoir retirer son jeans.
Sam en profita pour retirer sa culotte également.
Aurore l’arrêta.

— … Je ne suis pas propre…
Dit-elle gênée.

— On peut aller prendre une douche, si tu veux.

Aurore acquiesça.
Sam l’aida à se relever et l’escorta jusqu’à la douche.
Elle se rincèrent et Sam prit un plaisir à savonner Aurore dans les moindres recoins.
Sam la rinça puis laissant couler légèrement le plafonnier d’eau chaude, elle l’attrapa dans le dos et la colla contre son corps chaud. D’une main elle caressait le bas des seins d’Aurore, de l’autre, elle l’avait entre les cuisses pour caresser ses lèvres du bas et de temps à autres, glissait ses doigts dans son intimité.

2019.06.14