Soleil

Elle arriva devant sa maison en fin d’après-midi et elle appuya sur la sonnette.
C’était un jour d’été doux, elle était habillée d’un haut ample et léger à plis, ainsi que d’un short en jeans.
Ten’ était à ses côtés, comme d’habitude. Ils étaient pratiquement inséparables et il la suivait partout.

Elle lui avait envoye un message quelques minutes auparavant pour le prévenir de son arrivée.
Elle n’eut pas très longtemps à attendre et la porte s’ouvrit. William était en T-shirt gris foncé et d’un cycliste noir. Sa musculature était visible sous ses vêtements.
Ses cheveux blonds étaient cette fois-ci lâchés et encore un peu mouillés. Il avait dû prendre une douche il y a peu, et elle ne pouvait lui en vouloir compte tenu de la chaleur ambiante.

*

Les cheveux attachés en queue de cheval haute, une casquette sur la tête. Elle attendait devant la porte de son ami qui ne mit pas très longtemps à lui ouvrir.
Elle n’avait pas l’habitude de le voir les cheveux lâchés et tout juste sorti de la douche, à la vue de sa chevelure encore légèrement mouillée.

— Entre, il fait meilleur à l’intérieur.
L’invita t-elle.

Elle ne se fit pas prier, malgré la casquette qui la protégeait du soleil, elle avait la peau exposée aux rayons du soleil.
Elle portait un haut en tissu léger et fin, un peu ample mais qui laissait ses épaules dégagées, et un mini short en jeans, laissant ses jambes sans défense contre la lumière brûlante de l’extérieur.
Des petites sandalettes aux pieds, loin d’être inconfortables.
Elle se déchaussa immédiatement, par habitude.
Elle retira également sa paire de lunettes de soleil qu’elle rangea dans son petit sac à dos en tissu.
Laissant également ce dernier dans l’entrée, près de ses chaussures d’été.
Ten’ se faufila précipita à l’intérieur, s’étalant sur le sol pour profiter de la fraîcheur. Pas étonnant, il avait des poils semi-longs et noirs. Elle avait l’air de s’en vouloir qu’il ait dû l’accompagner par ce temps infernal pour lui.

— Est-ce que je peux te demander de l’eau pour Ten’ ?
Demanda t-elle, tout en retirant ses sandales et observant son chien se rouler à différents endroits sur le parquet, cherchant la meilleure place fraîche.

— … Oui, bien sûr !

Un peu gêné de n’avoir pas réagi immédiatement. Il était trop occupé à observer Aurore et elle le sortit de sa rêverie.
Il se dirigea vers la cuisine et voyant qu’elle ne le suivait pas tout de suite, il dût leur dire de l’accompagner dans l’autre pièce.
Il sortit une gamelle pour Ten’, remplie d’eau fraîche et il y ajouta quelques glaçons.
Posant le tout dans un coin de la pièce, il s’accroupit pour le caresser. Il semblait à la fois heureux et impressionné que ce petit chiot faiblard soit devenu un bon chien fidèle à sa maîtresse. Quoi qu’il en soit, il y avait de l’amour dans son regard, son amour des bêtes.
Il resta accroupi et se tourna vers elle.

— Est-ce que ça te dérange si Ten’ reste un peu ici pendant qu’on monte…?
Demanda t-il en pointant son doigt au plafond.

Elle s’approcha de Ten’ pour lui caresser sous le museau.

— Je reviens tout de suite, attends-moi.
Dit-elle simplement.

Ten’ s’assit et attendit qu’elle et William sortent de la pièce pour s’allonger et s’étaler sur le sol.
Elle jeta un dernier regard sur Ten’ avant de suivre William.
Il l’observait, dans ses moindres détails. La manière qu’elle avait de prendre en considération son chien alors qu’elle n’était qu’une adolescente, qu’elle ne travaillait même pas au contact des animaux. Il y avait en elle, quelque chose qu’il admirait et aussi un autre sentiment qu’il avait du mal contenir.

Ils montèrent un escalier qui les emmena à l’étage. Sa chambre avait un grand bureau, une bonne bibliothèque de livres.

2020.02.22

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.