Colis précieux

Il se pencha sur le corps faible de la jeune fille.
Il observa son teint pâle pendant quelques secondes puis écarta doucement la couverture qui la recouvrait.
Elle était dans une robe de chambre blanche à dentelles.
Il la porta dans ses bras et la serra contre lui pour qu’elle n’ait pas trop froid.
Au moment où il faisait signe à ses hommes qu’il était temps de partir, la porte s’ouvrit avec fracas.
Le père ainsi qu’un autre jeune homme était là.
Ils avaient couru et s’étaient précipités jusqu’ici en entendant l’alerte.
Julien et le maître des lieux étaient restés une seconde stupéfaits. L’ombre de l’intrus portait dans ses bras la fille.
Le ravisseur s’enfuit sur le champ, laissant ses hommes s’occuper des deux nouveaux arrivants.
Julien s’occupa de deux d’entre eux, tandis que le troisième se mit à suivre le leader pour assurer ses arrières.
Le paternel suivi instantanément les deux fuyards.
Alors qu’il allait rattraper le premier qui emportait avec lui Alexandra, le second lui barra la route et l’empêcha de continuer sa course.
Il n’avait plus aucun choix à part vaincre son adversaire pour suivre la trace du leader.

Il n’était plus en état de courir après le combat.
Il immobilisa son opposant et l’assoma.
Les évènements de la journée l’avaient trop affaibli et il ne pouvait laisser son domaine à l’abandon.
Il en avait assez fait pour la soirée.
Il allait pouvoir interroger l’otage au sujet de son supérieur.
Il retourna au château, portant le corps inconscient de l’ennemi sur son épaule, il vit que Julien en avait fait de même en attachant ses deux adversaires inconscients.
Il était auprès d’Elisa, elle-même dans les pommes à quelques mètres de là.
Il vérifia qu’elle n’avait aucune blessure grave et la réveilla gentiment.

Elle ouvrit peu à peu ses paupières dans les bras de Julien. Elle ne le reconnu pas tout de suite.
Elle se souvint progressivement de ce qui s’était passé et paniqua.
Une horrible douleur lui lança à l’arrière de la tête.

— Tu as pris un sale coup, tu devrais te ménager.
Expliqua Julien.

Elle se souvenait qu’elle avait échoué lamentablement.

— La princesse ?!…

Il secoua la tête.

— Ils l’ont emmenée…

Sephyl posa le poids qu’il avait trimbalé et regarda de haut les trois corps à ses pieds.
Il s’en voulait tellement de n’avoir pas pu secourir sa fille.
Il était énervé contre lui-même et contre ses hommes.
Il se disait qu’il les aurait tués s’il n’avait pas besoin qu’ils restent en vie pour lui fournir des informations.
D’un ton sec il ordonna.

— Mettez-les-moi dans un cachot.

Il se retourna et se dirigea vers la porte.

— Je m’en occuperai demain matin.
Ajouta t-il, avant de retourner dans ses quartiers.

Il regarda à peine si Elisa, ni ne demanda si elle allait bien.
Cela ne lui ressemblait pas.
Sa fille venait de se faire enlever et il était dans une rage qu’il intériorisait du mieux qu’il pouvait.
Elisa et Julien ne dirent rien.
Elisa baissa les yeux et s’excusa intérieurement plusieurs fois.

— Ce n’est pas ta faute, personne aurait put lutter dans cette situation.
Dit Julien pour la consoler et voyant sa face dépitée.

Elle fixait le sol et des larmes coulèrent de ses yeux.

— … J’ai failli à ma mission… Alors que je me suis moquée de Chris et de son incompétence à protéger la princesse…

Les gouttes tombèrent de plus en plus grosses.
Julien detourna le regard et se leva pour emmener les trois hommes au cachot.

— Tu te rattraperas demain. Ne te laisse pas abattre par un échec.
Ajouta t-il, un homme sur l’épaule et les deux autres qu’il trainait derrière lui.

Elle se remit de ses émotions, sécha ses larmes et l’aida à déplacer les otages.

2014.04.12

3 réflexions sur “Colis précieux

  1. james dit :

    « Les évènements de la journée l’avait trop affaibli et il ne pouvait laisser son domaine à l’abandon. » -> l’avaient non ?
    « Il était auprès d’Elisa, elle-même dans les pommes à quelques mètres de la. » -> « là »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.