Tournoi

Malgré les avertissements de leur père, ils s’amusaient à aller jusqu’à la ville la plus proche.
C’était un tout autre monde, avec des bâtiments, du monde, des vêtements différents.
Ils étaient encore jeunes, ils devaient avoir 17 ans et ils se débrouillaient déjà bien.
Ils virent une affiche parlant d’un tournoi de combat et s’y intéressèrent.
La récompense pouvait aller jusqu’à pouvoir intégrer l’école du château, une école prestigieuse mais ils s’en fichaient. Ils ne connaissaient pas grand chose de cette ville.
Ce qui les intéressait, c’était de pouvoir s’affronter dans un vrai cadre et de savoir qui irait le plus loin.
Ils se renseignèrent et décidèrent de s’inscrire.
Ils étaient assez jeunes pour pouvoir y participer.
L’école était destinée surtout aux participants de plus de 18 ans mais cela ne les concernait pas.
Leur père ne fut pas mis au courant, ils participèrent sans son accrd, c’était le temps d’une journée.
Ils réussirent à passer haut la main les qualifications et se retrouvèrent dans les premières poules.
Malgré leur jeune âge, ils s’imposèrent et furent rapidement les favoris.
Ils se retrouvèrent en semi-finale.
La soeur réussit à gagner contre son frère, de justesse.
Ils continuèrent tous les deux leurs matchs et durent se confronter à un jeune de 20 ans. Alors qu’ils avaient réussi à battre les précédents participants qui étaient à peu près du même âge, ils sentirent qu’il était fort.
Son frère combattit contre lui et perdit.
Ce fut alors à son tour et elle perdit également.
Ils étaient bons perdants.
Ils allaient quitter la ville, vu qu’il commençait à faire nuit et que leur père allait s’inquiéter.
Ils se firent arrêter et emmener dans une salle, ils avaient attiré l’attention et le propriétaire du château s’intéressait à eux.
Il leur expliqua qu’ils seraient les bienvenus dans l’enceinte du château pour étudier à l’école.
Ils se regardèrent dans les yeux et ne savaient pas quoi répondre.
Ils durent leur avouer qu’ils n’étaient pas de la ville.
Ils entendirent du grabuges derrière eux.
C’était leur père qui avait fait le déplacement pour les chercher.
Il assoma les gardes un par un avant d’arriver dans la salle du trône, avec les soldats paniqués.

— Les enfants !
— Papa ?!
Dirent-ils, étonné.

Ils allaient se faire gronder et cela n’annonçait rien de bon.

— On rentre à la maison.
Souffla t-il, se dirigeant vers ses jumeaux.

— Intéressant…
Lâcha le seigneur.

— Vous êtes donc le père de ces jumeaux ? Vous avez réussi à pénétré dans ma demeure sans soucis… Cela m’intrigue beaucoup…
— Qui êtes-vous ?
Demanda t-il, d’un ton nonchalant.

— Je suis le seigneur de ce château. Je souhaitais juste discuter avec vos enfants. Ils ont réussi à m’impressionner durant le tournoi que j’ai organisé.
— Pardon ?

Il jeta un regard interrogateur à ses enfants.

— C’est pas ce que tu crois papa… !!!
— On en discutera à la maison.

Ils voyaient qu’il était fâché et ne pouvaient rien y faire.

— Discutons. Il me semble avoir compris que vous n’étiez pas de la ville.
Je vous propose de venir habiter ici. Dans un appartement que je mettrais à votre disposition.
— En échange d’argent ?!
— Non non, monsieur. Je souhaiterais juste que vos enfants profitent de l’éducation de notre école. Ils ont beaucoup de potentiel. Qu’en dites-vous ?
— Nous n’avons pas les moyens-
— Puisque je vous dis que je me fiche de l’argent. Vos enfants m’intéressent et prenez mon offre comme un présent.

Il réfléchissait. Il savait que c’était une offre miraculeuse qui pourrait permettre à ses enfants de jouir d’un certain confort et de pouvoir disposer d’une éducation urbaine.
Il regarda les enfants et leur demanda.

— Vous en pensez quoi, les petits ?

Ils se regardèrent.

— Tu resteras avec nous, papa ?

Le seigneur reprit la parole.

— Bien entendu, je ne comptais pas vous séparer de votre famille.
Vous qui avez réussi à passer mes gardes avec tant de facilité, je souhaiterais vous proposer un poste de professeur. Si vous le souhaitez.
Bien entendu ce travail pourra être rémunéré selon votre poste et vos compétences.
— Pardon ?
— Cela vous intéresse t-il ?

Il regarda ses enfants puis décida d’une réponse.

— Si cela vous va. Pourquoi pas…

Et c’est ainsi qu’ils commencèrent leur nouvelle vie dans cet immense château.
Leur père devint le commandant de la première division.
Ils furent fier de lui.
Et les enfants, durent rattraper leur retard en éducation et commencèrent un stage intensif pour pouvoir commencer les tests d’aptitudes.
Ils recroisèrent le vainqueur du tournoi.
Il les salua d’un mouvement de tête.
Elle était particulièrement mal à l’aise en sa présence.
Son frère n’eut pas de mal et sympathisa même avec lui.
Il devint le capitaine de la première division.

Après leur cours de mise à niveau. Ils réussirent les tests d’aptitudes et se retrouvèrent dans la 2ème et 3ème division.
Au bout de plusieurs semaines, le frère réussit à rejoindre la première division sous le capitaine qu’il connaissait.
Sa soeur monta d’une division mais préfera rester en seconde, pour une raison qui lui échappait.

— Pourquoi tu ne montes pas de division ?… Tu es plus forte que moi, tu es beaucoup plus rusée, tu as les compétences nécéssaires…
— Tu comprends pas, je suis bien dans cette division. Cela ne m’apportera pas plus de monter d’une division. Je ne suis pas si forte que ça…

Il savait qu’elle en avait les moyens mais qu’elle n’en avait pas la motivation.
Il aurait voulu la forcer à faire des matchs avec des gens de la première division, mais têtue comme elle était, elle aurait été capable de perdre exprès.

2016.03.21

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.