Réveil matinal [R-18]

Ce matin, Chris avait dû partir plus tôt et elle se retrouvait avec seulement Gabriel dans le lit.
Encore à moitié endormie, Gabriel se réveilla également petit à petit.

Il se rapprocha d’elle pour la serrer dans ses bras, et passa sa grande main sur les courbes de sa bien aimée, tout en la caressant des hanches jusqu’au bas de la poitrine qu’il massa tendrement.
Ce qui eut pour effet un doux gémissement de la bouche de la jeune femme. Elle lui attrapa la main et se tourna légèrement vers lui, en lui souriant.

— Je peux savoir ce que vous faites, monsieur ?
Dit-elle moqueuse, le sourire aux lèvres.

Il cala son visage dans le creux de sa nuque et l’embrassa.

— Je vous réveille, ma chère dame.
Lui souffla t-il.

Collé comme il était contre elle, elle sentait son érection durcir dans le bas de son dos.

— Êtes vous content de me voir… ou est-ce juste le réveil matinal… ?
Demanda t-elle tout en se frottant contre lui.

Elle se tourna complètement vers lui et il en profita pour l’embrasser longoureusement sur les lèvres.

— Est-ce que cela répond à votre question ? Ma reine.

Elle le regarda dans les yeux, dévorant ses pupilles bleues clair.
Ses cheveux lisses poivre et sel qui étaient ébouriffés par le sommeil.
Sa barbe taillée pas trop courte pour qu’elle reste douce au toucher.

Il leva son bras pour verrouiller la porte de leur chambre par la magie, et en profita pour fermer les rideaux de leur lit à baldaquin.

Elle passa ses doigts sur son visage et dans sa barbe, puis dans ses cheveux épais mais doux.

*

Gabriel était plutôt bien bâti, ses muscles saillants malgré son âge, le corps bien entretenu, sans parler de ses formes généreuses plus bas.
Il était imposant de sa carrure mais également dans son anatomie intime qui était plutôt large et longue.
Il n’avait pas à en rougir, et Alexandra avait des raisons de s’en inquiéter lors de leur première fois.
Heureusement, il avait toujours été doux et attentionné avec elle dans ces moments et pas seulement.

Il commençait par tâter le terrain et tout en l’embrassant avec passion, ses pectoraux collés contre sa poitrine et leurs coeurs battants à l’unisson.
Ses caresses avec ses mains larges et un peu rèches par tant d’années d’entraînement et de vie, parcourant les courbes et le corps de sa compagne et partenaire.
Elle frissonnait sous ses gestes et à son baiser qu’elle goûtait et savourait.

2020.01.10

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.