Rougeâtre

Elle fut parti en balade en fin d’après-midi dans la forêt.
Il faisait beau, on pouvait apercevoir le ciel rougeâtre à travers les arbres et leurs branches.
Elle aimait se balader et se vider l’esprit. Méditer dans cette atmosphère.
Elle commença à chantonner. Elle n’osait pas le faire devant des gens, ni son propre frère. C’était bien trop honteux.
La nuit commençait à tomber.
Elle se décida à retrousser chemin, lorsqu’elle entendit des bruits non-loin d’elle. Il y avait quelqu’un. Non, peut-être était-ce un animal.
Curieuse, elle s’approcha.
Elle vit alors un homme adossé à un arbre, assis. Il la fixa.
Elle fut surprise et rougit. Il l’avait entendue chantonner.
Il mit son doigt sur la bouche et lui indiquait de ne pas faire de bruit.
Il avait une cape noire et longue, la capuche encore sur sa tête, ses cheveux sombres dépassaient.
Elle était plongée dans sa réflexion. Que faisait-il ici.
Au loin, elle entendit un groupe de personnes s’approcher et crier.
Elles avaient des torches et semblaient chercher quelqu’un. Cet homme… ?
Il voulut se déplacer et partir dans une direction opposé. Il fit une grimace.
Elle aperçut une tâche sur ses vêtements intérieurs. Il était blessé.
Par réflexe elle s’approcha de lui et approcha sa main de son torse.
Il l’arrêta.
Ils se fixèrent.
Elle ne savait pas qui il était mais il était blessé et ne semblait pas méchant.
Elle tint son regard, il eut une faiblesse et glissa le long de l’arbre pour s’assoir.
Elle posa sa main sur sa blessure. Sa chemise était trempée de sang. Il était en mauvais point.
Elle ferma les yeux et récita des mots incompréhensibles. Une petite lumière chaude et rouge apparut sous sa main.
Elle réchauffa le torse de l’homme en noir. Il reprit peu à peu ses esprits.
Il allait beaucoup mieux et sa blessure était à présent fermée.
Il vit la jeune fille en face de lui faiblir et perdre l’équilibre.
Il la rattrapa avant qu’elle ne tombe au sol et il la posa dos à l’arbre, à la place qu’il occupait.
Il se disait qu’elle devait bien être inconsciente comme personne, de secourir un inconnu blessé dans la forêt, de plus de s’épuiser à ce point là.
L’idée qu’elle pouvait être un ange lui traversa l’esprit. Elle semblait simplement dormir à poings fermés.
Il entendit une voix crier au loin le mot « Lys ».

2012.5.19

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.