Conte

Il était une fois, dans un château au beau milieu d’une forêt, vivait une princesse.
La jeune princesse ne sortait jamais de sa chambre et observait le monde de sa fenêtre.
Elle avait un grand frère qui vivait également dans le château mais avait le droit de sortir et faire ce qu’il voulait.
Elle le voyait souvent jouer et s’entraêner à l’épée de la fenêtre de sa chambre.
Ses parents voulaient la protéger et elle vivait cachée du monde entier. Personne à part sa famille proche était au courant de son existence.
Dans le château, on disait qu’elle était une servante malade et qu’elle occupait une partie de la tour. Personne ne devait l’approcher parce qu’elle était très contagieuse.
Cependant elle avait accès à beaucoup de livres que son frère lui apportait de temps en temps.
Elle avait un majordome qui s’occupait d’elle personnellement. Il lui apportait à manger et lui faisait la conversation lorsqu’il avait le temps.
Il ne restait jamais très longtemps.
Les gens ne devaient pas se douter de quelque chose.
Ainsi elle voyait ses parents que très rarement.
Elle pouvait les observer de loin.

Un soir, le village et le château se fit attaquer.
L’alerte fut sonnée et tout le monde se prépara au combat.
Son grand frère entra en trombes dans sa chambre et l’emmena par une sortie cachée et ils furent tous les deux à l’extérieur du château.
Ils prirent des sentiers et passèrent par un bois et son frère lui dit :

— Tu ne devras jamais dire d’où tu viens.

Il aperçut une calèche de marchand s’approcher et l’arrêta.
Il lui demanda où il se rendait et fit signe à sa soeur de monter et de descendre à la prochaine ville.
Il lui donna une petite dague qu’il attacha à sa jambe.

— Garde cette dague précieusement. Je viendrai te chercher.

La princesse pensait que son frère viendrait avec elle.
Elle se demanda si ses parents allaient bien.
Elle n’eut pas le choix et écouta son frère.

Quelques kilomètres après, la calèche s’arrêta net.
Elle était assise à l’arrière et ne comprit pas tout de suite ce qui lui arrivait.
Des voleurs avaient attaqué le marchand et pris la voiture.
Elle paniqua et se cacha derrière des marchandises.
Les voleurs prirent la place du marchand et continuèrent la route.
La princesse ne devait pas se faire remarquer par les voleurs et sauta de la voiture en pleine marche.
Malheureusement elle trébucha et se cogna la tête contre un rocher.

Le lendemain elle se réveilla avec un mal de tête et une petite perte de mémoire.
Elle ne se souvenait plus de ce qu’elle faisait au beau milieu de la route.
Elle se rappelait au moins de son prénom et remarqua la dague à sa jambe.
Elle se rappela également que quelqu’un lui avait dit de prendre soin de cet objet. Elle ne se souvenait plus de qui exactement mais elle se souvenait des paroles.
Elle se tourna vers les bois et décida de marcher dans cette direction en suivant la route.

Elle se cacha derrière un tronc lorsqu’elle vit qu’un homme se faisait attaquer par un groupe de brigands. Elle ne put rien faire à part se cacher et observer discrètement la scène.
L’homme pris au piège fut blessé mais réussit à repousser ses opposants.
Il marcha lentement jusqu’à un arbre et s’y adossa.
Il saignait beaucoup.
La princesse se rappela soudain des connaissances qu’elle avait en magie de guérison.
Elle s’approcha de lui et voulut l’aider.
Lorsque l’homme la remarqua, il se mit sur la défensive et pointa son épée dans sa direction.
D’un air méfiant il dit :

— Qu’est-ce que vous me voulez ? Allez vous-en !

Elle s’arrêta quelques secondes et continua de marcher vers lui.
Il semblait à bout de forces, il tenait à peine sur ses jambes.
Elle était à quelques centimètres de lui.
Il ne baissa pas son épée, elle le contourna et observa la blessure du monsieur.
Il l’observait également. Curieux de savoir ce qu’elle allait faire.
Allait-elle lui voler sa bourse ?
Elle toucha sa blessure et il fit une grimace.
Il baissa son épée et de son autre main, il attrapa le poignet de la princesse.

— Qu’est-ce qu’il vous prend ?!
Cria t-il.

Elle récita une formule magique et une lumiere blanche et chaude sortit de sa main pour s’appliquer sur la blessure du blessé.
Il se sentit tout de suite mieux.
Cependant, ce sort magique n’était pas sans prix, il utilisait l’énergie de la princesse. Elle se sentit étourdie et finit par perdre connaissance.
L’homme soigné, attrapa la princesse dans ses bras avant qu’elle ne tombe par terre.

— Hey, petite !

Il rangea son épée et toucha sa blessure guérie. Le sang était resté sur ses vêtements mais la plaie avait disparue.
Il attendit que la princesse se réveille pour la remercier.
Quelques minutes plus tard, elle ouvrit les yeux mais restait faible.
Elle n’avait pas mangé depuis la veille et son estomac se fit entendre.
L’homme fouilla dans son sac et lui donna une pomme.
Elle la mangea tant bien que mal, elle avait à peine de la force pour tenir le fruit et croquer dedans.
Le monsieur coupa alors la pomme en morceaux et nourrit sa sauveuse.
Il lui demanda alors :

— Pourquoi m’avez vous aidé ?

Elle avala et répondit :

— Gentil.
— Parce que j’ai l’air gentil ?
Il ria.

— Où habites-tu ? Je vais te raccompagner jusqu’à chez toi.

Elle baissa la tête et pris une mine triste.

— Tu n’as pas de chez toi… ?

Elle ne pouvait pas dire d’où elle venait. Elle ne s’en souvenait plus.
Elle le regarda les larmes aux yeux et il comprit.
Après avoir fini de manger la pomme. Ils se remirent en route.
Il lui demanda si elle avait la force de marcher.
Elle tenta de se relever mais elle arrivait à peine à porter son propre poids.
Le monsieur était fort alors il porta la princesse sur son dos et s’enfonça dans les bois.

— Les routes sont de plus en plus dangereuses de nos jours.
Dit-il pour s’expliquer.

— On va aller chez moi. Tu pourras t’y reposer et on discutera calmement.

2014.02.27

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.