Bal

C’était une soirée spéciale et elle portait une robe qu’une copine lui avait prêtée, à moitié forcée de la mettre pour ce bal.
Elle était vraiment mal à l’aise dans cette tenue étrange.
Elle n’était pas libre de ses mouvements.
Elle avait les clavicules et le buste à découvert, elle avait limite froid, et ses pieds n’étaient pas habitués aux talons.
Elle pestait mais se rattrapait sur les amuse-gueules à disposition sur les tables.

Elle avait arrangé le coup pour son frère et une petite employée de la maison, avec qui elle avait l’habitude de discuter et prendre son bain.
Elle ne portait ses lunettes que pour le travail et dès qu’elle sortait elle les retirait et pas mal de garçons la trouvaient magnifique, mais ne la reconnaissait plus dans son uniforme, sa coupe de cheveux de service et ses lunettes rondes.
Son frère lui avoua ses sentiments.

— Je te trouve belle même avec tes lunettes… Je sais qu’on ne se connait pas encore, mais si cela ne te déplait pas de continuer à me parler et apprendre à faire connaissance…

Elle rit et accepta sa proposition.
Elle était rayonnante. Sa demande la surprit, d’où son rire.

Tandis que sa soeur se faisait chier.
Son frère avait vu clair dans son jeu et avait parlé de sa soeur à son capitaine. De manière un peu détournée.

— Elle risque d’être seule et s’ennuyer durant le bal… Si ça ne te dérange pas de lui tenir compagnie… ? Elle est pas méchante, elle est même plutôt drôle.

Il lui avait dit pourquoi pas.
Il la cherchait des yeux et pouffa de rire, la voyant se goinfrer à côté des différents buffets.
Il s’approcha d’elle et la salua.
Elle fut tellement surprise qu’elle faillit s’étouffer avec ce qui lui restait dans la bouche.
Elle se retourna et vit le capitaine.
Elle crut s’étouffer une deuxième fois.
Il était mort de rire.

— Pardon, est-ce que ça va ?

Elle avala et se racla la gorge avant de le saluer correctement.
Il la trouvait particulièrement charmante et osa lui demander une petite danse.
Elle n’eut pas le courage de refuser, il l’entraîna sur la piste de danse et ils commencèrent quelques pas tout en discutant de la soirée.
Elle était vraiment gênée. Elle savait qu’elle épprouvait des sentiments étranges à son égard et peut-être même était-ce la raison pour laquelle elle ne souhaitait pas rejoindre sa division.
Il eut du mal à casser le silence.

— Ton frère m’a beaucoup parlé de toi… En bien, ne t’inquiète pas.
— Ah…

Dans sa tête, elle insultait son frère de tous les noms.

— Il est particulièrement convaincu que tu pourrais rejoindre notre division.
— Je sais, il me harcèle tout le temps…
— Pourquoi ne pas essayer ?
Demanda t-il avec un sourire et un regard qui atteint direct son coeur.

— Je… je ne pense pas avoir les compétences pour…
— C’est à nous d’en juger.

Toujours avec un sourire radieux.
Elle détourna le regard pour essayer de cacher les rougeurs sur ses paumettes.
Le morceau s’estompa doucement et il la relâcha.

— Tu dois avoir soif après tout ça, attends-moi, je ramène à boire.

Elle n’eut pas le temps de refuser ni remercier, il la laissa près d’un mur.
Elle retira discrètement ses chaussures et perdit 3 centimètres, facile. Et elle souffla quelques minutes.

— T’as vu le capitaine de la division une ? Il a dansé avec une gueuse. Elle ressemblait tellement à rien. T’as vu sa robe ? Pas du tout dans l’air du temps. Elle aurait pu se coiffer aussi.
— Il me déçoit… Il ferait mieux de mieux choisir avec qui s’afficher. Il avait vraiment l’air d’un paysan à se rabaisser à ce niveau…

Elle entendit ces quelques bouts de phrases et la colère l’emporta.
Elle s’approcha d’eux à grands pas.
Ils étaient dans un couloir peu fréquenté mais leurs voix avaient réussi à l’atteindre, vu qu’elle était à côté d’une porte battante.
Elle sortit de la salle et empoigna par le col un des gars qui avait insulté le capitaine.
Il fut pris par surprise et ne sut comment réagir.

— Tu peux m’insulter autant que tu veux, mais retire ce que tu viens de dire sur le capitaine !
Dit-elle d’un ton bien tranchant.

Il sourit, puis son sourire s’effaça lorsqu’il vit une autre personne s’avancer vers lui.

— Je vous reconnais… Vous êtes des élèves de ma division…

Elle se retourna, il avait deux verres dans une main et lui prit sa main pour qu’elle lâche le garçon.

— Vous pouvez egalement m’insulter autant que vous le souhaitez, mais je souhaiterais que vous vous excusiez auprès de la demoiselle. Cela n’était pas très poli…

Ils blémirent et s’excusèrent platement et rapidement avant de s’éclipser en courant.
Elle avait relévé une partie de sa robe et on voyait ses pieds nus sur la moquette du couloir.

— Tu ne cesseras jamais de m’étonner…
Dit-il en riant après avoir remarqué ses orteils sur le sol.

Elle retourna chercher ses chaussures avec discrétion, les oreilles rouges de honte et revint dans le couloir où il l’attendait avec les verres à la main.

— C’est sans alcool.
Dit-il en lui tendant un verre.

Elle le remercia.

— Il fait un peu plus calme ici, tu veux faire un tour à l’extérieur ?
Proposa t-il.

— P… Pourquoi pas…
— Merci de m’avoir défendu. J’ai l’habitude de me faire insulter, peu de gens apprécient que je sois capitaine à mon jeune âge.
— Merci aussi à toi…

Il la regarda et lui sourit encore.

— C’est normal. T’es toute charmante, je ne pouvais pas leur laisser dire ça.

2016.03.21

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.