Division

Elle soigna ses cloques. Elle s’empêcha de crier lorsque l’alcool toucha sa plaie et mit de nombreux pansements et enveloppa le tout avec un bandage pour pas que cela ne bouge.
Son père la regarda faire et souriait sans lui poser de questions.

— Je te dis qu’il ne s’est rien passé !
— D’accord, d’accord…

Son sourire persistait sur son visage.
L’instant d’après son frère rentra, il était plus que joyeux.
Cela avait l’air de s’être bien passé avec sa compagne.
Sa soeur l’engueula et l’insulta pour avoir dit un tas de choses au capitaine à son sujet.
Il fit mine de ne pas savoir et alla se coucher.
Elle le suivit.
Le lendemain l’entraînement était maintenu et ils allaient devoir se lever tôt.

Ils croisèrent le capitaine sur le chemin, elle le salua timidement.
Son frère se moqua d elle.

— Arrête de me foutre la honte…

Durant l’entraînement, le capitaine prit la décision de faire un match entre un de ses élèves et elle, de la division deux.
Il ne choisit pas son adversaire au hasard. C’était le gars qui avait insulté le capitaine durant le bal. Elle n’allait pas perdre facilement.
Alors que les élèves de la division une pensaient que le capitaine souhaitait ridiculiser la jeunette de la division deux, ses camarades la soutenaient et son frère était curieux du résultat.

C’était une chance qu’elle ne devait pas laisser passer. Elle allait pouvoir régler ses comptes, et son adversaire en face semblait tout aussi heureux. Il eut du mal à la reconnaître, mais lorsqu’il remarqua la ressemblance, il souriait à pleines dents.

Le combat commença, elle analysait les gestes et son style de combat.
Elle jouait sur la défensive tandis qu’il ne se méfiait de rien et avait l’impression d’avoir l’avantage.
Elle se laissa frapper une ou deux fois, se relevant comme si de rien n’était. Puis lorsqu’elle cerna son style de combat, elle l’attaqua sans relâche, retournant la situation et évitant ses coups.
Elle le mit à terre et l’empêcha de se relever en positionnant son pied au niveau de sa carotide.

Le capitaine tapa dans ses mains.
Il demanda s’il y avait des élèves qui s’opposaient au fait qu’il fasse entrer la jeune fille dans sa division.
Un des plus forts du groupe qui aimait particulièrement le combat et était curieux du niveau de la petite, demanda s’il pouvait la tester.

Elle ne s’y attendait pas du tout et fut prise au dépourvu. Elle lança des regards un peu apeurés au capitaine et à son frère.
Ils la regardèrent d’un air confiant, son frère fut particulièrement joyeux et semblait s’amuser de la situation.

Le capitaine donna son feu vert.
Elle ne pouvait pas faire semblant de perdre, le capitaine avait parié sur elle et elle devait lui faire honneur. Elle se mettait la pression.
Son corps tremblait malgré elle.
Elle se rassurait comme elle pouvait.

— Ça va aller… Fais de ton mieux… Fais comme d’habitude…

Elle respira et expira longuement.
Son adversaire l’observait attentivement et attendait qu’elle soit prête.
Lorsqu’elle finit ses petits exercices de souffle.
Il lui fit signe s’il pouvait commencer.
Elle préférait jouer sur la défensive au début.
Lorsqu’elle donna son accord d’un hôchement de tête, il ne se fit pas attendre.
Il fonça sur elle, d’une très grande dextérité.
Elle se mangea son premier coup au visage.
Il n’y allait pas de main morte, et il ne s’arrêta pas pour la laisser reprendre ses esprits.
Elle recula et réussit à éviter la vague de coups suivante.
Elle se massa la mâchoire, et se tint tout de suite prête pour enchaîner.
Elle eut raison puisqu’il fonçait de nouveau sur elle.
Elle réussit à éviter les coups et à défendre ceux qu’elle ne pouvait esquiver avec son bras. Il ne lui laissait aucun répit.
Même si elle le voulait, elle n’aurait pas pu contre-attaquer.
Elle était déjà essouflée et totalement concentrée sur la défense.
Il ne laissait que très peu d’ouverture et si elle avait tenté d’attaquer, elle savait qu’elle s’exposait à recevoir un coup qui allait l’affaiblir d’avantage.

Il était encore en pleine forme et se réjouissait de ce combat.
Elle avait réussi à faire durer le combat mais cela n’allait pas continuer.
Il transpirait mais n’était pas essouflé et elle, par contre, était en sueurs et avait du mal à reprendre son souffle.

— Bon, tu m’attaques ?

Il la provoquait.
Elle sourit malgré elle. Elle savait que c’était un piège.

Elle profita qu’il parle pour se reposer.
Il fallait bien qu’elle finisse, elle savait qu’elle allait perdre, ce n’était qu’une question de temps.
Elle réfléchissait à un moyen de le mettre en difficulté.

Elle tenta une feinte et arriva dans son dos, ses bras par dessus sa tête en train d’essayer de l’étrangler.
Il était trop fort.
Ou alors était-ce elle qui manquait de force.
Elle avait pourtant réussi son effet de surprise et il n’avait pas eu le temps de se protéger la nuque.
Pourtant il n’eut qu’à la prendre par le bras et la saisir comme une enfant, comme si de rien n’était.

— J’aurais pu profiter encore de ta poitrine contre mon dos…
Dit-il sans aucune gêne.

Il l’attrapa et profita qu’elle soit totalement rouge d’embarras pour la passer par dessus son épaule et la clouer au sol. Retournant à merveille la situation.
La partie était terminée.

— À force de rester avec des gens en dessous de ton niveau, tu vas finir par te ramollir… Si ce n’est pas déjà fait.

Puis il se releva. La laissant par terre, dans ses réflexions.
Il n’avait pas tort. Elle ne savait plus depuis combien de temps elle n’avait pas réellement combattu de toutes ses forces.

Le pari était perdu et elle se relevait péniblement pour retourner auprès de ses camarades de division deux, qui l’accueillaient déjà avec fierté.
Elle avait peut-être perdu mais elle avait donné un beau spectacle.
Elle esquissait un sourire forcé, elle était pas très fière d’avoir perdu.
Puis il prit la parole.

— Elle est pas trop mauvaise. Je n’ai aucune objection, qu’elle rejoigne notre division.

Le capitaine esquissa un sourire et alla la chercher.
Il allait s’occuper de la paperasse.
Elle ne comprenait pas encore la situation.
Ses amis l’applaudirent et elle restait plantée là, comme si le temps s’était arrêté autour d’elle.

— Bienvenue dans la division une.
Dit le capitaine en lui tendant la main.

2016.03.26

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.