Au cou

— Je ne te laisserai pas la toucher.
Dit-il déterminé plus que jamais.

— Et que comptes-tu faire si je me fiche de tes paroles ?
Repondit-elle avec arrogance, les cheveux bouclés, courts, blonds et noirs à la racine.

La couleur de sa robe était appareillée à celle de son abdomen d’arachnide.
Elle ne pensait pas qu’il viendrait exprès pour lui dire cela, elle était déçue et triste mais ne sachant pas comment gérer ses sentiments, elle ressentait de la colère envers cet homme, et de la jalousie à l’égard de la jeune fille qu’il protégeait.

— Tu comptes me tuer ?
Ajouta t-elle en se forçant à rire.

Il ne broncha pas.

— S’il le faut.

Sur ce, il dégaina son épée.
Elle ne pu cacher sa profonde tristesse et dut ravaler ses sentiments et raisonner autrement.

— Dans ce cas, si je ne peux pas t’avoir, personne ne le pourra.
Murmura t-elle à elle-même.

Elle lui cracha dessus instantanément une toile collante de soie, il n’eut pas le temps de réagir, il était en train de se libérer avec son épée qu’elle ne lui laissa aucun répit, elle était déjà sur lui et le mordit au cou.
Son poison paralysant agit sur le champ. Il trembla puis s’imobilisa. Et il perdit connaissance.
Elle s’arrêta là, elle ne voulait pas le consommer.
Elle ne pouvait se résigner à tuer l’humain pour qui elle éprouvait de l’amour.
Elle l’accrocha en réfléchissant à son destin et à ce qu’elle devait en faire.
Elle entendit du bruit à l’entrée de sa grotte.

2015.10.17

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.