Cabane

Les enfants furent élevés pas leur père, un peu distant mais toujours bienveillant.
Il leur apprit à se battre dès leur plus jeune âge pour qu’ils puissent se défendre.
Il fallait pouvoir se débrouiller dans cette forêt, ils étaient livrés à eux-mêmes s’ils s’éloignaient trop de la maison.
Il parlait peu de leur mère, mais ils savaient que c’était un sujet sensible.

Le jour de leur anniversaire, il était toujours un peu plus distant et s’isolait le soir, près d’un arbre à côté de la cascade.
Il avait une bouteille d’alcool et s’asseyait, mélancolique.
Un soir, sa fille avait du mal à s’endormir et avait suivi par curiosité son père.
Elle le vit aussi triste et ne savait pas comment réagir.
Il remarqua sa présence et elle sortit de sa cachette.
Son frère la suivait également de près.
Il décida alors de leur raconter toute l’histoire.
L’alcool aidant à parler.
Ils le prirent dans leur bras, pour le consoler.
Ils n’avaient jamais connu leur mère mais cette nuit-là, ils apprirent à la connaître et virent à quel point elle lui manquait.

Les jumeaux s’étaient déjà fait attaquer par des brigands.
Cette fois-ci, ils ne s’en étaient pas tirés aussi facilement.
Elle fut prise pour cible et son frère s’interposa pour l’aider.
Elle reçut un coup de poing et tomba au sol. Elle n’avait pas vu venir cette attaque. Elle releva son visage et vit son frère arriver, devant elle. Il empêchait son agresseur d’en faire plus. Il réussit à le battre et alors qu’il allait se retourner pour rejoindre sa soeur. Plusieurs autres personnes arrivèrent et l’attaquèrent.
Ils l’attrapèrent et l’enlevèrent, la laissant impuissante.
Elle se releva et tenta de reprendre ses esprits.
Elle devait les rattraper.
Ils venaient de partir dans une calèche, embarquant son frère inconscient. Ils l’avaient assomé pour qu’il ne pose pas plus de souci.
Elle devait prévenir son père.
Elle courrut jusqu’à la maison, son père etait en train de couper du bois.
Il la vit arriver avec des égratinures et s’inquiéta.
Elle n’eut pas beaucoup de temps pour tout lui expliquer.
Elle attrapa quelques équipements et repartit aussitôt

— Ils l’ont enlevé !
Dit-elle à moitié essouflée.

Et elle courrut dans le sens inverse pour tenter de retrouver sa trace.
Son père lâcha sa tâche et attrapa quelques armes avant de suivre la même direction de sa fille.
Il réussit à suivre leur trace.

Elle put suivre les traces de la calèche.
Ils s’étaient arrêtés à une petite cabane.
Elle vérifia le contenu de la voiture. Son frère n’était plus là.
Elle entra dans la cabane avec précaution.
Il n’y avait personne à part son frère, attaché et au sol.
C’était trop louche.
Elle se précipita aux côtés de son frère à moitié déboussolé.

— C’est… un piège.
Murmura t-il, avec peine.

Elle le détacha et elle remarqua trop tard la présence derrière elle.
Elle reçut un énorme coup derrière la tête et elle perdit connaissance, à côté de son jumeau.

— Je savais qu’elle allait revenir… C’est vraiment un beau lot ces jumeaux. Je pense qu’on peut en tirer un beau prix…
— Regarde-moi ça, s’ils sont pas mignons à dormir l’un à côté de l’autre…

Ils riaient.
Ils ne se méfiaient pas d’une troisième personne.
Leur père avait plus d’expérience et arriva à l’endroit sans se faire remarquer.
Il analysa les environs et tua les gardes, un à un, sans bruit, avec discrétion.

— T’as pas entendu un bruit ?
— Non. Toute façon les gardes préviendront s’il y a quelque chose.
— J’ai cru entendre quelque chose, je vais sortir voir.

Il se fit prendre au piège et se fit également tuer.
Il ne restait plus grand monde, il les tua un par un, avec ses compétences.
Lorsqu’il finit, il vérifia s’il ne restait personne avant de libérer ses enfants.
Son fils emergea en premier.
Ils firent les poches des cadavres et rentrèrent, en portant sa fille sur son dos.
Il ne se priva pas de leur faire la morale lorsqu’ils furent chez eux.
Elle eut du mal à se réveiller, elle eut une belle bosse derrière la tête.
Après le savon, il les serra dans ses bras et fut rassuré qu’ils n’aient pas été plus blessés que ça.

— Ne me faites plus de frayeur comme ça…

Ils s’entrainèrent encore plus pour ne pas être de nouveau confrontés à ce genre de situation.

2016.03.19

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.