Désirs

Assise en boule sur le canapé du salon.
Elle était perdue dans ses pensées.
Elle se passait en boucle la courte scène qu’elle venait de vivre avec cet homme.

Ils se promenaient. Il lui avait proposé de l’accompagner faire une balade.Étrangement son amie n’était pas présente. Pensant qu’elle n’était peut-être pas disponible, elle ne se posa pas plus de questions et lui tint compagnie.
Elle se sentait bien, il lui inspirait confiance.
Alors qu’elle le suivait, il la guida vers une partie de branche qu’elle ne connaissait pas.
Il la rassura et lui expliqua qu’il vivait dans ces embranchements là, à l’époque, et qu’il avait une petite course à faire de ce côté là.
Son pas assuré, la manière qu’il avait de vérifier si elle le suivait bien. Malgré son visage impassible, il était attentionné à sa façon.
Quelque chose en lui, lui rappelait le caractère de son amie qu’elle appréciait tant.
Déjà perdue dans ses pensées, en train d’analyser pourquoi il lui inspirait tant confiance, il la ramena à la réalité.

— C’est juste ici.
Dit-il avec son attitude neutre habituelle.

— C’est une petite boutique qui vend des gâteaux délicieux.

En effet, il y avait une petite devanture mignonne à quelques mètres. Les propriétaires avaient l’air adorables. Ils reconnurent tout de suite le jeune homme qui leur faisait un signe timide de la main.
Ils se rapprochèrent et il passa commande.
Il prit deux gourmandises différentes.

— Je te fais un paquet ?
Demanda la tenancière.

— Pas besoin, on va consommer sur place.
Répondit-il, en se tournant vers son accompagnatrice.

Elle le regarda les yeux tous ronds. Elle ne s’attendait pas du tout à cette issue.
Elle était plus que surprise.
Il prit les deux gâteaux et l’invita à s’assoir à côté de lui, sur un banc à l’écart du passage.

— Ne fais pas cette tête, c’est pour te remercier d’avoir bien voulu m’accompagner. Dit-il en esquissant un petit sourire.

Elle ne savait pas quoi dire.
Il ne se laissa pas abattre par la soudaine perte de voix de la jeune fille. Il fit comme si de rien n’était et continua.

— J’ai pris deux sortes de gâteaux différents mais ils sont tous les deux délicieux. Si tu n’aimes pas, on peut échanger ou je peux tous les manger.
Dit-il, en lui tendant les deux pâtisseries.

— Choisis.

Elle en accepta un, et le remercia.
Il attendait qu’elle goûte pour lui faire part de son avis.
Elle ne se fit pas prier et croqua une bouchée.
C’était croquant et fondant à l’intérieur, sans être trop sucré. Sa réaction le fit sourire. Chose qui devait être rare.

— Alors ? Est-ce que tu es d’accord avec moi ?

Elle rit et acquiesça de la tête.
Il sentit quelque chose dans sa poitrine se resserrer.
Cet éclat de rire lui était adressé.
Elle avait un peu perdu pied à cause de cette situation, elle n’avait pas l’habitude qu’on la surprenne de cette manière. Elle reprit son attitude normale et légère.

— Est-ce que je peux goûter le tien… ?
Demanda t-elle, timidement en pointant du doigt ce qu’il y avait dans sa main.

Il lui tendit, mais ne s’attendait pas à ce qu’elle morde dans le gâteau avec sa bouche en attrapant sa main, pour stabiliser le tout.
Son coeur fit un second bond.
Elle avait déjà repris sa position initiale, c’était quelque chose de normal pour elle.
La bouche à moitié pleine, elle le regarda pour lui signifier que c’était aussi très bon, en approuvant de sa petite tête et ses yeux souriants.
Elle lui proposa alors de goûter au sien, tout naturellement, en lui tendant sa main avec le gâteau.
Ils avaient totalement l’air d’un petit couple et il souhaitait un environnement neutre pour elle, qu’elle ne se fasse pas reconnaître en tant qu’Ignorée, ni tomber sur des connaissances à eux.
Il lui tint la main pour prendre une bouchée du sien.
Il tenta de garder son calme et juste profiter du moment.
Lorsqu’ils finirent. Elle se leva et enleva les quelques miettes rescapées de sa bouche, d’un revers de la main, et observa les alentours.

— C’est vrai que c’est sympa comme embranchement… d’ailleurs, pour quelles raisons tu es parti d’ici… ?

Il pensait intérieurement « pour te rencontrer » sans vouloir le formuler parce que la réelle raison était toute autre.

— J’ai été sélectionné par l’école qui est juste à côté de la bibliothèque centrale. Mes parents sont encore dans le coin, mais je suis principalement dans l’école. Le poste que j’occupe me permet d’avoir une petite chambre là-bas.

Il se leva aussi du banc et s’approcha d’elle.

— Il te reste une miette dans les cheveux…

Il tendit la main pour lui retirer la petite chose prise dans ses longs cheveux, au niveau du cou.
Elle ressentit quelque chose lorsqu’il s’approcha d’elle, et qu’elle fut face à lui.
Il était plus grand que son amie.
Elle lisait une once de tristesse dans ses yeux.
Il avait le regard fixé sur la miette qu’il retira.
Pendant qu’elle était perdue dans ses yeux sombres, cherchant à deviner ou comprendre ce qu’il avait au fond de lui.
Lorsqu’il se rendit compte qu’elle le regardait, leurs regards se croisèrent.
Il ne put s’empêcher de tenter quelque chose.
Il passa ses mains dans ses cheveux, s’avança plus près, se baissa jusqu’à sa taille et l’embrassa sur la bouche.
Elle ne bougea pas, surprise de cette initiative.
Elle fut également surprise de ressentir quelque chose de nouveau et de très fort dans son ventre.
Elle eut envie de lui rendre ce baiser.
Alors qu’il était en train de se reculer, elle approcha son visage pour reduire l’écart et l’embrassa de sa propre initiative.
Il l’enlaça passionnément et caressa sa langue avec la sienne, son désir prenait le dessus.
Elle sentait le désir monter en elle, mais elle pensa à son amie et après quelques minutes intenses, elle s’arrêta et recula.
Prenant la main du jeune homme dans la sienne. Elle évita son regard.

— Je suis désolée… je crois qu’on devrait s’arrêter là.

Il recula également.

— Non, c’est à moi de m’excuser. Je sais que tu as des sentiments pour quelqu’un d’autre… et j’ai quand meme tenté… pardonne-moi.

Elle releva les yeux vers lui. Était-ce peut-être la raison de sa tristesse.
Elle voulut le consoler mais elle commença à se sentir mal. Elle se maudit que cela arrive à ce moment-là.
Sa respiration était de plus en plus saccadée, une douleur intense l’envahit à la poitrine.
À chaque respiration, cette douleur était plus forte.
Il la vit blanchir d’un coup et s’inquiéta immédiatement.
Elle lui fit signe d’attendre un moment, avec ses mains.
Elle se recroquevilla un peu sur elle-même et se tint la poitrine comme si cela pouvait la soulager.
Il ne put la laisser dans cet état et s’approcha d’elle.

— Dis-moi ce que je dois faire.
Murmura t-il calmement.

Elle n’avait pas assez de souffle pour s’exprimer.
Elle souffrait tellement.
Elle s’accrocha au devant de son vêtement avec ses doigts qui se resserrèrent.

— Ça va… passer…
Réussit-elle à épeler avant de perdre connaissance dans ses bras.

Lorsqu’elle se réveilla, elle était chez elle.
Ses parents étaient inquiets mais ne la questionnèrent pas plus que ça.
Ils étaient au courant que ses crises étaient de plus en plus rapprochées et qu’elle finirait par ne plus être de ce monde.
Elle était cependant dans un état second.
Cela faisait plusieurs minutes qu’elle méditait sur le canapé et sa mère finit par s’asseoir à côté d’elle pour discuter.

— Est-ce que ça va… ? Tu es différente aujourd’hui…
— Je crois…
— Je veux pas m’immiscer dans ta vie… mais le garçon qui t’a ramenée à la maison… il a l’air de beaucoup tenir à toi… ton père l’a remarqué aussi… si tu veux en parler, n’hésite pas. Je ne suis pas forcément de bon conseil mais je peux t’écouter.

— Merci maman…
Dit-elle en enlaçant sa mère dans ses bras.

2019.02.10

2 réflexions sur “Désirs

  1. Fluo dit :

    C’est très mignon et j’aime beaucoup comment tu décris leur baiser et leur désir. Cela fait éccho à la scène entre Basile et Cendre et pourtant c’est tout à fait différent. Je ne sais pas, il y a quelque chose de touchant dans ce texte.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.