Malédiction

Il était une fois une princesse maudite.
Pour sauver leur village, ses parents ont dû sacrifier leur fille en passant un pacte avec un sorcier.
Au lieu de la perdre à jamais, il proposa que sa bonne santé soit sacrifiée au profit de tous.
Tous ceux à quelques kilomètres d’elle qui auraient un mal, seraient guéris. En échange, elle absorberait en elle n’importe quels maux.
Elle ne mourrait pas, mais serait toujours à la limite, à l’agonie.

La décision fut prise lorsqu’elle avait 10 ans.
Ses parents durent se faire une raison, et prendre ce marché comme une chance, vu qu’ils ne perdraient pas leur fille.
Cependant, ils ne s’imaginaient pas ce qu’elle allait devoir subir.

Les premiers instants furent difficiles.
Elle absorba les premiers maux, jusqu’à la limite de son corps.
Il avait été modifiée de sorte qu’elle ne meure pas de blessures ou d’hémorragies, la rendant plus résistante, mais étant encore jeune, elle ne pouvait pas encaisser plus que ce qu’elle pouvait.
La douleur était telle qu’elle perdit connaissance sur le coup.
Le précepteur qui s’occupait de son éducation et de sa sécurite, la prit en charge.
Il comprenait la décision de ses maîtres mais il ne pouvait se résoudre à la voir souffrir à ce point.
Elle avait eu une très bonne éducation et elle essayait de garder le sourire et de ne pas se plaindre en face de ses parents.
Elle était un catalyseur qui assurait la protection de tout le village.

Elle ne pouvait pas mourir de cette malédiction mais si quelqu’un tentait de la tuer, elle restait mortelle et la malédiction ou bénédiction, serait brisée.
C’est pour cette raison qu’elle était protégée et sa sécurité importait avant tout.
Ses libertés furent supprimées. Tout ce qui pouvait être dangereux pour sa vie lui était maintenant interdit.
Le secret sur son existence fut bien gardé, on fit croire au village qu’elle était morte et qu’une statue fut érigée, elle était devenue une sorte de divinité qui protégeait le village. Elle était devenue un symbole.
Bien qu’elle soit toujours en vie.
Enfermée dans une tour, elle ne voyait que son précepteur et ses parents. Son existence avait été effacée.

Elle passait son temps dans cette chambre.
Elle regardait de temps en temps la vie à l’extérieur.
Et lorsqu’elle absorbait des maux, ce qui pouvait arriver à tout moment, elle tentait de rejoindre son lit pour récupérer et ne pas se blesser plus.
Elle aurait souhaité se donner elle-même la mort, malheureusement elle respectait trop ses parents et avait également des principes.

Elle adorait son précepteur, c’était son seul ami et confident.
Il lui arrivait de rester à son chevet pendant plusieurs jours à cause de cette malédiction.
Elle lui donnait autant de respect qu’il en avait pour elle.

2016.08.19

2 réflexions sur “Malédiction

  1. james dit :

    « surprimées » -> « supprimées »

    tu sais que parfois, je dois faire des pauses quand je lis ? genre « Elle ne mourrait pas, mais serait toujours à la limite, à l’agonie. ». c’est tellement le pire truc qui puisse t’arriver. j’ai recommencé à lire après une coupure de quelques minutes.
    seulement, c’est de pire en pire, toujours. chaque détail dépeint une situation plus insupportable.
    puis je me dis que si ça se trouve, elle sauve une autre pauvre fille qui aurait pu y passer, avec une histoire tout aussi prenante. est-ce possible que toute cette souffrance soit une bonne chose ?

    • Parfois je me demande si tu n’es pas trop sensible ! Et ça m’étonne, comment ton frère semble me faire penser que tu es super critique !
      « Est-ce que la souffrance est une bonne chose ? » Ca pourrait être un sujet très philosophique, et je n’ai pas la réponse à cette question 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.