Trouple [R-18]

Elle était dans les bras de Chris, il l’avait soulevée, ses jambes relevées, elle essayait de prendre appui autour de la taille musclée de Chris.
Ils étaient debout et elle était particulièrement gênée dans cette position inconfortable. Elle craignait de perdre l’équilibre et de tomber, ainsi que de peser trop lourd pour les bras de son partenaire.
Gabriel s’approcha d’eux, aussi nu que les deux autres, son torse musclé et chaud se colla contre le dos d’Alexandra, la rassurant sur sa stabilité.
Il approcha son visage dans le creux de sa nuque et l’embrassa tout en lui murmurant des mots doux.
Il l’attrapa sa taille avec ses poignes pour équilibrer la réparition du poids.
Chris fit le premier à s’enfoncer en elle, lentement, elle se crispa un peu et Gabriel ressentit le frisson dans son corps.
Il regarda Chris et ils s’échangèrent un regard lorsqu’il eut fini et invita Gabriel à en faire de même, par le même orifice.
Il y alla avec toutes les précautions possibles et avec douceur. Tout en continuant à murmurer dans l’oreille d’Alexandra.
Chris prit l’initiative de l’embrasser pour la détendre un peu plus et qu’elle pense à autre chose.
Lorsque Gabriel réussit, elle poussa un râle à moitié étouffe par elle-même, surprise de la sensation et de la possibilité d’un tel acte.
Elle s’accrocha au cou de Chris et son étreinte se resserra à chaque coup de rein qu’ils donnaient, chacun leur tour ou en même temps.

Ses gémissements timides et son expression sur le visage montraient le plaisir qu’elle en tirait. Cela excitait encore plus ses deux partenaires qui semblaient particulièrement heureux de lui faire goûter une telle expérience.

Elle finit par atteindre l’orgasme et ses muscles se contractèrent une dernière fois avant de se relâcher complètement. Son corps eut plusieurs spasmes et elle plongea son visage dans le creux de l’épaule de Chris.
Vidée de son énergie, elle soupira et tenta de reprendre une respiration normale.

Gabriel se retira le premier, laissant Alexandra libre.
Ses jambes touchèrent enfin le sol mais ils n’avaient pas retrouvé leurs forces.
Chris l’attrapa pour la porter par la taille et l’allonger sur le lit à quelques pas d eux.

Elle s’abandonna à ses partenaires.
Chris monta sur elle et lui demanda si ça allait.
Elle acquiesça de la tête et lui accorda toute sa confiance.
Il échangea un autre regard avec son comparse, qui donna également son aval.
Il attrapa le corps d’Alexandra pour qu’elle s’asseye sur lui, agenouillé sur le lit, elle s’installa et tout lentement, s’empala sur son membre. Un frisson lui parcourut le corps, le corps caverneux bien dur de Chris frotta tout le long de ses paroies intimes. Elle se mordilla la lèvre et tenta de taire ses gémissements.
Chris ne put s’empêcher de lâcher un râle à cette sensation. Alexandra était tel un étau qui lui massait l’entièreté de son pénis. Un étau bien accueillant, chaleureux et humide comme il fallait. Bien trop agréable.
Elle se resserrait de temps à autre ce qui lui procurait encore plus de plaisir. Elle commença par faire des mouvements de va-et-vient avec ses hanches puis son bassin complet.
Chris perdait peu à peu le contrôle de la situation.
Elle réussit à trouver un rythme et s’y tint tandis qu’il essayait de se retenir pour faire durer le plaisir. Autant pour elle que pour lui.
Ils réussirent à s’accorder sur leur musique et leur danse.
D’un coup il resserra sa poigne sur les hanches de sa partenaire et lâcha dans un soupir.

— … Je vais jouir… ah… Alexandra… stop, doucement…
Supplia t-il.

À ces mots, elle le regarda d’un air espiègle et accéléra la cadence tout en se contractant pour mieux le satisfaire.

— Vas-y. Ne te retiens pas, Chris…
Dit-elle en souriant.

Il donna quelques derniers coups de reins vifs avant de ralentir et gémir de plaisir.
Elle sentit les spasmes de l’orgasme à l’intérieur et elle ralentit la cadence et il l’aida en accompagnant le mouvement de ses hanches avec ses grandes mains qui la serraient à sa taille.
Elle l’embrassa sur le front et sur la bouche, puis se retira.

Gabriel avait assisté à la scène tel un spectacteur.
Assit à quelques centimètres du lit, sur un banc.
Il semblait avoir apprécié ce qu’il avait vu.
Alexandra se tourna alors vers lui, laissant Chris récupérer, allongé sur le lit.
Elle s’approcha de Gabriel, en bougeant son corps de manière sensuelle. Les cheveux lâchés et ondulés qui retombaient sur sa peau délicate. Elle s’agenouilla devant lui et le regarda dans les yeux. Elle avait beau être à ses pieds, rien dans son attitude et dans son regard, ne laissait croire qu’elle lui était inférieure.

Il lui caressa du bout des doigts son visage et elle prit les choses en main, s’appliquant à masser de ses doigts et de ses mains, puis hésitante, elle y posa ses lèvres.
Elle finit par le lécher puis engloutir sa virilité dans sa bouche, tout en continuant ses mouvements de langues et de succion. Il gémit et ferma les yeux pour profiter pleinement de toute la subtilité des sensations.
Au bout de plusieurs minutes de plaisir, il l’invita à se relever en lui tendant sa main.
Elle prit la sienne et arrivée en face de lui, ils se dévorèrent des yeux. Il passa ses doigts dans ses cheveux et attrapa sa tignasse pour relever légèrement son visage pour qu’il puisse l’embrasser sur la bouche.
Elle caressa son torse et son dos avec ses doigts pour mieux apprécier son corps.
Il prit ensuite l’ascendant en la faisant pivoter pour qu’elle lui fasse dos.

Il l’attrapa par les hanches et elle se positionna à quatre pattes sur le lit, à quelques centimètres de Chris qui avait finalement repris ses esprits et ses forces pour se relever et observer la scène avec intérêt.
Elle se cambra en posant sa tête dans la couverture.
Gabriel vérifia qu’elle était bien humide avant d’y introduire sa verge, lentement et tendrement avant de commencer à bouger, progressivement.
Elle répondait à ses coups de reins, à contre-temps pour engloutir son membre jusqu’au bout, et accentuer l’ampleur des mouvements.
Tout en se contractant pour resserrer son périnée sur le pénis de son partenaire.
Elle laissait échapper des soupirs à chaque mouvement ample.
Il prit à son tour le contrôle et accéléra drastiquement la cadence.

2019.10.12

5 réflexions sur “Trouple [R-18]

  1. james dit :

    « Elle se reserrait de temps à autre ce qui lui procurait encore plus de plaisir. »: resserrait, bien que google ne soit pas aussi affirmatif.

  2. Fluo dit :

    c’est chaud ! Et tellement bien écrit ! J’aime beaucoup la sensualité sans que ce soit vulgaire. J’adore la manière dont tu décris leur sensation et leur ressenti. J’avoue que j’ai été troublé en lisant le texte. Tu devrais écrire plus de texte R-18

    • Ah, merci, mais les textes R-18 m’ennuient vite parce que je trouve que c’est toujours la même chose, et j’ai l’impression de toujours écrire les mêmes descriptions…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.