Rambarde

J’étais appuyée contre la rambarde et j’avais le regard perdu dans les feuillages en hauteur.
Une brise tiède carressait mon visage et mes longs cheveux couleur charbon.
Je fermais les yeux et profitais de ce court instant.
De nombreuses lianes aux couleurs chattoyantes pendaient et me faisaient penser à des guirlandes de festival.
À cause de ma myopie, j’observais tout ce décor flou tel un tableau abstrait.
De temps en temps je fermais les yeux pour les reposer et tenter d’imaginer cette scène de manière plus nette.

Je sentis un regard se poser sur moi et je me retournais dans sa direction.
Un homme me fixait. Il était de carrure athlétique, rien qu’à observer ses muscles qui moulaient son débardeur.
Il avait quelques bandages, mais je pouvais deviner qu’il faisait partie d’une école de combat. Il était plutôt grand, et avait les cheveux courts un peu moins sombres que les miens. Ses yeux étaient d’un noir sans fond. Je crus m’y perdre dans ces ténèbres.
Je n’avais pas le souvenir de l’avoir déjà vu.
Il était trop loin de mon champ de vision pour que je puisse décrire plus précisement ses traits de visage, et il commença à me trouver étrange parce que je m’étais mise à plisser les yeux.
Il se rendit compte du ridicule de la situation et sortit de sa torpeur. Il commença à bouger et reprendre son chemin, comme si de rien n’était.
Il avait dû également se tromper et me confondre avec une autre personne.

Je vis mon amie arriver au loin. Je reconnaitrais sa démarche et ses couleurs entre plusieurs personnes.
Elle me fit un signe de la main.
Elle fut intriguée par la personne qui s’était arrêtée devant moi et me questionna.
Je n’en savais pas plus qu’elle.
Elle me prit par la main et nous partîmes nous promener.

2015.03.04

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.