Futon

J’étais dans ma chambre, au fond de mon futon.
Mon père appréciait la maison traditionnelle japonaise, et lui trouvait pas mal d’avantages comparé à une maison moderne sur-sécurisée.
Elle permettait de s’échapper au moindre soucis par n’importe quel endroit. À vrai dire, il était juste amoureux de ses origines.
Ma chambre n’avait rien de particulier, j’étais une fille sans réelle passion autre que des loisirs simples ne nécessitant pas d’accrocher des posters ou de collectionner des tas d’objets.

J’étais au fond de mon futon et je réfléchissais à ma situation.
Depuis toute petite j’avais un garde du corps qui se faisait passer pour mon cousin et qui m’amenait à l’école.
Malgré la mort prématurée de ma mère, officiellement d’un accident de voiture. En réalite, même si mon père n’osait pas m’en parler, j’appris qu’elle avait été tuée par une balle normalement adressée à mon père.
J’étais encore trop jeune pour m’en souvenir.
Mon père m’adore et ne veut pas que je subisse le même sort que ma mère. Il a toujours été le papa-poule qui remplaçait tant bien que mal la présence féminine et maternelle.
Il faisait l’effort de se réserver des créneaux pour passer du temps avec moi.
J’adore aussi mon père.
Je savais tout ce qu’il faisait pour moi et ce qu’il avait fait.
Il tenait également à ce que je suive une scolarité normale et nomma des responsables de ma sécurite dès ma primaire.
Avec le temps, au lycée, tout le monde pensait que j’étais amoureuse de mon « cousin ».

2015.07.19

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.