Rival

Je me réveillais en sursaut.
Le temps que je me remémore les évènements.
J’avais un bandage qui recouvrait ma vue.
Je le retirais.
J’avais beau me frotter les yeux, fermer mes paupières et les rouvrir.
Rien. Tout était noir.
Ce n’était pas un mauvais rêve, il fallait que je m’assure que mon père était vivant.
Je balaidais mes mains autour du lit pour en deviner les bords.
J’avais peur mais je devais normalement être chez moi.
Je me levais doucement, en posant prudemment mon pied par terre.
De la moquette. J’entendais des bruits mais dur de savoir d’où ils provenaient.
Je touchais le premier mur et je le longeais en faisant attention à ne rien faire tomber, ni à moi-même tomber.

La porte s’ouvrit.
Je me figeai et je regardais dans la direction du bruit, même si je ne pouvais rien voir.
J’entendis des pas se rapprocher de moi, rapidement.
Je restais sans bouger, j’étais effrayée, qui était-ce ?
Je ressentis l’étreinte, cette manière de me prendre dans ses bras.
C’était mon père.

— Qu’est-ce que je suis soulagé… Comment te sens-tu ?
— Papa ? Je-
— Je devrais te passer un savon pour ce que tu as fait… Mais ne t’inquiète pas, il m’a tout expliqué.

Je ressentais la présence d’une autre personne, j’entendis la porte se refermer alors que mon père était encore à mes côtés.

— « Il » ?
— Heureusement qu’il était là, il t’a sauvée.
— Comment ça ? Le démon t’a ramené à la vie. Je ne pense pas qu’il en avait après ma vie-
— Ne dis plus rien, c’est fini maintenant.
— Mais papa, tu vas mieux ?
— Comme tu le vois-
— …
— Oui, je vais bien, j’ai vite repris mes forces, grâce à toi… On va essayer de retrouver le démon pour qu’il te rende ta vue.
— Papa, écoute moi. C’était le pacte, ma vue contre ta vie. Ce n’était pas cher payé, alors laisse ce « démon » tranquille s’il-te-plaît, je vais bien. Regarde !
— Sandra…
— Je m’habituerai, t’inquiète pas !

*

— Monsieur, laissez-moi m’ocuper de Sand-… Votre fille ! Je sais me défendre, vous connaissez mes compétences, je serai en mesure de la protéger, en toutes circonstances.
— … Chris, j’ai confiance en toi… mais c’est également pour tes compétences que je ne peux pas te laisser t’occuper de ma fille. Elle serait un fardeau pour toi, même si tu n’en penses pas un mot… Je ne peux pas sacrifier un de mes meilleurs employés comme ça…
D’après l’examen. Elle ne voit plus rien… Sa vue a été dérobée et cela ne peut pas être soigné…
— Excusez-moi de participer à votre conversation. Je suis un étranger mais du peu que j’ai vu de votre charmant village, cela ne me dérangerait pas le moins du monde de m’y installer.
Je ne veux pas paraître rude, mais, je peux être son précepteur. Même en étant aveugle, il existe des techniques pour pouvoir se défendre et s’adapter au combat. Je ne fais que proposer mes services.
— On ne peut pas faire confiance à cet inconnu, Monsieur !
— Chris, reste poli. Cet inconnu était aux côtés de Sandra lorsqu’elle était inconsciente et que j’étais une proie facile. Merci pour votre proposition… Je n’ai pas demandé votre nom ?
— Deniel, Monsieur.
— Je ne me suis pas présenté, je suis l’hôte de ses lieux, Sephyl.
Veuillez excuser Chris, il n’est pas méchant, il pense à la sécurité de ma fille et je ne peux pas lui en vouloir.
— Je comprends très bien, monsieur.
— Merci beaucoup pour votre proposition, vous avez déjà fait beaucoup pour nous, ce n’est pas grand chose dans l’état des choses mais nous avons préparé une chambre. N’hésitez pas à vous y reposer.

*

— Bonjour mademoiselle.
Il avait une voix douce.

— Je te présente Deniel. Il était là lorsque tu as perdu connaissance et il a veillé sur nous jusqu’à ce que je me réveille.
— Je suis desolé pour votre vue, mademoiselle.
— Ce n’est rien, j’étais en connaissance de cause, je m’appelle Alexandra. Vous pouvez m’appeler Sandra, c’est plus court.
— Si cela ne vous dérange pas, je souhaiterai vous appeler Alexandra. De là où je viens, le prénom dans son entièreté a une certaine importance, j’espère que vous ne m’en tiendrez pas rigueur.
— Pas du tout, Deniel.
— Deniel nous propose d’être ton précepteur et ton guardien pendant un moment, le temps que nous retrouvons notre forme d’antan. Tu sais comme Chris a insisté mais j’aurais besoin de lui ailleurs…
— D’accord papa, je suis désolée de te causer du soucis…
— Qu’est-ce que tu racontes encore. Tu m’as sauvé la vie, non ?
Allez, repose-toi. Je vais te laisser faire connaissance avec Deniel, appelle-moi si tu as besoin de quelque chose…

*

— Si vous voulez bien me donner votre bras, je vais vous guider vers votre lit.
— Merci. Vous avez l’air d’avoir l’habitude…
— J’ai fait une formation d’aide-soignant à l’époque…
— Merci.
— Comment vous sentez-vous ?

*bruit de porte qui s’ouvre*

— Sandra !
— Chris… ? Ah, tu m’étrangles…
— Je suis désolé… J’étais tellement inquiet-
— Je vais aller chercher quelque chose à boire.
— Merci Deniel…

— Ton visage était recouvert de sang… Ton père était également mal en point. Je suis arrivé trop tard…
— Mais non, je suis sûre que tu as fait du bon boulot.
— Que s’est-il passé ?
— On a été pris par surprise et papa s’est jeté sur moi… Il a prit l’attaque de plein fouet à ma place… Il a tué l’attaquant mais il ne bougeait plus… Et c’est là qu’un démon est apparu et m’a proposée le pacte. J’ai donné ma vue, et plus rien, ahaha…
— Je voi-… enfin. Désolé. Je ne fais pas confiance à ce Deniel.
— Tu dis ça parce que t’es jaloux ?
— N-Non ! Sois pas ridicule… Ton père lui fait pour l’instant confiance… Il était là quand tu étais inconsciente et il parait qu’il vous a protégé en montant la garde, le temps qu’on arrive… Mais sa tête ne me revient pas.
— Je verrai quand il s’occupera de moi. En tout cas il a l’air expérimenté avec les patients.
— Si seulement on pouvait te retrouver la vue.
— Arrête. Papa a dit la même chose mais ce n’est pas juste. J’accepte mon sort alors arrêtez de vouloir faire la peau à ce démon. C’est grâce à lui si papa est en vie…
— J’ai ramené des fruits et du jus.
— Merci beaucoup Deniel.
— Je peux vous laisser si vous préférez, je ne voudrais pas…
— Non non, nous avons fini, mais c’est gentil de votre part.

2016.02.11

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.