Otage

— Je dois rentrer chez moi… ma famille doit être morte d’inquiétude…
Tenta t-elle de négocier, timidement.

— Et si je ne veux pas… ?
Répondit-iel sans aucune animosité, presque candide.

— … Ce n’est pas comme cela que ça se passe… vous ne pouvez pas attaquer les miens et m’enlever de cette manière sans mon consentement…
Expliqua t-elle, se souciant de son ton et craignant la réaction de son ravisseur.

— Je ne les ai pas tués, pourtant.

Aussi impassible qu’au début.

— Mais vous les avez blessés…
— C’est vrai.

Elle tenta de négocier pour rentrer chez elle mais sa ravisseuse ne voulait rien entendre.
Elle tenta à plusieurs reprises de s’enfuir, mais en vain.
Elle se faisait rattraper et ramener de force jusqu’à chez Sam.
Elle essaya de se laisser mourir de faim pour la forcer à la ramener dans son foyer.

— Si tu m’y obliges, je te forcerai à manger.

Elle l’attrapa pour lui donner via bouche à bouche de la nourriture qu’elle prémâchait, en lui appuyant sur la mâchoire avec ses doigts puissants.
Pour éviter qu’elle ne se débate et ne la repousse, elle utilisait ses cheveux tentaculaires pour lui attacher les mains et les bras.
Humiliée de la sorte, elle se força à manger les fois suivantes.
Elle finit par se faire une raison et observer le manège de Sam.

— Je ne veux pas être seule.
Dit Sam.

— … Si vous me rameniez chez moi, vous pourriez rester dans notre domaine, vous ne seriez plus seule…
— Tu crois vraiment que les tiens vont me laisser vivre ? Ne te moque pas de moi !
— Je pourrais plaider en votre faveur… si je leur explique ils comprendront.

Aurore utilisait tous les arguments qu’elle avait en tête.
Elle savait qu’il était inutile voir contre productif d’essayer de tuer cette personne, elle ne savait pas où elle se trouvait ni comment faire pour rentrer chez elle.
Le mieux qu’elle avait comme solution, était de la convaincre de la laisser rentrer.

— Vous ne pouvez pas me garder indéfiniment dans cette situation…
— Pourquoi pas ?
— … Depuis combien de temps vivez vous seule, ici ?
— Plus de 20 ans, peut-être…
— … Cela vous ferait le plus grand bien de rencontrer de nouvelles personnes, je vous assure.

Plus les jours passaient et plus Aurore prenait en pitié Sam. Elle analysait cette étrange créature qui se sentait seule et qui ne souhaitait que de la compagnie.

— Pourquoi moi… ?
Demanda t-elle.

— Parce que je veux être ton ami.

Cela partait d’un bon sentiment mais la manière de faire n’était pas correcte.
Au bout de plusieurs semaines Aurore réussit à semer le doute en Sam de la laisser rentrer chez elle.
Elle avait joué le jeu de ne plus s’enfuir et d’essayer de se lier d’amitié avec elle, mais sa famille lui manquait et elle avait besoin de savoir que Vlad et son frère allaient bien.
Sam, hésitant, se laissa enfin convaincre.
Les mots d’Aurore résonnaient dans son esprit.

« Rencontrer d’autres personnes. »

Il en avait envie mais avait également peur.
Son enfance avait été particulièrement douloureuse, on l’avait renié, mis de côté, ignoré à cause de sa condition étrange.
Elle se remémorait qu’une étrangère était venue à son encontre et l’avait prise sous son aile durant des années, jusqu’à ce qu elle trépasse et le laisse dans cette solitude depuis.

— Je vous assure qu’aucun mal ne vous sera fait si vous me laissez rentrer chez moi.

À contre-coeur et la boule au ventre, il ouvrit un portail devant le domaine de la famille d’Aurore.
Elle lui serrait la main, timidement.
Le voyage l’étourdit un peu, elle n’en avait pas l’habitude.
Il l’aida à retrouver son équilibre et avança.
À peine quelques minutes s’écoulèrent qu’une embuscade les surprit et ils se retrouvèrent encercés.

Les gardes reconnurent Aurore et Alexandra en faisait partie.
Elle resta en retrait, ne sachant pas comment réagir face à la présence de l’ennemi à ses côtés, et qu’ils se donnaient la main.

— Maman… je lui ai promis qu’on ne lui ferait aucun mal. C’est à cette condition que je suis de retour.

Aurore plongeait son regard dans celui de sa mère en espérant qu’elle comprenne et qu’elle lui fasse confiance.
Alexandra vit la supplication dans les yeux de sa fille et fit signe aux gardes de reculer et de ne pas intervenir.
Elle s’avança prudemment vers sa fille.

— Si tu lui as donné ta parole, je la respecterai également. Cependant, il va falloir nous donner des explications.
Dit-elle en jetant un regard sur l’ennemi.
— Merci…

Elle les escorta jusqu’à l’intérieur du château et les conduit dans le bureau.
Elle les fit s’asseoir et leur expliqua la situation.
Il continuait de serrer la main d’Aurore dans la sienne. Par sécurité.
Alexandra essaya de ne pas y prêter plus d’attention et continua son discours, imperturbable.

— Comment appelles-tu, et que veux tu as Aurore ?
Demanda t-elle, en premier lieu.

— … Je m’appelle Sam, je veux juste devenir son ami…
Dit-il, quelque peu intimidé.

Interloquée, Alexandra échangea un regard avec sa fille comme pour s’assurer que ce n’était pas une blague.

— … Mais on n’attaque pas les proches d’une personne et on ne la kidnappe pas pour devenir son ami… !
Dit-elle en tentant de contenir sa voix pour ne pas trop le contrarier.

— … Aurore me l’a dit, en effet… je suis désolé… mais je n’ai tué personne.
Ajouta t-il, comme preuve de bonne foi.

Alexandra préféra ne pas répondre et soupira.

— Vlad et Azur étaient en soin intensifs.
Continua t-elle.

2019.09.25

4 réflexions sur “Otage

  1. james dit :

    C’est intéressant. ça fait un peu peur aussi, d’imaginer que qqun kidnappe une personne et la séquestre juste pour pas être seul.

    Il y’a aussi cette phrase qui m’a beaucoup amusé :  » — … Cela vous ferait le plus grand bien de rencontrer de nouvelles personnes, je vous assure. ». Ça fait bizarre de voir Aurore qui dit à la personne qui la retient en otage ‘faut sortir un peu plus madame, faut voir du monde’ 🙂

    • Pourquoi tu dis que c’est bizarre de la part d’Aurore ? 😀

      Et oui, généralement, les gens qui font des trucs comme ça ne se rendent pas compte que c’est mal, ou alors ils s’en fichent que c’est mal. J’ai même pas regardé beaucoup de reportages sur des psychopathes.

      • james dit :

        En fait ce qui me surprenait, c’était que bien que séquestrée, elle lui parle de manière très amicale. Mais je viens de relire, et j’ai zappé une phrase ou deux « Le mieux qu’elle avait comme solution, était de la convaincre de la laisser rentrer. ».
        Donc ça s’explique, au temps pour moi.

Répondre à Lau Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.