Oreilles

Je me rappelle d’une soirée agitée. Maman m’a emmenée dans la forêt, paniquée. On courait. Elle se retournait de temps en temps comme si quelqu’un nous poursuivait.

Tout a commencé lorsqu’en jouant je suis tombée et mon bonnet en même temps, laissant apparaître les oreilles que ma mère m’avait prié de faire attention de cacher.
Grâce à mes longs cheveux et aux hommes qui me surveillaient, personne ne remarqua ce détail. On m’emmena à l’intérieur du château. L’incident fut conté à ma mère, les gens s’inquiétaient de mon sort. J’étais une sorte d’hérésie.
Si on me découvrait, ça pourrait très mal se passer. Et pour moi, et pour ma mère.
Les relations avec les humains n’étant pas très bonnes depuis un certain temps.
Il serait terrible qu’on entre en guerre.
Du moment que chacun d’entre nous respectait les limites frontalières.

*

Lors d’une soirée bal, lorsque les relations que les peuples entretenaîent étaient encore bonnes.
Un beau comte eut le coup de foudre pour ma mère. Il lui fit gentiment la cour mais elle refusa courtoisement.
Après plusieurs verres de trop il l’emmena de force dans une chambre du château et la viola. Elle, princesse du peuple des Elfes. Personne ne faisait attention à ce genre de choses, cela était normal. Les gardes du corps remarquèrent l’absence de leur princesse au bal. Ils la retrouvèrent brisée.
Ils mouraient d’envie de tuer ce comte saoûl mais faire couler le sang n’était pas une bonne solution.
Ils aidèrent ma mère à se rhabiller et firent une plainte au roi des Humains, exigeant la mort de ce comte pour avoir agit de telle sorte. Le lendemain des faits, il fut condamné. Le roi n’eut pas le choix face à un tel acte.
Ce comte accepta son sort.
Depuis cet incident resta secret pour ne pas monter le peuple contre les humains.
Certains humains gardèrent une certaine haine contre les elfes pour cet incident, notamment la famille du comte.
Le roi ne dit pas au peuple les raisons de la condamnation pour ne pas perdre la face devant eux.
De nombreuses rumeurs non-favorables aux elfes circulaient.
Mais la princesse tomba enceinte.
On lui suggéra d’avorter et tuer cette abomination.
Si on découvrait l’existence d’un tel enfant on se poserait des questions. S’il était né dans un bon contexte cela aurait signifié l’unification des peuples.
Mais ce n’était pas le cas.
Ma mère refusa l’avortement et insista pour garder l’enfant.

Je fus née et je n’avais pas les oreilles d’elfes. Elle dut me cacher pendant un bout de temps.
Personne à part les proches ne savaient que j’étais sa fille.
J’étais enfermée dans une chambre.
J’avais la vue sur le village.
Une fois un villageois m’aperçut et posa des questions à mon sujet.
Heureusement on put le faire douter et me faire passer pour une servante ou quelqu’un d’autre. Mais d’autres employés de château pouvaient me croiser par mégarde.

Il était de plus en plus difficile de me cacher et ma mère risquait beaucoup.
Elle surprit une conversation de son père parlant de tuer l’enfant pendant qu’il était encore temps, dans la forêt et de masquer ça en un accident.
Son enfant. Elle paniqua et décida de s’enfuir la nuit même, avec moi.

On continuait de courir, on s’arrêta pour souffler et on rencontra 3 guerriers humains. Ils me regardaient bizarrement.
Que faisait une petite fille de cet âge dans la forêt.

— Ça va petite ?
— T’es perdue petite ?
— Il faut pas sortir à cette heure-ci, c’est dangereux.

Je regardais derrière moi, mais plus personne.
Maman était partie aussi.

2010.10.7

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.