Le bras

Il y avait cette camarade de division qui parlait peu voire pas.
À ce qu’il parait elle avait été empoisonée plus jeune, et avait perdu l’usage de sa voix.
Malgré cela, elle était joyeuse et était forte au combat.
Je venais de rejoindre leur division supérieure qu’elle était déjà familière avec moi.
Il n’y avait pas beaucoup de filles dans les divisions supérieures et cela la réjouissait que je sois là pour botter des trains d’hommes avec elle.

Après ce que j’avais vécu, j’avais du mal à refaire confiance à de nouvelles personnes mais sa joie de vivre me contamina.
Elle arrivait à se faire comprendre par des gestes simples de la vie.
Elle utilisait quelques mots du langage des signes plutôt équivoques et faciles à retenir pour nous. Elle insista pour être ma mentor et me mis à niveau. C’était un miracle que je puisse rejoindre cette escouade et je le savais. J’avais travaillé dur tous les jours pour enfin pouvoir quitter l’air pesant de la première division.
Le capitaine éprouvait encore des sentiments pour moi et c’était réciproque, mais on s’était mis d’accord pour ne pas se remettre ensemble. Même si cela faisait le jeu des têtes derrière tous ces évènements. Je n’avais pas le choix. Si la fois d’après était encore pire je ne pense pas pouvoir m’en remettre et lui non plus. On n’avait toujours pas réussi à trouver les coupables derrière cette affaire.
Nous étions certains qu’il y avait quelqu’un qui manipulait les fils au dessus de tout cela.

Elle m’attrapa le bras puis m’embrassa.

Nous étions en train de nous entraîner.
Comme à notre habitude, nous tentions de repousser un peu plus nos limites.
Elle était à bout de souffle tout comme moi.
Je la sentais un peu sur la réserve, elle semblait vouloir me dire quelque chose.
Je m’approchais d’elle, à petit pas pour lui dire que je n’en pouvais plus et que je pensais m’arrêter là.
Elle acquiesça, en évitant mon regard.

— Quelque chose ne va pas ?…
M’inquiétais-je.

Elle me jeta un regard un peu triste puis m’attrapa le bras.
Je fus prise au dépourvu.
Elle me tira vers elle, elle essayait de prononcer des mots mais aucun son ne traversais ses lèvres.
Elle ferma sa bouche. Puis approcha son visage du mien pour m’embrasser.
Cela ne dura même pas quelques secondes puis elle me relâcha et courut dans le sens inverse, me laissant sur place.

Je n’avais rien vu venir.
Je ne savais pas qu’elle était torturée par ces sentiments.

2016.04.09

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.