Calme

Chronologie
Fête des saisons.
Alys perd connaissance.
La mère supérieure la remarque.
Cendre s’intéresse à Alys.
Alys visite l’école des entraînements.
Basile se déclare à Cendre.
Cendre invite Alys en dehors.
Cendre et Alys s’embrassent.
Alys reperd connaissance.
Rose se rend dans la chambre de Cendre.
La mère supérieure intervient au sujet d’Alys.

*

Rose avait appris que Cendre avait vu Alys seule et qu’il avait dû la ramener chez elle en urgence parce qu’elle avait fait un malaise.
Ce sont les parents d’Alys qui lui avaient parlé de cet évènement.

— Excuse-moi Rose, l’état d’Alys empire, et je préfère qu’elle ne sorte pas trop prochainement…
S’était expliqué sa mère.

Elles étaient toutes les deux sur le canapé dans la salle.

— Je comprends…
— C’est ton ami, Cendre, qui l’a ramenée l’autre jour. Alys s’en veut encore de lui avoir imposé ça…
— Pardon ? Qu’est-ce qu’il faisait avec elle ?

Rose était interloquée.

— Il l’avait invitée à sortir, tu n’étais pas au courant… ? J’ai peut-être dit une bêtise-
Sa mère était confuse.

— Non, mais est-ce qu’il est repassé la voir, depuis ?

Ce qui intéressait Rose, c’était les sentiments d’Alys.

— Non, effectivement…

— J’ai compris, je vais avoir des choses à lui dire. Merci de m’en avoir parlé.
Coupa Rose.

Rose partit de la maison, en laissant la mère d’Alys sur le canapé, elle n’avait rien compris.

*

Rose arriva en trombes devant la chambre de Cendre.
Elle frappa à la porte et Cendre pensait que Basile serait derrière. Il fut totalement surpris.

— Qu’est-ce que je peux faire pour toi ?
Demanda t-il interrogateur.

— Nous avons des choses à nous dire.

Rose le poussa dans sa chambre et referma la porte derrière elle.
Cendre se laissa faire, prit par surprise.

— Ok, calme-toi d’abord.
Dit-il sur la défensive.

— Comment tu as pu lui faire ça !?
S’écria Rose.

— Lui faire quoi, à qui ?

— Alys.

À ces mots, Cendre se figea.

— Est-ce qu elle va bien ?
Demanda t-il, vraiment inquiet.

— Si cela te préoccupe, pourquoi tu n’es pas allé lui rendre visite ?

Le regard de Cendre évita Rose.

— Tu ne te rends pas compte de ce que tu fais. Est-ce que tu penses à ce qu’elle ressent ? Si c’était pour fuir, il aurait mieux fallu ne pas te lier d’amitié avec elle.

— Ce n’est pas ça… je pensais qu elle préférerait t’en parler avant…

— Qu’elle me parle de quoi ?! Elle ne peut pas me parler… actuellement…

Rose avait les yeux mouillés.

— Comment ça ?
Cendre changea de tête.

— Elle… son état s’est empiré… elle préfère que je ne la vois pas pour l’instant…
Rose se mit à pleurer.

Cendre s’avança prudemment vers elle pour la prendre dans ses bras et la consoler.

Le moins que je puisse faire, c’est de lui montrer que je suis là pour elle…
Sanglotait Rose.

*

Cendre alla en soirée frapper chez Alys.
Son père ouvrit et l’invita à entrer.

— Bonsoir, je sais que ça peut être rude de ma part, mais est-ce que je peux voir Alys ? J’ai des choses à lui dire.

Sa mère n’était pas loin et en apercevant Cendre, elle s’approcha pour lui dire quelques mots.

— Elle ne pourra pas te répondre dans son état, mais si tu as des choses importantes à lui dire, tu peux la voir.
Cependant, elle n’est vraiment pas en forme. Est-ce que tu es sûr ?
Expliqua t-elle d’une voix basse.

— Oui.
Répondit-il préparé.

Lorsqu’il entra dans sa chambre.
Il vit le lit sur lequel elle était allongée.
Elle semblait encore plus frêle et blanche que d’habitude.
Un mouchoir en tissu était dans sa main, plein de sang. D’ailleurs, quelques gouttes séchées étaient au coin de sa bouche.
Cette vision lui resserra le coeur, on aurait pu croire qu’elle était déjà dans l’autre monde.
Il s’assit sur le bord du lit, en prenant soin de ne pas s’assoir sur elle.
Puis il commença à lui parler.

— Bonsoir Alys… c’est moi, Cendre.

Il n’avait pas l’habitude de parler seul. Il reprit sa respiration et continua.

— J’arrive un peu tard mais je n’osais pas venir te voir. Ce ne sont que des excuses, j’en suis conscient… Je crois que je t’aime, et je sais que tu aimes Rose…

Il marqua une pause.

— Je t’aime, Alys.
Se corrigea t-il.

Elle avait senti une présence.
Elle reconnut sa voix lorsqu’il se mit à parler.
Elle pur entrouvrir ses paupières pour voir sa silhouette puis son dos sur le rebord du lit.
À ces derniers mots, elle put bouger ses bras pour lui attraper sa main.

— M…e…r….c…..i.
Prononça t-elle avec mal.

Cendre se retourna instantanément pour la voir.

— Ne te force pas à parler.
L’arrêta t-il, il avait entendu sa voix enrouée et rauque.

Il l’embrassa sur le front en serrant fort sa main dans la sienne.
Il sourit et continua à lui raconter des choses.

— … Et rose est venue frapper à la porte de ma chambre. Heureusement que j’étais à l’école, j’imagine pas la tête qu’aurait fait mes parents si c’était chez moi. Une vraie furie, j’ai cru qu’elle allait me casser la figure. Vraiment.

Alys souriait et Cendre avait l’air heureux.

— … Je t’ai pas racontée, il y a ce garçon parmi mes élèves. Basile. Il avait totalement remarqué que je craquais pour toi… quand il est venu dans ma chambre pour me le dire, j’étais tellement gêné…

Il vit Alys somnoler et se rendormir.
Il lui embrassa une nouvelle fois le front, rajusta sa couverture, puis se décida à partir.
Lorsqu’il redescendit dans la salle, son père lui en toucha quelques mots.

— Merci d’être passé la voir.
— Merci à vous, de m’avoir autorisé à lui parler…

2019.04.24

6 réflexions sur “Calme

  1. james dit :

    « — Comment tu as pu lui faire ça !?> », le > j’imagine c’est une typo
    « Sa mere », accent sur mère.

    Merci pour la chronologie au début, ça confirme que j’ai suivi sans trop problème, et que donc c’est bien écrit.

    J’ai rien vu sur les autres textes précédents, mais peut-être que parce que je vois la fin approcher, je lis trop vite car je veux savoir la suite 🙂 En tout cas les derniers textes se lisent super facilement.

    • Ah bien vu, j’ai dû relire plusieurs fois avant de comprendre de quoi tu parlais pour la typo !

      Ahah, je me sens tellement désolé que tu aies accroché à l’histoire alors que ce ne sont que des ébauches de la vraie histoire qui n’est pas encore racontée. Comme si tu avais lu les papiers froissés sur lesquels j’avais noté tout ça…

      Merci encore d’avoir lu tous ces textes !

    • Fluo dit :

      Je pense que ces textes là se lisent plus facilement aussi parce qu’ils ont été écrit plus récemment. Je me faisait la réflexion que la série de 4 ou 5 textes précédent datent tous d’Avril 2019 et je les trouve tous bien construits, réfléchis et profond. Ils sont très agréable à lire.

  2. fluo dit :

    D’ailleurs, est-ce que la Chronologie en haut du texte est voulu ? C’est la première fois que je le vois dans un texte (c’est appréciable quand parfois on perd le fil d’ailleurs)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.