Fougue [R-18]

Les lèvres contre celles de Chris, elle en avait rêvé.
Elle ne pensait pas aux conséquences de ce qu’elle était en train de faire, cela lui procurait un tel bien-être d’être à nouveau proche de la personne qu’elle avait aimé aussi fort et aussi longtemps.
Ses mains caressant le corps, la moindre parcelle de peau et de muscles de Chris, elle avait l’impression d’être dans un rêve, cela faisait tellement longtemps qu’elle n’avait pas pu le toucher ainsi, et elle saisissait cette chance de pouvoir le faire à nouveau, craignant que ce soit la dernière fois, elle mémorisait la douceur du contact dans son esprit.

Elle avait réussi à briser la glace qu’il avait fait apparaître entre eux, un simple baiser, il avait baissé sa garde et son geste avait fait fondre son bouclier si impénétrable.
Il l’avait suppliée de l’arrêter, de le ramener à la raison, en vain, elle n’attendait que cela.
Elle qui pensait qu’il ne ressentait plus rien pour elle depuis tout ce temps, il l’avait bernée, elle s’était sentie trahie, il lui avait mentit.
Cependant, elle était si soulagée qu’il ressente encore les mêmes sentiments, que cela soit réciproque, même après tout ce temps.

Il était emporté par la fougue.
Il essayait de se restreindre, d’arrêter ce qu’il était en train de faire, il était encore temps, mais elle savait la vérité maintenant, et elle avait balayé ses craintes en lui disant qu’il n’y avait rien de mal. Devait-il la croire ? Lui faire confiance ? Elle n’était pas du genre à mentir mais il doutait. Quoi qu’il en soit, son esprit était ailleurs. C’était tellement bon de pouvoir la sentir si près, si proche de lui à nouveau, il en avait rêvé aussi. Un désir inavouable, elle lui avait manqué, c’était indéniable. La douceur de sa peau contre la sienne, son odeur, ses cheveux, son souffle haletant de plaisir.
Il ne pouvait plus se contrôler, c’était beaucoup trop excitant et ennivrant. Elle le connaissait et il ne pouvait rester insensible à sa manière qu’elle avait de le caresser, de se coller contre lui, de l’étreindre. Tout son corps lui exprimait à quel point elle avait envie de lui.
Il finit par cesser de lutter contre lui-même, et il se laissa porter par l’instant présent. Pour cette fois, il avait baissé sa garde et il lui faisait entièrement confiance vis à vis des conséquences. Il préférait ne pas y penser à ce moment précis.

Le goût de ses lèvres, la manière qu’elle avait de caresser sa langue avec la sienne, sa reprise de souffle, le mordillement de ses lèvres.
Il massait le corps, les formes d’Alexandra avec ses mains légèrement rugueuses par les entraînements et ses déploiements sur le terrain. De ses hanches pour remonter jusqu’à son torse, lentement mais avec force.
Il la serrait tout contre lui, il sentait sa chaleur contre lui et ce contact lui était tellement rassurant.
Il la sentait perdre le contrôle tout autant que lui, elle s’accrochait à lui, murmurant son prénom, lui suppliant de la prendre toute entière et de la consumer.

Elle était vêtue d’une simple robe de chambre à bretelles fines, et elle n’avait rien mis dessous, en connaissance de cause.
Chris avait ralenti et arrêté Alexandra pour prendre des précautions, il ne souhaitait toujours pas la mettre en cloque et il ne voulait pas la blesser.

— Alexandra… attends… je ne veux surtout pas te faire mal…
— Tu ne me feras pas mal…

Elle attrapa sa main pour la mettre entre ses cuisses.
Elle était trempée et bien prête à l’accueillir.
Chris toucha et avec toute sa délicatesse, y inséra un doigt. Lentement.
Alexandra réagit aussitôt en se contractant et se mordant les lèvres.
Souhaitant aussi lui faire du bien, elle déplaca et positionna ses mains sur son érection.
Sa chair était brûlante à cet endroit, et son membre bien droit.
Il laissa échapper un petit souffle coupé, de surprise.

2021.11.15

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.