Pot

Ils avaient fini par se rapprocher.
Cela faisait des années qu’ils se connaissaient et après que chacun ait pu faire leur deuil de Marianne, à leur manière, la vie avait reprit son cours et Duncan avait commencé et continué à nourrir une certaine affection pour Annabelle.
Cette épreuve qu’ils avaient tous les deux traversés, ils avaient passé du temps ensemble et Duncan avait vu Annabelle mûrir, mais également découvrir la sincérité et sa véritable personnalité. Il comprenait pourquoi et comment Marianne s’était attachée à elle.

Il se rappelait du moment où Marianne avait discuté avec lui, sur son lit d’hôpital. Elle savait qu’il ne lui restait plus beaucoup de temps, pourtant elle souriait, elle affichait un visage serein. Elle lui avait alors dit, sans tourner autour du pot.

— Prends soin d’Annabelle… je sais que c’est beaucoup te demander, je m’inquiète certainement pour rien, mais ça me ferait de la peine qu’on profite d’elle lorsque je ne serai plus là.
— Je crois qu’elle est assez grande pour se défendre, tu ne crois pas ?
— Si jamais vous vous mettez ensemble, sachez que vous avez toute ma bénédiction. Ça me rassurerait presque que ce soit toi qui me remplace.

Elle souriait, mais il savait qu’elle était sérieuse.
Il n’avait pas su quoi répondre.

— Je sais que tu as ta propre vie, bien entendu que je ne vais pas te demander de prendre en charge Annabelle. Ce n’est plus une humaine de compagnie, elle est autonome maintenant.
— Je le sais…
— Garde juste un oeil sur elle, comme tu gardais un oeil sur moi. S’il-te-plaît.
— Comment veux-tu que je refuse… ?
— Merci.

Quelques jours plus tard, comme si elle partait l’esprit plus léger, elle décéda.
Et Duncan respecta sa promesse, sans se forcer parce qu’il l’aurait fait même sans la demande de Marianne.
Il ne pouvait pas ignorer la tristesse d’Annabelle.

*

Même si elle savait que c’était inévitable, même si elle ne voulait pas y penser, vivre le moment présent avec Marianne, sourire, oublier qu’elle était à l’hôpital.
Lorsque Marianne s’endormit pour toujours, Annabelle réalisa qu’à ce moment là ce qui se passait.
Son monde s’effondra. Elle espérait au fond d’elle que ce soit une erreur médicale, qu’on lui dise qu’elle s’en sortirait et que tout allait s’arranger, jusqu’au dernier moment elle espérait un retournement de situation.
Elle se voilait la face et quand la mauvaise nouvelle tomba, elle perdit pieds.
Duncan fut présent pour la soutenir, elle ne se souvint de rien après. Elle avait tant pleuré qu’elle ne se souvenait plus du temps autour d’elle.
Il l’avait ramenée à la réalité en lui disant qu’il y avait des rendez-vous avec des notaires, des papiers à signer, des gens à rencontrer. Elle avait dû sécher ses larmes et faire le travail en temps et en heure.

2022.06.27

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.