Routes

— Non, ca va…
Répondit-elle à moitié dans les vapes.

Le pas chancelant, elle arrivait à peine à discerner le visage de la personne qui lui proposait de l’aider.
D’après le ton de sa voix et sa corpulence, c’était un homme.
Il lui attrapa le bras et voulait la soutenir mais elle le repoussa, du moins elle essaya, de ses petites mains faiblardes et molles.

Quelqu’un d’autre entra dans les toilettes et lui attrapa l’autre bras.
Elle avait la tête qui tournait. Elle n’aperçut pas non plus son visage, tout autour d’elle semblait bouger et elle avait de plus en plus de mal à tenir debout.
Elle n’arrivait plus à se dégager.

— Lâch-

Elle n’eut pas le temps de finir sa phrase, elle s’écroula, ses jambes cédèrent sous son poids.

[Route 1]
Il enfonca la porte des toilettes, l’homme derrière se la prit en pleine figure.
Il la vit dans leurs bras, à moitié inconsciente.
Il ne put contrôler sa colère et il frappa sans aucune hésitation les deux hommes qui ne s’attendaient pas du tout à ça.
Il la retira des bras de ces inconnus et les assoma, les laissant sur le sol, face contre terre.
Elle était à moitié consciente, il voyait qu’elle avait été droguée, elle ne tenait plus debout. Pourtant elle semblait garder un bout de réflexion.
— Laissez… Moi… Tranquille…
Reussit-elle à articuler, en tentant de repousser son ami, elle avait les yeux à moitié fermés et ne l’avait absolument pas reconnu.
Son coeur battait à toute allure, cela ne le laissait pas indifférent de la voir dans cet état à cause de lui. Il continuait à la serrer contre lui, sans effort, elle le repoussait mollement pendant un moment, jusqu’à abandonner, par manque de force.
Il la serra tendrement dans ses bras.
— C’est moi, ne t’inquiète pas, on rentre à la maison…
Lui murmura t-il, la voix un peu tremblante à cause des émotions.
Elle reconnut sa voix et se sentit comme rassurée, comme si un poids venait de la quitter.
Elle referma ses doigts sur un pan de son vêtement qu’elle réussit à attraper et se laissa sombrer, une larme au coin de l’oeil.
Il la porta discrètement jusqu’à l’extérieur de l’endroit.

[Route 2]
Elle était tellement droguée d’aphrodisiaque qu’elle ne discernait plus ses limites et ses désirs.
Elle se sentait mal et était allongée sur le lit.
Lorsqu’il arriva pour la ramener chez elle, après avoir battu toutes les personnes présentes dans la chambre, elle le reconnut à peine.
Il s’approcha du lit et vérifia qu’elle allait bien.
Elle était transpirante et semblait agoniser sur les draps.
Lorsqu’il se pencha vers elle, elle l’attrapa par le col et l’enlaça au niveau du cou.
Elle le caressait et cherchait à le déshabiller.
Il lui attrapa instantanément les mains pour lui demander ce qu’elle faisait.
— Je me sens trop bizarre… J’ai si chaud… J’ai envie de te prendre dans mes bras…
Soupirait-elle d’une voix suave et essouflée.
Elle tenta de lui retirer sa ceinture et son bas mais il l’en empêcha.
Elle posa alors sa main sur sa poitrine.
Il rougit jusqu’aux oreilles.
— Arrête… Tu n’es pas dans ton état normal…
Elle l’embrassa sur la bouche langoureusement et elle brisa sa défense.
— Je ne peux pas…
S’efforcait-il de se convaincre. Il ne pouvait pas profiter de cette situation alors qu’elle était sous l’effet de la drogue.

2016.04.05

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.