Gala [RolePlay]

Ce soir là, elle avait proposé à Vlad de l’accompagner à un gala.
Nao avait manifesté son mécontentement pour la forme, par jalousie mais Chloé savait qu’il n’était pas tr-ès friand de ce genre d’évènement.
Il l’avait déjà accompagnée une fois et il eut du mal à justifier qu’il était majeur, et cela l’avait agacé durant la nuit entière.

Ils sétaient apprêtés en conséquence.
C’était un évènement professionnel, il y avait des directeurs de groupes, et de boutiques de toute la ville.
Quelqu’un de haut placé avait decidé d’organiser cela de manière assez régulière pour garder un bon contact avec les différents acteurs du secteur.
Chloé tenait un établissement assez réputé et il était normal qu’elle soit présente.
Cela l’arrangeait que cela se déroule après le coucher du soleil.

L’établissement de Chloé était un SPA hammam jacuzzi en journée et assurait un service le soir avec une ambiance plus décontractée et adulte, pour les naturistes, le libertinage ou autre.
Il arrivait qu’il y soit organisé des soirées à thèmes lors de certains évènements. BDSM, saint Valentin, Noël.
C’était un endroit propre et respectable. Chloé faisait en sorte de maintenir un certain standing.

Elle portait une robe couleur bordeaux cintrée, le style pouvait rappeler un autre temps mais il avait était modifié pour correspondre aux goûts du jour. Les matières étaient nobles, le tissu au corps était mat et épais, épousant parfaitement son torse et sa poitrine presque inexistante. Les manches étaient en tissu léger et doux, très longues tombant avec des plis.
Le bas de la robe n’était pas trop ample, juste ce qu’il faut pour ne pas gêner tout en gardant un coté esthétique.
Ses cheveux étaient lâchés, en toute simplicité. Son manteau avait été laissé au vestiaire.
Elle était de petite taille et elle avait opté pour des chaussures simples sans talon.

Vladislaw avait un costume simple : une chemise bleue très clair avec une veste et un pantalon noir.
Des chaussures de ville en cuir sombre.
Il ne souriait pas et observait sans un mot, restant auprès de Chloé tout en surveillant les alentours.

— Détends-toi, on est ici pour profiter.
Sourit Chloé, en tapotant la veste de Vladislaw.

Il lâcha un soupir.
Il y avait des boissons et des amuse-bouches sur des comptoirs, quelques serveurs étaient à disposition si certains voulaient boire un verre spécifique.
Chloé fit bonne figure en saluant ceux qu’elle connaissait, ou d’autres qu’elle connaissait moins.

Un groupe de jeunes hommes l’abordèrent en ignorant Vladislaw.
Ils avaient eu vent de son entreprise et semblaient relativement inbibé d’alcool, ils la questionnaient sur les soirées spéciales de son établissement et riaient grassement, tout en sous-entendant et assumant qu’elle était quelqu’un de très ouvert d’esprit et volage.
Vladislaw n’aimait pas leur ton, et sur le point de s’interposer et leur répondre.
Chloé attrapa la manche de sa veste et lui fit comprendre qu’il ne devait pas intervenir.

— C’est qui lui ? Ton copain ? Le gérant ? T’es pas un peu jeune pour avoir ton entreprise ?

Elle resta courtoise avec un sourire forcé.
Elle ne voulait pas mal se comporter en public et laissa couler en espérant qu’ils se ridiculisent d’eux-même.
Les autres invités semblaient désapprouver la présence de ces jeunes et ne savaient pas pourquoi ils étaient là ce soir, mais personne ne voulait intervenir.
D’autres ne remarquèrent pas qu’il y avait un problème.
Le ton commençait à monter doucement, et ils commencèrent par attirer l’attention.

Annabelle les vit, et elle fit signe à Marianne qu’il se passait quelque chose.
Elle semblait préoccupée que ce groupe de jeunes se comportent ainsi dans une soirée comme celle-ci, et surtout qu’ils importunent une jeune fille avec son petit copain. Etrangement, la jeune fille s’était interposée pour protéger son copain, ou cela semblait être sa volonté, et ce dernier ne réagissait pas.
Annabelle regardait alors cette scène, en essayant de comprendre pourquoi personne ne réagissait.
Marianne le vit dans ses yeux, et sourit doucement.
Elle rassura sa compagne et se dirigea vers le groupe, avec une assurance et une aise surprenante.

— Hey, on t’a cherché partout ! Tu étais donc là ! Ah, je vous dérange… ? Annabelle ! Ils sont là !

Marianne avait haussé le ton et faisait des grands signes à Annabelle pour qu’elle s’approche également.
Les regards étaient rivés sur elles.
Tout d’abord, Marianne était une femme métisse caucasienne asiatique, plutôt grande et musclée. Elle portait une robe cocktail noire longue et ouverte aux cuisses, elle était intimidante. Les cheveux noirs attachés en queue de cheval sans une mèche qui dépassait.
Annabelle était blonde aux cheveux blonds et fins, bouclés avec une frange. Elle avait un visage de poupée surtout qu’elle n’avait pas beaucoup d’expression. Sa peau claire accentuait son air de porcelaine. Elle portait une robe noire courte qui mettait en valeur sa poitrine génereuse et ses hanches voluptueuses.

Les jeunes hommes se retournèrent et se rendirent compte à ce moment, qu’ils étaient en plein milieu de l’attention. Ils étaient observés et ils ignoraient depuis combien de temps. Cela refroidirent radicalement leurs ardeurs.
Ils décidèrent de s’éloigner sans faire plus de grabuge.

Marianne sourit à Chloé et salua Vladislaw courtoisement.
Annabelle était en chemin et elle les rejoint juste après.

— Bonsoir, je m’excuse d’être intervenue mais je ne pouvais pas les laisser vous importuner sans rien faire. Enfin, Annabelle ne me l’aurait pas pardonnée, n’est-ce pas ?

Annabelle préféra ignorer cette question qui lui était adressée.

— … Ne vous excusez pas, merci…
— Je m’appelle Marianne, enchantée.

Ils se présentèrent et discutèrent plus longuement au sujet de leur entreprise.

— Impressionnant, vous paraissez si jeune, si je peux me le permettre. Je ne dis pas que vous n’en avez pas les compétences, au contraire. Cela est d’autant plus surprenant.
— Je fais plus jeune que mon réel âge, on me le dit souvent. J’ai la chance d’être bien entourée.
— Cela est une chance considérable. Je ne saurais ce que je ferai sans l’aide d’Annabelle !

Cette dernière donna un coup de coude à Marianne qui fit semblant d’avoir mal.

— Il y a parfois des énergumes de ce genre, je suis vraiment désolée que vous soyez tombés sur eux ce soir. D’après ce que j’ai entendu dire, ce sont des jeunes entrepreneurs qui cherchent

2021.10.28

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.