Transfert

Ses cheveux virevoltèrent dans un courant d’air chaud.
Sa magnifique robe blanche aux mille plis dansa dans cet air fantastique.
Son visage était apaisé, ses yeux fermés, elle semblait méditer.
Les lanières du haut de son habit qui se croisaient dans son dos.
Elle était au milieu d’un champs de fleurs blanches.
Au second plan, le majestueux Arbre.
Elle ouvrit ses yeux lentement et regarda dans sa direction et lui sourit.
Elle lui tendit la main pour qu’elle approche.
Elle avança à petits pas. Elle était un peu angoissée. Elle ignorait ce qui allait se passer.
Elle mit sa main dans celle de la Mère Supérieure.
Sa chevelure longue et d’un blond vénitien brillant retomba dans son dos, avec grâce.
Elle serra la main de la jeune fille dans la sienne et approcha son front du sien.
Elle n’osa pas poser ses questions alors qu’elles fusaient au fur et à mesure que le temps passait.
Ce silence était sacré.
Elle referma ses yeux et commença à réciter des formules venant d’un autre monde. Elle ne reconnaissait pas ce langage.
Elle n’eut pas le temps d’essayer de déchiffrer le moindre mot ni le sens, qu’une lumière ocre tomba sur elle.
Cela l’électrisa sur-le-champ.
Ses forces quittèrent ses jambes.
La Mère la soutint avec un bras autour de ses hanches et l’autre main maintenait le contact entre leurs deux fronts. Elle continua son chant étrange et rapide tout en gardant les yeux fermés pour garder une concentration nécessaire.
La jeune fille avait ses yeux grands ouverts, le regard fixant un horizon inconnu, sous le choc.
Le flot de paroles affluait directement dans sa tête, des images étaient projetés directement sur ses rétines. Elle avait la bouche grande ouverte mais aucun son n’en sortait.
C’était la Connaissance de centaines d’années, de milliers d’années, voire plus.
Voilà ce qu’était le rôle et l’importance de la Mère Supérieure.
Le poids était maintenant sur ses propres épaules.
Au bout de quelques minutes où Faya récita l’incantation, aucun son ne sortit de sa bouche. Elle garda ses lèvres ouvertes comme pour reprendre son souffle bien qu’aucun signe d’épuisement n’était apparant.
Elle referma lentement sa mâchoire et rouvrit les yeux, elle put détacher son front de celui de la jeune fille et la posa délicatement, les genoux au sol.
Ses lèvres étaient encore entrouvertes et son regard exprimait le vide.
La lumière s’estompa peu à peu.

Les élus étaient choisis et préparés pour cet évènement.
Ce qui était sûr, c’est qu’ils possédaient une force mentale très supérieure à la moyenne et devaient pouvoir supporter cette épreuve. Normalement.

Les couleurs revinrent graduellement dans les yeux de la jeune fille.
Ses forces étaient également de retour.
Elle prit conscience de son importance à présent. Il lui faudrait encore un peu de temps avant de tout digérer.
Elle regarda la Mère qui lui sourit encore.
Sans rien dire, elle se leva, la laissant au sol.
Elle lui tourna le dos et s’avança vers l’Arbre.
Elle posa sa main qui paraîssait minuscule sur le tronc.
Se retourna une dernière fois et prononça quelques mots.
Sa silhouette éblouissante et rouge disparut dans l’arbre.

2013.3.27

2 réflexions sur “Transfert

  1. Fluo dit :

    J’ai un doute sur le prénom de la mère supérieur : dans ce texte tu parles de la mère supérieur et à un moment tu dis ça « Au bout de quelques minutes où Faya récita l’incantation ». n’ayant pas de contexte, je suppose que c’est elle qui récite et que les deux femmes sont seules

    Mais dans le texte « Protecteurs » elle dit à Alys : « Tu peux m’appeler par mon prénom. Alexia. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.